Ce nouveau Sorento semble être sur la bonne voie pour devenir le leader de sa catégorie.
POSITIFS
  • Design audacieux
  • Puissant moteur turbo
  • Habitacle bien ficelé, technologie de pointe
NÉGATIFS
  • Capacité de remorquage à la baisse
  • Fiabilité inconnue des nouveaux moteurs
  • Troisième rangée de sièges discutable
Kia Sorento 2021 : essai routier

Depuis l’arrivée du Telluride, certains consommateurs s’interrogent au sujet de l’avenir du Sorento, celui qui a longtemps servi de VUS porte-étendard chez Kia. Par chance, le monde fascinant des véhicules utilitaires fait en sorte qu’une nouvelle niche s’est creusée quelque part entre les modèles compacts et intermédiaires : celle des VUS intermédiaires à deux rangées de sièges.

Certes, ça commence à devenir compliqué pour le consommateur moyen, mais ce qu’il faut retenir, c’est que le Sorento 2021 change complètement de catégorie. Il vient maintenant se ranger entre un Sportage et un Telluride au sein de la gamme Kia afin de rivaliser contre des modèles comme le Chevrolet Blazer, le Ford Edge, le Honda Passport, le Nissan Murano, le Toyota Venza ou encore le Volkswagen Atlas Cross Sport.

L’équipe d’AutoHebdo a eu la chance de passer la période des fêtes en compagnie de ce nouveau Sorento dans sa déclinaison X-Line. Voici ce que nous en pensons.

Design : 9/10

Là où ce nouveau Sorento fait des pas de géants face à son prédécesseur, c’est au chapitre du design où il s’affiche comme un véhicule visiblement plus angulaire, moderne et distinctif. À l’instar des récents modèles du constructeur, dont la berline K5, le Sorento arbore une nouvelle calandre visiblement plus dynamique grâce à la grille « Tiger » et de minces phares à DEL qui rappellent curieusement les phares de type « Jewel Eyes » d’Acura.

Ajoutez à cela une ligne de toit fuyante et une partie arrière qui ne calque aucun de ses concurrents et on obtient un VUS attrayant qui apporte un vent de fraîcheur dans cette catégorie somme toute banale.

Sécurité : 9/10

Fidèle au marché, le Kia Sorento 2021 suit la tendance en offrant aux consommateurs une foule de technologies de sécurité au goût du jour. De série, on y compte déjà un bon nombre d’appareils d’aide à la conduite, comme l’assistance d’évitement de collision frontale avec freinage d’urgence et l’assistance de maintien de voie.

Il suffit ensuite de monter d’un cran dans la gamme, à la déclinaison LX Premium, pour retrouver un détecteur d’angles morts, des capteurs de proximité et la détection du trafic transversal en marche arrière. Au sommet de la gamme, la déclinaison SX+ comprend une suite complète de systèmes d’aide à la conduite semi-autonome, ainsi que la technologie d’aide au stationnement. Bref, en matière de sécurité, le Sorento 2021 est bien cossu.

Habitabilité : 8/10

Bien que le Sorento 2021 ne semble pas nécessairement plus volumineux que son prédécesseur, son espace de chargement est légèrement augmenté. Et comme l’ancien modèle, ce Sorento s’offre avec une troisième rangée de sièges pour dépanner.

C’est toutefois au chapitre de la polyvalence que le Sorento se débrouille somme toute bien face à sa concurrence. Une fois les dossiers des sièges arrière repliés dans le plancher, on y retrouve un total de 2 139 litres, ce qui surpasse le Chevrolet Blazer (1 818 litres), le Nissan Murano (1 897 litres) et le Ford Edge (2 078 litres). Seuls les Honda Passport (2 208 litres) et Volkswagen Atlas Cross Sport sont plus volumineux (2 203 litres). Le Sorento se trouve donc parmi les VUS les plus spacieux de son segment.

Convivialité : 8/10

Étant entièrement nouveau, ce Sorento intègre à la fois un habitacle repensé, une planche de bord redessinée et un degré d’ergonomie rehaussé. En plus de disposer d’une cabine bien ficelée et hyper bien assemblée, on y retrouve amplement de rangement, notamment au chapitre de la console centrale qu’on peut personnaliser à notre guise.

Nous prenons le temps de souligner l’appuie-bras intégré à même les portières. Celui-ci s’est montré étonnamment confortable pour les longs trajets. Il est d’une ergonomie exemplaire où notre bras s’y repose facilement, tout en nous permettant de manipuler les commandes des portières sans trop de difficulté.

À l’instar des récents produits Kia, le Sorento intègre une interface multimédia conviviale, facile à saisir et bourrée de technologies pratiques. De série, on y obtient les connexions Android Auto et Apple CarPlay sans fil. Celles-ci sont d’une simplicité exceptionnelle, à un point tel que leur utilisation en devient presque instinctive dès qu’on prend le volant. L’écran de huit pouces de notre modèle d’essai s’est avéré amplement efficace pour les besoins de la cause, mais un écran de 10,25 pouces est tout de même offert du côté des déclinaisons EX+ et SX.

Caractéristiques : 10/10

Fidèle aux véhicules Kia, le Sorento vous en offre beaucoup pour le prix. De base, avec la déclinaison LX+ à 33 995 $, on reçoit une transmission intégrale et des technologies d’aide à la conduite qu’on doit parfois payer en supplément chez la concurrence. Et il ne faut pas plonger trop loin dans les déclinaisons pour se retrouver avec une panoplie d’options intéressantes que certains concurrents n’offrent même pas à prix égal.

