FCA se retire des négociations avec Renault

Il y a un peu plus d’une semaine déjà, FCA déposait une offre au groupe Renault. L’entente prévoyait une fusion afin que les deux entités deviennent le troisième groupe automobile en importance à l’échelle mondiale.

Finalement, le groupe FCA a annoncé hier qu’il se retirait des négociations avec le Conseil d’administration de Renault, prétextant que le climat politique français n’était pas favorable à cette entente de principe.

Selon l’agence Reuters, le géant italo-américain s’est retiré après que le gouvernement français ait demandé un délai supplémentaire de cinq jours pour afin d’obtenir un appui de son partenaire Nissan, au sein de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Il faut rappeler que le gouvernement français est le plus gros actionnaire de Renault avec 15 % des actions de la marque au losange, un détail non négligeable dans cette affaire.

Reuters cite également une source qui affirme que ce retrait de FCA n’est pas lié à une intervention du gouvernement français, mais bien à la préservation de l’alliance entre Renault et Nissan, les deux marques qui travaillent ensemble depuis 1999.

Pourtant, cette union s’avérait complémentaire pour les deux géants automobiles. D’un côté, FCA possède une expertise en matière de véhicule tout-terrain avec Jeep, de camionnettes avec Ram, sans oublier les véhicules commerciaux de Ram et Fiat. Ajoutons à cette équation les divisions de prestige Alfa Romeo et Maserati, deux écussons d’une richesse incroyable aux yeux des observateurs. Chez Renault, l’expertise en matière de véhicules électriques en plus de la forte présence du groupe dans des régions du monde où FCA n’est pas bien implanté était également à souligner.

FCA a tenu à exprimer ses remerciements au Groupe Renault, et en particulier au chef de la direction, en plus des partenaires Nissan et Mitsubishi, les deux autres entités d’envergure attachées au constructeur français.

De son côté, le groupe Renault a également voulu remercier les efforts déployés par FCA, le partenaire Nissan, ainsi que les membres du Conseil d’administration de Renault.

Ce retrait ne veut pas nécessairement dire que les liens sont coupés entre les deux conseils d'administration. 2019-06-06 16:05:30