Les incontournables de la route 66

Inaugurée en 1926, la route 66 porte officiellement le nom de Will Rogers Highway en l’honneur de cet acteur américain né près de la route 66 en Oklahoma et décédé tragiquement dans un écrasement d’avion en 1935. Il y a des centaines de choses à voir sur cette route qui relie l’Est à l’Ouest américain entre Chicago et Santa Monica. Le tracé de celle-ci est basé sur le chemin qu’ont emprunté les premiers colons dans les années 1,850. À ses débuts, seulement le tiers des 3 665 km est carrossable. Il faut attendre 1937 pour que toute sa longueur soit pavée de dalles de ciment Portland rose. Une action attribuable au « New Deal » lancée par le président Franklin Delano Roosevelt. La longueur totale de la route a varié au fil des ans. Elle passait par exemple par la ville de Santa Fe dans son tracé original, mais ce tronçon de route a été éliminé en 1937. Aujourd’hui, la route fait 3 665 km, traverse huit états (Illinois, Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, Nouveau-Mexique, Arizona et Californie) et trois fuseaux horaires. Celle qui a perdu son rôle de principale route depuis 1985 au profit des autoroutes demeure un attrait touristique important pour ceux qui veulent redécouvrir l’Amérique des années 50 et 60. Nous vous proposons aujourd’hui dix lieux incontournables si vous traversez cette route.

Cadillac Ranch (Amarillo, Texas)

Situé en plein champ à 200 mètres de la route 66, le Cadillac Ranch est composé de dix Cadillac de 1949 à 1963 qui ont été plantés face première dans le sol en 1974. Des millions de visiteurs s’arrêtent chaque année pour se faire prendre en photos avec cette œuvre d’art peu commune. Il faut amener sa peinture en aérosol le temps de laisser un petit souvenir sur une des voitures. Soyez tout de même averti que votre présence sera très éphémère, car une autre personne aura laissé sa marque par-dessus la vôtre dans les minutes qui suivront. Œuvre des artistes Chip Lord, Hudson Marquez et Doug Michels, ces Cadillac sont censées former avec le sol le même angle que les faces de la pyramide Keops en Égypte.

Oatman (Arizona)

Je l’avoue, Oatman est mon endroit favori de la route 66. D’abord la route montagneuse et sinueuse pour s’y rendre est spectaculaire et cet ancien village minier où on faisait l’extraction de l’or au début du 20e siècle a conservé son cachet de vieille ville du Far West. Il y a des reconstitutions de fusillades deux fois par jour en haute saison. Vous avez commerce et restaurant le long de la rue principale et même le Oatman Hotel où Clark Gable et Carole Lombard ont passé leur première nuit de lune de miel en 1939. Mais ce qui nous a fait craque, ce sont les ânes en liberté dans le village. À l’époque du village minier, les wagons qui servaient à extraire l’or des montagnes avoisinantes étaient tirés par des ânes. Lorsque les villages ont été pratiquement abandonnés lors de la Seconde Guerre mondiale, les ânes ont été laissés derrière et ce sont les descendants de ces travailleurs de la mine qui vivent aujourd’hui en liberté dans le village et sont aussi gentils que des animaux domestiques.

Seligman (Arizona)

Village né autour du chemin de fer sous le nom de Prescott Junction, la ville devient Seligman en 1,886 en l’honneur de Jesse Seligman, un financier du chemin de fer. Située entre Flagstaff et Kingman en Arizona, Seligman est maintenant internationalement connue comme une ville emblématique de la Route 66. Cette ville qui vivait de la route 66 a subi un revers économique en 1978 lorsqu’elle a été contournée par l’autoroute 40. Les frères Angel et Juan Delgadillo se sont alors mobilisés pour que la route 66 devienne une route historique. C’est cette petite ville qui a inspiré les réalisateurs du film Cars qui ont inventé la ville de Radiator Springs en se basant sur l’histoire de Seligman. Il faut faire un arrêt au restaurant Snow Cap et aller voir l’ancien salon de barbier d’Angel Delgadillo tout juste à côté qui renferme des archives intéressantes sur la route 66.

Grand Canyon (Arizona)

Techniquement, le Grand Canyon n’est pas sur la route 66, il faudra faire un détour d’environ une heure aller-retour en quittant la route près de Williams en Arizona, mais ce détour en vaut largement la peine. Selon votre horaire, vous pouvez passer de quelques minutes à quelques heures dans ce parc national. Déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO en 1979, ce parc est visité par plus de 4,5 millions de visiteurs chaque année. Il est donc conseillé d’arriver tôt si vous y allez en haute saison. Cette formation géologique creusée par la rivière Colorado offre une profondeur moyenne de 1 300 mètres et une largeur de 5,5 à 30 km selon les endroits. Le Grand Cayon s’étend sur plus de 450 km, il y a donc plusieurs points de visites, mais peu importe l’endroit par lequel vous arriverez, vous serez émerveillé par le paysage grandiose.

Tulsa (Oklahoma)

La ville de Tulsa et l’État de l’Oklahoma sont les plus ardents défenseurs de la route 66. Plus de 700 km du trajet de la route 66 passe en Oklahoma. C’est cet état qui détient le record et pourtant, si vous tracez une ligne droite entre Chicago et Los Angeles, vous ne devriez même pas passer par l’Oklahoma, mais bien au Kansas où seulement 20 km de la route traverse l’État. Celui que l’on surnomme le « père» de la route 66 Cyrus Avery est né en Oklahoma et s’est assuré que la route passerait chez lui. Pour cette raison, l’Oklahoma a connu la gloire durant les belles années de la route 66. Connu comme la capitale du pétrole (l’essence est encore à 1,99 $ le gallon), l’Oklahoma se mobilise pour embellir les vestiges de la route 66. On retrouve de nombreuses stations-service rénovées, des maisons d’époque restaurées. La ville de Tulsa offre plusieurs attraits, dont un parc commémoratif de la route 66. L’Oklahoma, c’est aussi l’Amérique profonde, rurale comme on la voit dans les films de la grande dépression, ce sont tous les États-Unis en un seul endroit à savourer par petites bouchées.

