Essai routier : GMC Sierra Denali 2019

Il ne se passe plus une journée sans que l’industrie automobile nous martèle son envie de transformer la flotte mondiale. Que ce soit pour passer à l’électrique ou pour automatiser la conduite, ou même de carrément changer le modèle d’affaires en misant sur l’autopartage, les constructeurs automobiles de même que les utilisateurs de l’automobile en général, songent de plus en plus à ces questions de société.

En attendant de trouver réponse à ces profonds questionnements, les joueurs de la plus grande industrie au monde doivent malgré tout continuer d’écouler leurs stocks. Et au sein des Trois Grands, ce sont les camionnettes qui engrangent les profits. Ce n’est pas pour rien que des améliorations sont apportées à ces mastodontes de la route. La clientèle est nombreuse et la demande est très forte, surtout depuis que les camionnettes légères sont devenues de véritables salons sur roues pour trimbaler la famille.

C’est le cas du GMC Sierra Denali 2019, une camionnette qui trône au sommet de la gamme du constructeur à cause de son équipement digne d’une Cadillac. J’ai récemment pu essayer la nouvelle génération de ce modèle, question de voir si le millésime 2019 en valait la peine.

Ce qui change en 2019

Premièrement, le design du Sierra est entièrement nouveau même si visuellement la silhouette de camion demeure assez semblable. À l’avant par exemple, la grille de calandre laisse tomber la forme carrée du modèle précédent au profit d’une forme un peu plus organique, ce qui a une incidence sur la signature des blocs optiques. En effet, les phares aux DEL s’inspirent des plus récents modèles de la marque, notamment ceux installés à l’avant du Terrain. Rassurez-vous, le fini chrome est toujours là lui, un indice du statut de cette livrée Denali, plus dispendieuse que les autres.

Parlant de chrome, les jantes multibranches de 22 pouces (!) sont également un indice du prix commandé pour cette camionnette endimanchée. D’ailleurs, malgré le rayon des sabots, les arches de roues ne sont même pas remplies comme il se doit. Je ne serais pas surpris de voir quelques propriétaires du camion GMC troquer leurs jantes d’origine pour des jantes de 24 pouces. La forme des fenêtres est aussi révisée pour 2019 et les designers se sont occupés de le rappeler en appliquant une bande chromée autour de celles-ci.

Quant à l’arrière, les feux de position sont également redessinés, mais ce qui accroche l’œil, c’est la présence de ce hayon multifonctions. Baptisé Multipro, ce dernier (livrable en option sur certains modèles) est en quelque sorte une riposte à celui de Ford qui propose depuis quelques années ces marches intégrées. Toutefois, la solution de GMC est plus malléable pour le transport d’une multitude d’objets ou carrément, lorsque celui-ci est replié vers le bas, pour faire monter les passagers aisément à bord de la boîte de chargement. Facile d’utilisation, ce système risque malheureusement d’être la proie de la rouille, surtout avec nos routes recouvertes de calcium en hiver. On verra bien d’ici quelques années.

GM se targue d’avoir mis à la diète sa flotte de camionnettes sans avoir fait appel à l’aluminium comme son concurrent Ford. Mais bon, on ne peut pas parler de révolution dans ce cas-ci, puisque l’ancienne génération du GMC Sierra Denali équipé d’une boîte courte accusait un poids de 2 488 kg. Celle-ci, munie du même moteur et d’une boîte de chargement de 5 pieds huit pouces, affiche un poids de 2 469 kg. On parle ici d’une économie de 19 kg! Ça ne peut pas nuire (à abaisser la facture de carburant), mais disons que l’effet est minime.

Heureusement, il y a du nouveau sous le capot pour que les visites à la station-service soient (un peu) moins fréquentes. La présence d’une nouvelle boîte automatique à dix rapports est certainement un plus pour y arriver, tout comme la désactivation des cylindres baptisée Dynamic Fuel Management. Finalement l’extinction du moteur au feu rouge constitue l’autre outil du GMC pour améliorer sa frugalité.

L’ambiance Denali à l’intérieur

Conscient de la loyauté de ses consommateurs, les concepteurs de la nouvelle génération n’ont pas cherché à tout chambouler à l’intérieur. C’est pourquoi la planche de bord paraît très familière au niveau du design et même de l’emplacement des principales commandes. Fidèle aux générations précédentes, le GMC Sierra (tout comme son équivalent Chevrolet) fait encore appel à un levier de vitesses monté à la colonne de direction. C’est peut-être plus ancien comme solution, mais ça a le mérite de libérer de l’espace au niveau de la console centrale qui peut accueillir passablement de trucs dans le compartiment fermé ou même devant les porte-gobelets avec ce chargeur par induction incliné.

