Rentrée scolaire : trucs, astuces et 9 véhicules à considérer

Pour plusieurs milliers d’étudiants canadiens, la fin de l’été annonce la rentrée scolaire. Et même si bon nombre d’entre eux choisissent le transport en commun pour se rendre à l’université ou dans un établissement collégial, d’autres préfèrent encore la voiture pour se déplacer.

Et c’est là que ça se corse. Le marché automobile en 2018 est plus vaste que jamais et il est très facile de s’y perdre, quel que soit le type de voiture envisagée. Évidemment, le budget est l’un des premiers éléments à déterminer avant de se lancer dans une corvée de magasinage sans fin, mais il y a plusieurs autres facteurs à considérer avant de passer à l’achat d’une première ou même d’une deuxième voiture d’étudiant!

Une recherche s’impose

Avant d’appeler un vendeur, une petite recherche de marché est recommandée. Et avec les outils que propose un site de ventes comme autoHEBDO.net, il est très facile de comparer les prix d’un modèle ou même d’une catégorie en particulier.

En cernant les critères très précis comme le prix maximum et/ou même le prix minimum, le kilométrage désiré, le type de boîte de vitesses et même le rayon du territoire de recherche, il est plus simple de voir que certains vendeurs (particulier ou commerciaux) exigent des sommes exagérées par rapport au reste du marché. En revanche, les voitures qui semblent en très bon état, mais dont le prix est dérisoire pourraient cacher quelque chose de louche.

Ce genre de recherche permet aussi de découvrir les différents niveaux de finition d’un modèle en particulier. Sur le marché de l’occasion, les versions plus équipées commandent des prix plus importants que ceux des modèles de base. Et puisque nous demeurons dans un marché nordique, il est fort possible qu’une voiture puisse être munie d’un rouage intégral, un équipement qui peut faire grimper la facture, même si, une fois l’hiver arrivé, les quatre roues motrices font toute la différence.

L’épineuse question de l’inspection mécanique

Un étudiant qui possède des aptitudes en mécanique saura probablement où regarder pour déceler les faiblesses d’une voiture usagée, mais qu’en est-il de celui ou celle qui ne connaît rien aux voitures? Un ami doué en mécanique pourrait très bien rendre service, mais il existe d’autres manières de s’assurer que la voiture à vendre n’est pas un citron. Les établissements de mécanique offrent ce genre de service, tandis que des inspecteurs indépendants peuvent aussi se déplacer pour vérifier l’état mécanique de la voiture.

Oui, mais une inspection, ça coûte cher! Il est vrai qu’investir une centaine de dollars dans un véhicule qu’on ne possède pas peut sembler coûteux, mais si l’inspection révèle plusieurs problèmes qui auraient généré 3000, voire 4000 $ supplémentaires suite à l’achat d’une voiture qui commandait 5000 $ au départ, cette dépense vient d’épargner à l’acheteur quelques milliers de dollars en lui conseillant de regarder ailleurs. Inutile de vous dire qu’un budget étudiant est parfois limité!

Y a-t-il une dette sur la voiture?

Il faut aussi s’assurer que la dette est acquittée sur la voiture avant de procéder à l’achat. Une voiture dont la dette n’a pas été remboursée au préalable pourrait être saisie, et ce, même si la vente a été conclue en bonne et due forme. Encore là, un étudiant aux moyens limités pourrait se retrouver sans véhicule parce qu’il n’a pas pris le temps de s’assurer de ce vilain détail. Au Québec, une simple consultation du RDPRM (Registre des droits personnels et réels mobiliers) ne requiert que quelques minutes et peut économiser plusieurs maux de tête en cours de route.

Acheter le bon véhicule, et pas nécessairement celui qu’on veut!

Au risque de le répéter, tous les étudiants ne sont pas dans la même situation. Les petits portefeuilles n’ont pas les mêmes moyens que ceux qui arrivent à l’université en voiture exotique. À ce compte, le budget dicte encore le choix final. Mais si les moyens de l’acheteur étudiant sont petits, il est préférable de viser une voiture fiable, peu gourmande en carburant, peu coûteuse à l’entretien et même moins dispendieuse à assurer. C’est bien beau un « Muscle car » à moteur V8 dans la vingtaine, mais les coûts reliés à l’entretien d’un tel bolide pourraient se retourner contre son propriétaire. En revanche, une voiture compacte à moteur quatre-cylindres est certes plus monotone au volant, mais la facture pourrait être plus facile à digérer.

Encore dans le doute? N’hésitez pas à demander des conseils d’un ami, d’un parent ou d’une connaissance qui est déjà passée par le processus d’achat. Son expérience pourrait vous faire sauver plusieurs dollars en fin de compte.

Les meilleures sous-compactes entre 5 000 $ et 10 000 $

Si le budget de l’acheteur se situe entre 5 000 $ et 10 000 $, il y a de fortes chances que la voiture soit usagée, à moins de viser un modèle de base des rarissimes microvoitures offertes sur le marché (Mitsubishi Mirage, Chevrolet Spark et Nissan Micra), mais même ces versions dénudées surpassent le cap des 10 000 $ avec les taxes et autres frais à l’achat. Voici les plus durables sous-compactes sur le marché de l’occasion.