El Rancho Hotel (Nouveau-Mexique)

C’est en arrivant au Nouveau-Mexique que se dévoilent les paysages de film western, les plaines montagneuses avec des décors de cinéma. Hollywood a utilisé ce panorama comme trame de fond pour plusieurs séries télévisées et grandes réalisations cinématographiques. C’est ainsi qu’est né l’Hotel El Rancho en 1937, construit par le frère d’un producteur d’Hollywood, D.W. Griffith. Cet hôtel servait de lieu de séjour temporaire pour les grandes vedettes d’Hollywood qui venaient tourner dans la région. Jane Fonda, Kirk Douglas, Ronald Reagan, Spencer Tracy, Katherine Hepburn et bien d’autres ont séjourné à l’hôtel et les chambres n’ont pas de numéro, mais bien le nom des vedettes qui y ont séjourné. Vous avez naturellement une boutique souvenir et un restaurant à votre disponibilité.

Big Texan Restaurant (Texas)

Il faudra préparer votre estomac si vous traversez les États-Unis d’est en ouest par la route 66. Les diners et différents endroits de restaurations rapides sont légion. Mais, comme le veut l’expression, tout est plus gros au Texas. Il faut vous réserver une soirée pour le Big texan Restaurant. Ce restaurant qui accueille aussi un motel le long de la route 66 sera l’endroit préféré des carnivores. Au menu : du steak et encore du steak. Il y a même le défi du Big Texan. Un steak de surlonge de 72 onces avec trois crevettes, une salade et une patate au four que le candidat doit avaler en 60 minutes. Si le défi est réussi, le repas est gratuit, si la personne échoue, la facture est de 72 $. Selon les employés, de 10 à 15 % seulement des gens réussissent. La viande est de première qualité, les prix sont raisonnables et les portions sont généreuses. Un conseil si vous allez souper, il serait avisé de manger léger durant la journée pour garder de l’espace pour le repas du soir. Un endroit à voir et à déguster.

Pops Soda Ranch (Oklahoma)

Le restaurant Pops Soda Ranch situé à Arcadia en Oklahoma n’est pas un vestige restauré de la route 66, mais une attraction moderne qui a ouvert ses portes en 2007. Facile à repérer avec son enseigne en forme de bouteille Néon géante qui fait 66 pieds de haut, ce restaurant compte à son menu plus de 700 saveurs de boissons gazeuses différentes y compris des parfums à l’hibiscus, la mangue, les pêches, les fraises et combien d’autres. Vous pouvez casser la croûte sur place ou acheter les bouteilles dans l’immense réfrigérateur et les amener avec vous sur la route. C’est aussi un poste à essence. L’immense bouteille éclairée au DEL est particulièrement impressionnante si vous passez le soir. L’établissement appartenait au regretté magnat du pétrole et du gaz d’Oklahoma, Aubrey McClendon, et a été conçu par le célèbre cabinet d’architecture Elliott + Associates. Pops a remporté plusieurs prix d’architecture.

Uranus Fudge Factory (Missouri)

Il y a au Missouri une destination qui se nomme Uranus que l’on prononce « your anus» en anglais. Les gens de cette petite bourgade St-Robert dans le Missouri ont décidé de jouer le concept de l’humour avec le nom Uranus. Vous avez un petit centre commercial qui renferme une fabrique de fudge (qui est délicieux), un magasin général qui vend du linge, des armes et des souvenirs de toutes sortes et un magasin de bonbons pour faire grimper son taux de sucre à des niveaux dangereux et même un petit musée de l’insolite. Bref , un arrêt d’une heure est fortement recommandé. On se fait accueillir par tous les employés qui nous disent « Welcome to Uranus » et nous disent au revoir en disant « Thank you for picking Uranus ». Une atmosphère bon enfant et des employés qui ont le sens de l’humour vous donneront le sourire.

La forêt pétrifiée et le désert peint (Arizona)

Située dans un parc national qui longe la route 66, la forêt pétrifiée (Petrified Forest) et le désert peint (Painted desert) datent de plus de 200 millions d’années. Le « Painted Desert» nommé ainsi en raison des différentes strates de sédiments composés de plusieurs couleurs se trouvent à l’entrée du parc et offre un coup d’œil spectaculaire. La forêt pétrifiée est composée de millions d’arbres géants autrefois ensevelis par le delta d’un fleuve qui se trouvait dans cette région. Les arbres enfouis dans des dépôts sédimentaires riches en silice ont vu les matières végétales remplacées par la silice qui transforma les arbres en pierre tout en ayant toujours l’aspect d’un arbre. Un phénomène unique et un parc à la beauté unique qu’il faut toutefois traverser le jour pour en admirer toute la splendeur.

Conclusion

Il y a naturellement une multitude d’autres attractions et arrêts possibles le long de la route 66. Ce qu’il faut retenir d’un tel périple n’est pas la destination, mais plutôt de s’imprégner du parcours, de savourer les kilomètres parcourus et de mieux comprendre la société américaine à travers ses routes.

Ce n’est pas la destination… 2020-02-19 10:00:00