Négocier le prix d’une voiture : voici ce qu’il faut faire

L’achat d’une nouvelle voiture peut s’avérer stressant pour certains d’entre nous. Quel que soit la raison de l’achat ou le type de véhicule convoité, chaque consommateur doit passer par l’étape plus corsée de la négociation avec le vendeur. À côté de ce bras de fer entre deux êtres humains, les autres procédures de l’achat d’une nouvelle voiture sont plus agréables à vivre.

Pourtant, cette épreuve pourrait s’avérer payante advenant un prix d’achat révisé à la baisse. Voici quelques étapes cruciales à respecter pour mieux négocier avec le vendeur qui, on le sait tous, doit tout faire pour maximiser la marge de profit.

Bien connaître ses besoins

Le processus d’achat débute bien avant la séance de magasinage en règle, celle où le consommateur se rend dans une ou plusieurs concessions automobiles pour toucher, essayer et négocier l’acquisition de sa prochaine voiture.

Le premier élément qu’un automobiliste devrait chercher à combler à l’achat d’un nouveau véhicule, ce sont ses besoins. Acheter un véhicule rapidement pourrait se transformer en cauchemar si le consommateur se rend compte un mois plus tard qu’il n’aime pas son acquisition pour une raison X ou un facteur Y.  

Vous avez une roulotte à déplacer au printemps et à l’automne et celle-ci vous oblige à regarder du côté des gros VUS ou même des camionnettes? Peut-être serait-il plus logique de louer une camionnette deux fois par année plutôt que d’acquérir un gros VUS encombrant. Une voiture compacte serait peut-être plus convenable pour vos besoins.

À moins d’avoir un besoin urgent, prenez le temps de bien évaluer vos besoins!

Une étude de marché s’impose

Ici, il n’est pas question d’engager une firme spécialisée en étude de marché. Toutefois, lorsque vos exigences auront été déterminées, une recherche approfondie sur le web suffit pour faire un premier survol de la catégorie envisagée. Une fois de plus, prenez le temps d’étudier la fiche technique du véhicule, sa consommation d’essence, son volume intérieur, la puissance du moteur, l’étendue de la garantie, la taille des jantes – votre ensemble de pneus d’hiver peu usé peut-il être réutilisé sur le nouveau modèle –, la livrée envisagée (un modèle de base, intermédiaire ou tout équipé) et une panoplie de détails sur ce dernier.

Mais surtout, prenez le temps d’étudier le prix d’achat total, et non la mensualité proposée par l’outil de calcul sur le site web d’un constructeur. C’est le prix final qu’il faut chercher à réduire. En cherchant à abaisser le paiement mensuel, le vendeur peut facilement ajouter une année ou deux au terme de l’achat. Si le taux d’intérêt est élevé, l’ajout d’une année supplémentaire signifie aussi plus d’argent déboursé par le consommateur.

D’ailleurs, le taux d’intérêt est important puisqu’il a une incidence sur le prix total déboursé au terme des quelques années de paiements. De grâce, ne l’oubliez pas!

Le modèle convoité vient-il tout juste de débarquer sur le marché ou, au contraire, il roule sa bosse depuis quelques années déjà? S’il s’agit d’un modèle populaire fraîchement sorti de l’usine d’assemblage, la demande risque d’être forte et le vendeur ne sera pas enclin à négocier fortement le prix à la baisse. En revanche, un véhicule moins recherché parce qu’il est en fin de cycle ou simplement parce qu’il se retrouve dans une catégorie niche de l’industrie serait un candidat idéal pour la négociation.

Le prix à payer

Vous avez fait votre choix et vous êtes prêt à passer à l’action? Il ne serait pas déplacé de prendre quelques minutes pour « construire » votre véhicule idéal sur le site web officiel du constructeur. En 2020, la majorité des sites web sont très faciles à utiliser et permettent aux consommateurs d’avoir une bonne idée du prix exigé à l’achat.

Avec cette information en poche, il est temps d’appeler les concessions de votre région, ne serait-ce que pour voir si un vendeur vous offrira un prix plus avantageux. Et si jamais un vendeur vous demande de vous déplacer pour obtenir un prix, passez au suivant! Vous avez sûrement des choses plus importantes à faire que de visiter un concessionnaire.

Place à la négociation

C’est ici que ça se joue! Que vous soyez un as de la négociation ou non, il est important d’arriver en confiance devant le vendeur. Ce dernier devrait en théorie vous présenter l’achat du véhicule en question à l’aide de quelques scénarios de paiements sur 48, 60 ou 72 mois par exemple. Encore une fois, il faut éviter cette manière de négocier en privilégiant le prix total.

Proposez un prix plus bas que celui affiché sur l’écran d’ordinateur du vendeur. Prenez en considération qu’un modèle abordable ne vient pas avec la même marge de profit qu’une voiture de luxe. Demander 3 000 $ de réduction sur une sous-compacte serait inutile! L’important, c’est de viser le plus bas possible tout en demeurant raisonnable.

Le vendeur pourrait revenir à la charge avec un prix plus bas de quelques centaines de dollars. Relancez-le avec un prix inférieur à cette deuxième offre. C’est normalement suite à cette deuxième offre où le vendeur s’éloigne pour discuter avec son directeur des ventes. En théorie, le prix qui vous sera proposé sera très proche du prix de vente final… s’il vous convient bien entendu!

Si le vendeur mentionne qu’il ne peut descendre plus bas au début des négociations, il est tout à fait légitime de quitter les lieux et de considérer un autre concessionnaire, et ce, même si ça demande plus de temps de votre part.

Il peut aussi être intéressant de négocier l’ajout d’accessoires disponibles en concession. Des barres transversales pour le toit par exemple, un ensemble de jantes et de pneus d’hiver ou des vitres teintées par exemple, surtout si le taux d’intérêt de la vente est de 0 %. Amortir leur ajout à la facture ne changera rien au taux d’intérêt et ces pièces d’origine pourraient même faire l’objet d’une garantie complète (au lieu de la garantie d’un an en temps normal). À ce niveau, il serait judicieux de regarder du côté de l’industrie de la pièce. Une boîte de chargement par exemple pourrait s’avérer plus économique à l’achat dans un établissement indépendant.

Dernière étape : la voiture en échange

Il n’est pas rare qu’un consommateur veuille s’épargner les troubles de vendre lui-même sa voiture via les petites annonces comme celles d’autoHEBDO.net. C’est pourquoi les concessionnaires proposent de reprendre en échange votre véhicule plus âgé, avec le désavantage qu’il offrira assurément moins que sa valeur réelle sur le marché. C’est pourquoi il est préférable d’attendre d’avoir négocié le prix de la nouvelle voiture avant d’aborder la question de la voiture donnée en échange. Ici aussi, une saine négociation s’impose. Si vous connaissez la valeur de votre vieille voiture – et surtout si elle est bonne condition –, il ne faut pas hésiter à faire monter les enchères quelque peu.

Acheter un véhicule neuf n’est pas une tâche facile même si, au final, la transaction se résulte en un véhicule neuf pour le consommateur qui repart au volant d’une voiture garantie et très souvent libre de troubles mécaniques. Investir quelques heures avant et pendant la négociation pourrait toutefois se transformer en quelques dollars de plus dans la poche de celui ou celle qui achète sa nouvelle voiture.

 

 

Pas si simple la négociation du prix d'une voiture neuve... 2020-03-12 14:16:04