* Emplacement:
(requis)
   
Recherche
   
Type:
Marque:
Prix:
 

Camions lourds / commerciaux

Découvrez le Ford Transit 2014

Après 51 années de valeureux services, Ford tire un trait en 2014 sur sa vénérable gamme de fourgonnettes commerciales de série E. Pour les remplacer, Ford se replie sur un véhicule éprouvé: le Transit. Cette décision est basée sur la décision prise par Ford de recourir à seulement neuf plates-formes dans l’ensemble de ses produits, tout en maintenant une présence forte dans le créneau des véhicules commerciaux, car après tout, le marché commercial représente environ 29% des ventes du manufacturier à l’ovale bleu.

Alors, pourquoi tout miser sur le Transit?

Eh bien, cette gamme est déjà offerte sur 116 marchés mondiaux où elle remporte d’énormes succès. Mais, ayant enregistré plus de 788 000 ventes de véhicules commerciaux en Amérique du Nord en 2011, pour une part de marché de 37,2%, Ford a tout mis en oeuvre pour satisfaire son marché. Ainsi, au cours d’études poussées, Ford a confirmé que sa principale clientèle est constituée “de propriétaires d’entreprises individuelles, travaillants et ouverts au changement, pour lesquels l’économie d’essence constitue une priorité.” Afin d’assurer que le Transit puisse satisfaire aux besoins de toutes ses sous-catégories de clients, Ford offre trois transmissions, deux longueurs d’empattements et trois hauteurs de toits. Par conséquent, le Transit à empattement long et à toit surélevé propose un volume de charge utile deux fois plus vaste que le modèle à empattement court à toit bas.

Moteurs

La sélection de moteurs est la caractéristique qui a le plus marqué les plus fidèles supporteurs de l’ancienne série E, dont la dernière incarnation proposait un V8 de 4,6 litres développant 225 chevaux, un V8 de 5,4 litres de 255 chevaux et un puissant V10 6,9 litres de 305 hp. Le nouveau Transit délaisse ces mécaniques d’un autre âge et propose plutôt deux V6 et un V5 en ligne. Malgré la réduction de cylindrée, ces moteurs de facture moderne couplés à une transmission automatique à six rapports permettent au Transit d’offrir des performances supérieures à celle de la série E. Les deux moteurs à six cylindres sont déjà utilisés dans le Ford F-150, soit le bien connu V6 de 3,7 litres et le V6 Ecoboost turbo de 3,5 litres.

Ces moteurs plus légers et plus éconergétiques remplacent respectivement le V8 de 4,6 litres et le V10 de 6,8 litres, tout en développant plus de chevaux et un couple semblable. Pour les sceptiques à propos de la réception qui sera accordée à l’abandon de moteurs V8 dans une gamme de véhicules commerciaux, il suffit de rappeler la méfiance suscitée par l’offre du V6 Ecoboost pour le Ford F-150... ce moteur équipe aujourd’hui 42% des unités qui quittent lla cours des concessionnaires. Le V6 Ecoboost est le plus puissant moteur proposé dans une fourgonnette pleine grandeur, de tout le marché.

Toutefois, c’est le successeur du moteur V8 de 5,4 litres, soit le cinq en ligne turbo diésel de 3,2 litres qui représente une petite révolution. Bien que ce moteur n’en soit pas à ses premières révolutions, il constitue une première en Amérique du Nord. Ce moteur assemblé en Afrique du Sud était tout indiqué pour le Transit, car il offre le meilleur équilibre entre puissance et efficacité. Alimenté par 20 soupapes à double arbre à cames en tête et à compresseur turbo à géométrie variable, il génère environ 197 chevaux et 347 lb-pi de couple, ce qui surpasse de 9 hp et de 22 li-pi le rendement du V6 turbo diésel du Sprinter de Mercedes-Benz. Tout comme pour les deux V6, le cinq en ligne passe sa puissance aux roues arrière par l’entremise d’une transmission automatique à six rapports qui équipe déjà d’autres camions commerciaux et utilitaires de Ford. Bien qu’une version à traction avant soit déjà offerte dans d’autres marchés, il n’est pas pour l’instant prévu de l’intégrer à l’offre nord-américaine du Transit, ni d’offrir le 3,2 litres diésel de la camionnette F-150. Du moins, pas pour l’instant.

Options de châssis

Le nouveau Transit est offert en diverses déclinaisons de capacité de charge qui reprennent les désignations de l’ancienne série E, soit le 150, 250, 350 et 350HD. La version Jumbo du 350HD, qui présente un essieu arrière à roues doubles, est offerte en version avec soute assemblée ou à châssis non assemblé. Le Transit à toit bas présente un dégagement de 2110 mm, alors que la version à toit surélevé s’élève à 2795 mm, pour une hauteur libre à l’intérieur de 1930 mm, ce qui permet à une grande personne de s’y tenir debout. Le Transit peut aussi être aménagé pour le transport de personnes, avec des versions à 8, 10, 12 ou 15 places, en fonction des besoins. Ces nombreuses variations sont le fruit de la stratégie de Ford visant à offrir le plus de choix et de flexibilité possible à sa clientèle.

Se vendra-t-il?

Autre nouveauté comparativement à l’ancien assemblage de type châssis sur cadre à échelle de l’ancienne série E, l’assemblage du Transit est basé autour d’une structure monocoque. Ford affirme que la structure se compose de membrures et de soudures à haute résistance, par exemple autour des feux avant et arrière, qui sont conçus pour ne pas s’abîmer en cas d’impact mineur avec un quai de chargement. Le Transit peut être équipé d’une panoplie d’options, comme le système MyFord Touch, le télédéverrouillage MyKey, le système d’avertissement de dérive de la trajectoire, le système de gestion Crew Chief, une caméra de recul, es systèmes du contrôle de la stabilité du véhicule et du louvoiement de la remorque et du contrôle de la stabilité en courbe, ainsi que de coussins gonflables latéraux aux places avant et pour les passagers.

De son côté, l’offre équivalente de Mercedes-Benz, le Sprinter, enregistre des ventes mitigées. Toutefois, avec sa vaste sélection de motorisations et son prix de départ plus économique, le Transit dispose de tous les atouts pour réussir!