Subaru Legacy 2020 : premier essai

Le segment des berlines intermédiaires a beau être en recul depuis plusieurs années, il se vend encore beaucoup de voitures à quatre portes en Amérique du Nord. Voilà pourquoi la plupart des grands constructeurs y œuvrent toujours. Ça inclut Subaru avec la Legacy, un modèle qui roule sa bosse depuis 30 ans et qui, malgré des qualités, n’arrive pas à s’imposer.

Introduite en 1989 et renouvelée au cinq ans depuis (1995, 2000, etc.), la Legacy entreprend pour 2020 son septième tour de piste. Malgré des améliorations évidentes apportées au fil des années, y compris pour la nouvelle année, elle est toujours aussi marginale sur le marché.

Voyons si Subaru lui a, cette fois-ci, donné tous les outils pour qu’elle se démarque.

Style : 6/10

Voilà le premier aspect où Subaru aurait eu avantage à sortir des sentiers battus. La Legacy occupe le dernier tiers dans sa catégorie au chapitre des ventes. Pour espérer relancer le modèle, ça aurait pris autre chose qu’une simple évolution du design. Qu’on se comprenne ; la Legacy ne présente pas des lignes hideuses, mais elle n’avance rien pour qu’on la remarque. À elle seule, la palette de couleur est déprimante.

Une bonne note pour les roues de 18 pouces qui se trouvent à compter de la version Limited ; elles ajoutent du panache au modèle. Malheureusement, les touches du genre sont trop rares.

Sécurité : 8/10

Toutes les versions de la Legacy sont servies avec la suite de sécurité EyeSight qui comprend une dizaine de caractéristiques. Nous éviterons une description ennuyeuse de ces dernières, mais prendrons le temps de mentionner qu’un élément profite d’une amélioration significative cette année. Ce dernier prend le nom de Lane Centering Assist. En gros, plutôt que de seulement assister au maintien du véhicule sans sa voie, il travaille à garder la trajectoire de ce dernier au centre. Subaru refuse de parler d’un dispositif de conduite autonome limité, mais celui-ci agit comme tel sur de courtes distances.

En grimpant dans la gamme, on trouve d’autres éléments. Par exemple, avec la version Touring, celle qui suit la Convenience dans la hiérarchie, on hérite du freinage d’urgence automatique en marche arrière. Au sommet de la famille, la variante Premier ajoute une caméra avant pour les manœuvres en milieu serré, de même qu’un système d’alerte de l’attention du conducteur.

En somme, l’offre est complète ici. Cependant, l’intervention impromptue de certains éléments, comme les alertes de sortie et le niveau d’attention, finit par être agaçante. Heureusement, on peut en désactiver certains.

Praticité : 7/10

En matière de praticité, une voiture ne peut rivaliser avec un VUS. Conséquemment, il faut voir ses attentes à la baisse. De toute manière, en considérant ce type de véhicule, l’acheteur est conscient de ses limites. Pour 2020, la Legacy propose un coffre plus généreux que jamais. En passant de 425 à 428 litres, il a surtout profité d’un élargissement qui permet de mettre plus de valises pleine grandeur dans la soute à bagages.

Du reste, le côté pratique de cette voiture, c’est son rouage intégral, un des meilleurs de l’industrie.

Convivialité : 8/10

Tout à bord de la Legacy a été pensé pour qu’on y passe un bon moment. Ça va de la position de conduite à la proximité de tous les commutateurs. Ergonomiquement, on a peu à redire ; des commandes simples à utiliser, des rétroviseurs à atténuation automatique, un système multimédia convivial, un niveau d’insonorisation relevée, bref, tout est au poil. Plus on passe du temps à bord, plus on trouve nos repères.

Commodités : 8/10

Puisqu’on a affaire à une gamme complète, l’essai étant le résultat du lancement d’une nouvelle génération de produit, la note concernant les commodités est plus difficile à établir. Dans l’ensemble, disons que chacune des versions avance un niveau d’équipement fort acceptable en regard de son prix.

Dès la proposition initiale nommée Convenience, on trouve des sièges avant chauffants, l’ensemble de sécurité EyeSight, la climatisation automatique, de même que la compatibilité avec les applications Android Auto et Apple CarPlay. En passant au modèle Touring, l’écran du système multimédia passe de 7,0 à 11,6 pouces, la fonction atténuante est ajoutée aux rétroviseurs, le démarrage se fait par bouton-poussoir et la dimension des roues bondit à 17 pouces.

Avec les livrées Limited et Premium, on en remet avec un volant chauffant, une chaîne audio Harman/Kardon à 12 haut-parleurs et la navigation, d’abord, puis avec des sièges ventilés, le système de surveillance du conducteur et la navigation, ensuite.

