Pèlerinage Golf GTI au Festival Wörthersee 2019

Chaque année, à l’occasion de la fête des Pères qui a lieu le dernier jeudi du mois de mai, des centaines de milliers de mordus convergent vers le petit village de Reitniz, sur la rive du Lac Wörthersee, en Autriche. La coutume a débuté en 1981, alors qu’une poignée d’amateurs de la Volkswagen Golf GTI ont fait de ce petit village, le temps de quelques jours du moins, leur destination pour échanger, faire la fête et profiter des belles routes environnantes pour conduire leurs bolides respectifs.

Baptisée Wörthersee GTI Treffen (le terme Treffen qui signifie rencontre ou « meet » si vous préférez le jargon populaire), ce Festival dédié à la Golf GTI au départ s’est rapidement transformé en rendez-vous d’envergure mondiale, surpassant de manière démesurée la capacité de ce minuscule village aux abords d’un des Grands Lacs du vieux continent.

Le phénomène est même venu aux oreilles du constructeur de Wolfsburg qui s’implique un peu plus depuis quelques années, ne serait-ce que pour mousser ce culte entourant tout ce qui porte un écusson du groupe. Et même si la Golf GTI constitue la voiture la plus souvent croisée dans les trois ou quatre artères principales du village, le festival est ouvert à toutes les marques et tous les styles, de la voiture de collection entretenue selon les standards d’origine aux voitures modifiées au possible, et tout ce qui se trouve entre ces deux antipodes.

Volkswagen Canada avait convié quelques chroniqueurs automobile canadiens à cette célébration impromptue de l’automobile, notre hôtel étant situé de l’autre côté du lac, à deux heures de route de l’endroit à cause des embouteillages monstres causés par cette invasion Volkswagen dans la région. Pour éviter ce bouchon de circulation, nous étions invités à embarquer à bord d’un petit bateau conçu pour les sports nautiques. Une quinzaine de minutes plus tard, nous accostions au quai nous donnant accès au village où , à cette période de l’année, le pourcentage de véhicules Volkswagen grimpe en flèche.

Un périple Munich-Wörthersee

Pour ajouter un peu de piquant à l’expérience, notre premier arrêt en sol européen n’était pas en Autriche, mais plutôt à un peu plus de 300 km de cette réunion annuelle, à Munich, en Allemagne, là où nous attendaient une Golf GTI équipée de l’ensemble Performance et une Golf R qui, se distinguait de notre livrée canadienne par la présence de ce système d’échappement Akrapovic, résolument plus musical que celui d’origine.

Disons qu’il aurait été difficile de trouver mieux comme véhicules pour se rendre à ce festival consacré à la voiture qui a créé de toutes pièces cette catégorie de la compacte sportive en 1976, lorsque la Golf GTI est apparue.

D’un côté, cette Golf GTI équipée de l’ensemble Performance ne manquait pas de punch pour s’attaquer aux portions d’autoroutes allemandes sans limites de vitesse avec ses 228 chevaux extirpés de son moteur 4-cylindres turbo de 2,0-litres. Et de l’autre, la Golf R, une version plus aboutie, plus mature et même plus lourde de la GTI, constituait certainement un choix plus logique (et très confortable) pour cette distance à parcourir, surtout avec cette pluie diluvienne qui s’abattait sur le continent européen.

La Golf GTI Performance brillait notamment par sa boîte manuelle à six rapports facile à manier, mais également par son étonnante agilité… pour une voiture à roues motrices avant! La Golf R, quant à elle, était équipée d’une boîte à double embrayage à sept rapports, cette unité qui n’a plus besoin de présentation pour son efficacité, mais qui pénalise tout de même le conducteur d’une pédale et d’un certain engagement.

Au final, mon cœur craque encore pour la GTI pour son côté un peu plus engageant que sa comparse à quatre roues motrices, presque trop parfaite pour l’amateur de sensations fortes.

Le Wörthersee GTI Treffen, c’est quoi au juste?

La portion conduite de ce voyage a sans contredit été très intéressante pour les routes aussi lisses qu’une table de billard ou le décor féérique de l’arrière-pays autrichien, mais le clou du spectacle se trouvait dans ce petit village où plus de 200 000 passionnés se rendent chaque année pour un pèlerinage en règle de tout ce qui touche de près ou de loin à la culture Volkswagen. L’événement est à ce point important pour le petit village qu’au centre de la place principale se trouve cette sculpture d’une Golf GTI de deuxième génération, le monument qui a été érigé en 1987.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut apprécier autant de belles voitures allemandes – modifiées ou non – dans une seule et minuscule localité. Pour vous donner une idée de la superficie des lieux, le tour du village ne prend qu’une trentaine de minutes à pied, assurément la manière la plus efficace de se déplacer dans ce chaos automobile, car c’est l’un des bémols – si c’en est un – du GTI Treffen : l’embouteillage. Déjà aux alentours de 10 heures le matin, les terrains vagues, transformés en stationnement pour quelques jours, étaient bondés, et ce, malgré cette pluie froide printanière. D’ailleurs, à cause de cette température capricieuse, plusieurs véhicules qui paradaient dans le village étaient couverts de boue, à cause du sol imbibé d’eau.

