Le constructeur à l’étoile d’argent a commencé l’année 2022 en force avec la présentation de son concept Vision EQXX, une berline purement électrique capable de parcourir une distance assez impressionnante de 1 000 km.

La berline au design affûté ne ressemble à aucun autre véhicule de la gamme actuelle du constructeur de Stuttgart, la mission de cette étude de style étant bien entendu de repousser les limites de l’autonomie. Une autonomie de 1 000 km, ce n’est pas rien! Mercedes-Benz avait intérêt à livrer la marchandise dans ce cas-ci, les stratèges de la marque qui annoncent le dévoilement de cette spectaculaire voiture depuis plus d’un an.

La silhouette de la Vision EQXX n’est pas sans rappeler celle de la rarissime Volkswagen XL1 commercialisée en Europe il y a quelques années déjà, surtout à l’avant où le bouclier est d’une simplicité peu commune pour un modèle de la division allemande. Le capot est même légèrement plus bas que les arches de roues arrondies à l’avant, un clin d’œil aux voitures sport. Un autre indice de la sportivité de la voiture se trouve dans la fenestration qui se termine en pointe à l’arrière, tandis que le coffre se prolonge au-delà de la ligne du « pare-chocs » avec un feu de position qui longe l’arête formée par le postérieur de la voiture.

La Vision EQXX a droit à un bloc de batteries d’une capacité de recharge de 900 volts, ce dernier qui a été développé en collaboration avec les ingénieurs de l’aile HPP (High Performance Powertrains) affiliée notamment à l’écurie de Formule Un. Si la capacité de 100 kWh de la batterie est identique à celle de la récente EQS 450+ par exemple, son volume est réduit de moitié, tandis que son poids est 30 % plus léger, ce qui aide à minimiser l’impact de poids – ou d’espace – de la batterie.

En bonne voiture laboratoire, la Vision EQXX se voit aussi confier une batterie de technologies conçues pour bonifier encore plus l’efficacité écoénergétique. On pense notamment à des jantes réalisées en magnésium, à des disques de freins en alliage d’aluminium, à un toit aminci habillé de 117 cellules solaires capables d’ajouter 25 km à l’autonomie de la voiture, voire même à des portières en fibre de carbone et en plastique renforcé de verre. Résultat : le poids total de la berline est limité à 1 750 kg, soit un peu plus que le poids d’une Tesla Model 3 à roues arrière motrices.

Mentionnons également que la forme de la voiture contribue à lui donner un coefficient d’aérodynamisme assez impressionnant de 0.17, la voiture qui peut même compter sur un diffuseur arrière ajustable (!), une fonction de refroidissement du bloc de batterie et un groupe motopropulseur qui envoie jusqu’à 95 % de la puissance de la batterie aux roues motrices arrière.

Les chances de voir une telle Mercedes-Benz dans les salles de montre de la marque allemande sous peu sont nulles, mais les avancées technologiques, quant à elles, devraient apparaître à bord des futurs modèles électriques du constructeur un jour.