Puissance : 6 et 9/10

Subaru offre deux mécaniques pour animer sa Legacy. Avec chacune des quatre variantes, c’est un moteur 4-cylindres de 2,5 litres qui est d’office. On a beau bien connaître ce dernier, il présente 80 % de nouvelles pièces cette année. Sa puissance est chiffrée à 182 chevaux et son couple à 176 livres-pieds.

La deuxième mécanique, qui peut être livrée avec les déclinaisons Limited et Premier, est une mécanique 4-cylindres turbo de 2,4 litres dont la capacité atteint 260 chevaux et 277 livres-pieds de couple. L’arrivée de ce nouveau moulin signifie la fin du moteur 6-cylindres de 3,6 litres qui servait le modèle depuis des lunes. Au passage, on gagne en puissance (le temps de 6,1 secondes au 0–100 km/h est là pour le prouver) et à la pompe avec de meilleures cotes. Il faudra voir pour la fiabilité à long terme du bloc turbo, toutefois.

Chacune des mécaniques œuvre de concert avec une transmission à variation continue (CVT). On sent cette dernière moins à l’aise avec le moteur atmosphérique et pour tout extirper de la mécanique, il faut avoir le pied droit au plancher. Au passage, le chant qui provient des organes est strident, voire agaçant. Avec le bloc turbo, tout coule mieux et on profite vraiment des bienfaits des rapports simulés. Au pire, on fait appel aux palettes au volant pour amenuiser le tout, lorsque celles-ci sont présentes.

Confort : 9/10

Pour ce qui est du confort, la Legacy continue d’impressionner. Les sièges pourraient offrir plus de supports latéraux, mais dans l’ensemble, ils sont accueillants et malgré une journée complète passée à bord de la voiture, aucun inconfort n’a été ressenti. Ajoutez à cela des ajustements de suspension qui font qu’on se fait littéralement bercer par la voiture à vitesse de croisière et vous comprendrez ici que le confort est l’un des points forts de cette berline.

Sensation de conduite : 7/10

Ce qu’on savoure en fait de confort, on le sacrifie un peu en matière de sensation de conduite. La vocation de la Legacy n’a rien de sportif et une fois qu’on le comprend bien, on apprécie davantage ce qui nous est offert. Profitant de la nouvelle plateforme de l’entreprise, le modèle se trouve assis sur un châssis solide offrant une belle rigidité. Même en poussant la note, on sent le bolide suivre sans coup férir. En fait, la première faiblesse vient des pneus qui n’aiment pas trop être poussés. Avec des gommes plus adhérentes, l’expérience serait nettement plus probante.

Économie de carburant : 9/10

À la pompe, on a fait des gains intéressants. Avec le moteur de base, on nous promet des cotes de 9,0 et 6,7 litres aux 100 kilomètres, respectivement pour la conduite ville/autoroute. Avec le bloc turbo, ces dernières passent à 10,2 et 7,5 litres aux 100 kilomètres, toujours pour les mêmes références et dans le même ordre. Il faudra bien sûr voir après des essais plus prolongés si ces estimations sont précises.

Valeur : 9/10

Le prix de base de la Legacy est fixé à 26 395 $. On parle de 30 295 $ pour une version Touring et on ajoute dans l’ordre 4000 $ et 6000 $ pour les habillages Limited et Premium. Et si le moteur turbo vous tente, il suffit d’ajuster 2800 $ à la facture.

En regard de ce qu’on obtient en retour et du fait qu’on profite d’une des meilleures tractions intégrales de l’industrie, on y trouve notre compte avec ce modèle.

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, la nouvelle Legacy livre la marchandise. Les faux pas ne sont pas nombreux avec cette cuvée 2020 et sur papier, elle représente une excellente affaire.

Le problème, c’est que les gens la connaissent autant que ce cousin par alliance qu’on voit une fois au trois ans.

Subaru a du pain sur la planche. Elle a une proposition intéressante entre les mains, mais doit faire ce qu’elle n’a jamais réussi à faire dans le passé ; la faire connaître à sa juste valeur auprès du public.

La tâche ne sera pas simple, mais le produit est vendeur… une fois qu’on est convaincu de l’essayer.

Subaru Legacy 2020
Cylindrée: 2,4L
Nb. de cylindres: H4
Puissance: 260 ch
Couple: 277 lb-pi
Consommation de carburant: 10,2/7,5/8,7 L/100 km ville/route/comb
Volume de chargement: 428L
articles_PricingType Subaru Legacy 2020
Prix de base 39 095 $
Taxe climatiseur 100 $
Frais transport et préparation n/d
Prix tel qu’essayé n/d
Équipement en option Aucune
Équipement en option
10 0
Détails de la cote 8,0
6 Stylisme
9 Groupe motopropulseur
8 Qualité
9 Confort
7 Commodité
7 Agrément de conduite
8 Utilisation/Ergonomie
9 Consommation de carburant
8 Caractéristiques
9 Valeur