Fait étonnant, malgré la cadence d’escargot à laquelle les véhicules se déplaçaient dans les quelques rues du village, le klaxon ne se faisait pas entendre, signe que les conducteurs sont habitués à un tel désordre. On m’avait également prévenu que le Wörthersee Treffen était une fête où l’alcool coulait à flots; peut-être que la température a eu un effet refroidissant sur l’ambiance, mais disons que pour une réunion où les débordements sont prévus, j’ai trouvé l’endroit plus calme que je ne me l’imaginais.

Le constructeur Volkswagen qui installe un kiosque assez impressionnant non loin du quai principal avait même trimbalé son bolide électrique I.D. R pour mousser le fait que sa création vient d’établir le meilleur temps pour un véhicule électrique au circuit du Nürburgring, mais à l’exception de quelques autres véhicules électriques croisés dans le village, cette réunion annuelle carbure encore fortement à l’essence et au diesel. Et puisque le GTI Treffen met en vitrine la performance, il n’est pas rare d’entendre un vrombissement provoqué par un amateur qui veut faire entendre son 5-cylindres turbo ou son 4-cylindres vitaminé. Même le bon vieux VR6 ou les V8 biturbos modernes se pointent le bout du nez à cette grande messe Volkswagen. La musique des chaînes audio fait aussi partie de l’ambiance du festival, des succès de musique techno aux airs de musique punk, sans oublier le mouvement hip-hop.

Je l’avoue, j’avais visionné des vidéos des éditions passées du Wörthersee et on pouvait y apercevoir des séances de caoutchouc brûlé – ou « burnout » si vous préférez l’expression anglophone –, mais les conditions exceptionnelles de cette journée n’étaient pas optimales pour ce genre d’exercice. Le lendemain, le retour du beau temps a certainement permis à quelques passionnés de laisser leur marque sur les rues du village, mais nous étions déjà sur la route en direction de Munich.

Le Wörthersee GTI Treffen, c’est aussi des kiosques de compagnies de pièces de performance, une scène où des groupes de musique viennent se mêler à une minipiste de « drift », de nombreux restaurants ambulants et même des distributeurs de pièces de performance et de rechange.

Ce qui est bien aussi avec cette fête annuelle, c’est qu’elle souhaite la bienvenue à tous. Il n’est pas nécessaire de conduire un produit de la famille Volkswagen pour parader dans les rues avoisinantes, même si, je dois l’avouer, la très grande majorité des bolides aperçus cette journée-là provenaient de l’empire de Wolfsburg.

Mais, ce qui impressionne le plus à propos de cette réunion dédiée à la culture automobile, c’est la variété de modèles tous plus intéressants les uns que les autres. Le nombre de Golf GTI de première et de deuxième génération est irréel, quelques Scirocco par ci, quelques Corrado par là, des Audi 80, même une Volkswagen Thing, des Cabrio à tous les coins de rue, une Volkswagen Polo Harlekin, une Audi RS2 Avant d’un côté (!), une Golf Rallye de l’autre (!!), une Porsche 911, une Golf GTI TCR pour faire saliver les consommateurs nord-américains, une marée de Westfalia, des Beetle abaissées au possible, un « rat rod » ou deux, même un coupé Jetta Mk.II doté d’un poste de conduite à droite, tout est possible à Wörthersee… pour se faire remarquer bien entendu! J’ai peine à m’imaginer à quel point le village doit être paralysé lorsque Dame nature est favorable.

Cet endroit féérique, sur les rives du lac Wörthersee, est devenu la Mecque des amateurs de Volkswagen et l’inconditionnel, le mordu qui ne vit que pour les produits du constructeur allemand se doit, au moins une fois dans sa vie, de s’y rendre, malgré la barrière linguistique, l’Allemand étant la langue de prédilection dans ce coin du monde. Heureusement, j’ai pu m’entretenir avec quelques amateurs qui parlaient la langue de Shakespeare. De toute manière, en ce qui concerne cette réunion unique au monde, c’est le langage automobile qui domine!

Un petit village, 200 000 passionnés 2019-06-10 08:00:00