Puisqu’il s’agit d’un modèle Denali, la sellerie est habillée d’un arrangement en cuir deux tons avec les appuie-tête brodés de l’écusson. D’ailleurs, le volant est lui aussi orné de l’inscription au centre. À l’arrière, la banquette repliable vers le haut dissimule aussi deux autres pochettes de chargement à même le dossier, pour les objets précieux et de petite taille!

Le confort des deux rangées de sièges est dans la bonne moyenne de la catégorie, d’autant plus que le Sierra Denali profite de la suspension ajustable qui est moins raide que la suspension d’origine. Règle générale, la finition à l’intérieur du GMC Sierra Denali est de bonne facture, mais je n’irais pas jusqu’à dire que cette livrée est aussi bien ficelée que celle du Ram Limited par contre.

Au volant

Il est difficile de trouver des différences à bord d’une camionnette qui n’a que très peu changé à la refonte. Oui, la boîte automatique change plus souvent ses rapports, tandis que le V8 s’éteint aux arrêts prolongés. Quant à la désactivation des cylindres, il arrive à l’occasion que la sonorité provenant du compartiment moteur change, mais finalement, la conduite du GMC Sierra Denali 2019 ressemble étrangement à celle du GMC Sierra Denali 2018. Une camionnette de luxe de l’an dernier ou l’édition dernier cri aussi bien équipée, c’est du pareil au même!

Le Sierra Denali, malgré tout l’équipement additionnel, demeure un bon vieux « pickup ». La direction est lourde à basse vitesse, le poids du véhicule est important, ce qui oblige son conducteur à prévoir les distances de freinage en plus de devoir réduire la cadence dans les virages, surtout en hiver où l’adhérence est moindre. D’ailleurs, le bouton Auto 4WD est une fonction idéale pour les conducteurs moins habitués à ce genre de véhicule. Aussitôt que les conditions routières se détériorent, l’essieu avant vient prêter main-forte à l’autre, pour une motricité accrue. Mention honorable au groupe motopropulseur qui fait en sorte que chaque accélération est accompagnée d’une symphonie en huit cylindres et d’un court laps de temps pour abattre le 0–100 km/h

Le mot de la fin

À un prix de base de 67 900 $, le GMC Sierra Denali 2019 n’a rien d’un banal outil de travail. Plus confortable que les autres livrées du Sierra, puissant à souhait grâce à ce moteur V8 de 6,2-litres, et un brin plus économique à la pompe, la nouvelle génération s’est tout de même améliorée, mais à mon avis, GMC peut en faire plus, notamment au chapitre de l’économie de poids.

Ce détail va-t-il empêcher le constructeur d’écouler ses camionnettes à court ou moyen terme? Absolument pas. Le marché est trop vaste pour que l’une des camionnettes américaines s’écroule. Et, comme le mentionnait mon collègue Benoit Charrette plus tôt en 2018, ce qui est bien avec cette nouvelle génération du Sierra, c’est que les stratèges cherchent à différencier davantage le Sierra du cousin Silverado de Chevrolet, notamment par ce hayon unique au GMC ou même cette boîte de chargement optionnelle réalisée en fibre de carbone.

GMC Sierra Denali 2019
Cylindrée: 6,2L
Nb. de cylindres: V8
Puissance: 420 ch @ 5 600 tr/min
Couple: 460 lb-pi @ 4 100 tr/min
Consommation de carburant: 15.5/11.9/13.9 L/100 km ville/route/comb
Volume de chargement: 4 127 kg
GMC Sierra Denali 2019
Prix de base 67 900 $
Taxe climatiseur 100 $
Frais transport et préparation 1 795 $
Prix tel qu’essayé 77 345 $
Équipement en option 10 445 $ – Chauffe-bloc 150 $; Moteur V8 de 6,2-litres 2 895 $; Ensemble Denali Ultime 7 095 $; Rangement sous la banquette arrière 305 $
Équipement en option
10 0
Détails de la cote 7,9
8 Stylisme
8 Groupe motopropulseur
8 Qualité
8 Confort
9 Commodité
8 Agrément de conduite
8 Utilisation/Ergonomie
6 Consommation de carburant
8 Caractéristiques
8 Valeur