Toyota Yaris

La sous-compacte n’est définitivement pas la plus attrayante au chapitre de l’agrément de conduite, mais en revanche, cette sous-compacte est increvable en plus d’être économe à la pompe. Son entretien sera minimal et sa valeur de revente excellente à condition de la garder en bon état.

Honda Fit

La sous-compacte la plus logeable de l’industrie est très pratique à cause de sa deuxième banquette repliable dans le plancher. Aussi fiable que sa concurrente chez Toyota, mais plus amusante à conduire, la Fit demeure tout de même rare sur nos routes puisque la berline Civic se vend à peine plus cher depuis son arrivée sur le marché. Une berline Honda Civic pourrait très bien remplir le rôle de voiture d’étudiant.

Hyundai Accent / Kia Rio

Les cousines coréennes sont mécaniquement identiques. Et leurs chiffres de ventes indiquent que les gens apprécient le tandem Hyundai/Kia. Que ce soit pour l’Accent ou la Rio, les deux modèles sont recommandés, et étant donnée leur abondance sur le marché, il ne sera pas trop difficile de dénicher une voiture

Un coup d’œil aux compactes entre 10 000 $ et 20 000 $

Évidemment, avec un budget plus important, le choix se multiplie, mais de nos jours, avoir 20 000 $ dans ses poches ne garantit pas nécessairement de repartir avec un véhicule infaillible. D’ailleurs, le simple fait d’avoir un budget supérieur veut probablement dire que l’étudiant visera plus haut dans la hiérarchie automobile. Peut-être même qu’un modèle de luxe un peu plus âgé pourrait s’inscrire à la liste de magasinage. Mais il ne faut pas oublier les coûts supplémentaires associés à ceux d’une voiture aux origines prestigieuses. Sans plus tarder, voici trois

Toyota / Scion Corolla iM

Après la Toyota Matrix, le constructeur nippon a introduit sur notre marché la Corolla iM, essentiellement une Toyota Auris (un modèle distribué en Europe) avec un écusson différent. Au même titre que la Corolla et sa devancière Matrix, cette iM devrait normalement être un sans-faute pendant de nombreuses années et l’économie d’essence sera au rendez-vous, et ce, même si l’agrément de conduite risque d’être un peu plus triste.

Subaru Impreza

Voici une voiture qui se démarque bien entendu par son excellent rouage intégral et même son agrément de conduite. L’Impreza peut s’extirper de n’importe quel banc de neige et n’a aucun complexe face aux pires tempêtes, à condition qu’elle soit équipée de bons pneus d’hiver. Et puisqu’il s’agit d’une voiture grand public, les frais d’assurance ne devraient pas être trop exorbitants.

Volkswagen Golf

La Golf est sans contredit la plus européenne des voitures compactes. Son comportement est plus aiguisé et le confort fait définitivement partie de la formule gagnante. Certes, il pourrait y avoir des petits troubles de fiabilité en cours de route, mais la Volkswagen Golf compense par son expérience de conduite et sa qualité de fabrication supérieure.

Et une voiture neuve alors?

À près de 20 000 $ de budget pour l’achat d’une voiture, l’étudiant est déjà bien nanti pour se dénicher quelque chose de très potable. Mais, avec un peu plus de latitude financière, le luxe d’acheter un véhicule neuf devient plus alléchant, ne serait-ce que pour avoir une tranquillité d’esprit au fil des premières années de possession.

En 2018, la mode est aux VUS compacts et autres multisegments. Ces petits utilitaires demeurent aussi maniables que les voitures compactes sur lesquelles ils reposent en plus d’offrir une garde au sol supérieure, et parfois même les quatre roues motrices. Dans ce créneau, tous les constructeurs sont représentés ou presque et ce n’est vraiment pas le choix qui manque! Voici tout de même notre top 3 des petits VUS neufs parfaits pour l’étudiant qui veut se démarquer.

Mazda CX-3

Le multisegment de poche de Mazda est parmi nous depuis quelques années déjà, mais il n’a pas pris une seule ride. Cet utilitaire urbain est hyper maniable, son rouage intégral est très efficace et le plaisir de conduite est impressionnant. Même la consommation de carburant est exemplaire.

Subaru Crosstrek

Le Crosstrek est une Impreza avec un look plus aventurier. L’espace intérieur est identique, mais la garde au sol est plus haute. L’excellent rouage intégral n’a plus besoin de présentation, tandis que l’agrément de conduite est à noter également. Mieux encore, le Crosstrek est disponible en plusieurs coloris éclatants.

Honda HR-V

Voici probablement le multisegement de poche le plus sage en matière de silhouette, et peut-être même derrière le volant. Mais ce petit véhicule se reprend de belle manière grâce à sa banquette arrière qui se replie dans le plancher, une solution observée à bord de la Fit également. Fiable, confortable et facile à garer, le HR-V est l’un des ténors de son segment.

Le retour à l’école 2018-08-31 10:00:00