Par exemple, les déclinaisons X-Line, EX, EX+ et SX viennent avec la suite intelligente UVO, qui permet de manipuler le véhicule à distance, comme le démarrage, le verrouillage des portières, l’activation des commandes de climatisation, des sièges et du volant chauffant. Il est même possible d’observer la périphérie du véhicule à travers les caméras, et même de retrouver notre Sorento dans un stationnement si on l’a égaré.

Puissance : 7/10

Deux nouvelles motorisations sont offertes pour le Sorento. Les variantes d’entrée de gamme sont munies d’un moteur à quatre cylindres de 2,5-litres d’une puissance de 191 chevaux et d’un couple de 181 lb-pi. Il est jumelé à une boîte automatique à huit rapports et une transmission intégrale.

Le modèle à l’essai était équipé d’un moteur 4-cylindres de la même cylindrée, mais turbocompressé, pour une puissance totale de 281 chevaux et un couple de 311 lb-pi. Bien que ce moteur soit un peu moins puissant que le défunt V6 de 3,3-litres (-9 chevaux), il produit 59 lb-pi de couple supplémentaire. Comme son confrère de type atmosphérique, le moteur turbo est jumelé à une boîte automatique à huit rapports, mais celle-ci est à double embrayage, lui permettant de répondre plus rapidement en conduite sportive.

Et c’est vraiment au chapitre de la performance que le Sorento 2021 surpasse son prédécesseur. Ce moteur développe non seulement son couple à plus bas régime que le V6, il s’avère également plus doux et plus nerveux. Jumelé à cette nouvelle boîte à double embrayage, il répond rapidement à la moindre accélération.

Le seul défaut de ce moteur, c’est qu’il est trop récent pour se prononcer au sujet de sa fiabilité. Et, contrairement à l’ancien Sorento V6 qui pouvait remorquer jusqu’à 2 267 kilos (5 000 lb), celui-ci se limite à 1 587 kilos (3 500 lb).

Confort : 8/10

En plus de proposer un habitacle bien assemblé et bourré de technologies, le Sorento arbore un confort passager digne de mention, surtout lorsqu’il est équipé des sièges capitaines pour la deuxième rangée comme notre modèle d’essai. Les passagers seront gâtés par l’immense dégagement pour la tête et les jambes et l’accès facile aux connexions USB.

La troisième rangée s’avère toutefois beaucoup plus étriquée, mais intègre des commandes de climatisations et des ports USB faciles à opérer. Il s’agit d’une rangée de sièges conçue principalement pour accommoder de jeunes enfants, car les adultes risquent de trouver le niveau de confort désagréable.

Agrément de conduite : 5/10

Évidemment, le Sorento n’a jamais été pensé pour être performant, ni particulièrement amusant à conduire. Mais il demeure étonnamment habile sur une route sinueuse malgré son poids élevé et sa garde au sol élevée. Sa structure est hyper solide et elle encaisse bien les imperfections des routes québécoises.

Sur chaussée glissante, le Sorento a fait preuve d’un degré d’athlétisme exceptionnel où on y ressent une calibration suspension/châssis réfléchie. L’effet de roulis demeure relativement bas pour ce genre de véhicule et ses réflexes lors des dérapages contrôlés (à ne pas effectuer sur les voies publiques) nous permettent de demeurer confiants derrière le volant, et ce, même durant les intempéries de l’hiver.

Économie de carburant : 7/10

Au chapitre de la consommation, le Sorento avec moteur turbo s’en tire bien, sans toutefois révolutionner le segment dans lequel il s’inscrit. Un Toyota Venza hybride est certainement beaucoup plus économique, mais il est néanmoins possible d’enregistrer une consommation qui oscille aux alentours des 10 L/100 km à bord d’un Sorento, ce qui est tout à fait dans la moyenne de la catégorie.

Sachez toutefois que des déclinaisons hybrides et hybrides rechargeables sont prévues pour ce modèle dans un avenir rapproché. Ceci lui permettra sans doute de prendre une avance considérable sur ses concurrents.

Valeur : 9/10

Il va de soi qu’on en reçoit beaucoup pour le prix payé lorsqu’on opte pour un Kia Sorento. Avec un prix de départ qui se situe sous la barre des 35 000 $, et ce, très bien équipé, et un plafond qui demeure inférieur à 50 000 $, il risque en effet de faire mal à des modèles comme le Honda Passport et le Volkswagen Atlas Cross Sport. Mis à part une capacité de remorquage un peu basse et une fiabilité encore inconnue de ses nouvelles motorisations, le Sorento n’a absolument rien à envier à sa concurrence.

Conclusion

Il est évident que la nouvelle position du Sorento risque de venir brusquer certains adeptes du modèle qui l’aimaient pour son moteur V6 éprouvé et sa forte capacité de remorquage, mais il est également clair que la recette pourrait attirer de nouveaux acheteurs chez le constructeur.

Si vous recherchez un véritable VUS intermédiaire à trois rangées pour transporter la famille et remorquer un bateau ou une roulotte les fins de semaine, il n’est hélas plus le véhicule qu’il vous faut. Nous vous suggérons plutôt de vous tourner vers un Telluride, un Honda Pilot ou encore un Ford Explorer.

Mais, pour un couple seul ou avec de jeunes enfants, sans besoins de remorquer une grosse charge, ce Sorento a tous les ingrédients nécessaires pour devenir un leader dans sa nouvelle catégorie. Il reste maintenant à connaître le sort du nouveau moteur turbo et de sa nouvelle boîte de vitesses à double embrayage au niveau de la fiabilité et de ses coûts d’entretien.

Ce nouveau Sorento semble être sur la bonne voie pour devenir le leader de sa catégorie. 2021-01-14 08:00:00

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 2,5L   Modèle à l'essai Kia Sorento X-Line 2021
Nb. de cylindres L4 turbo   Prix de base 39 495 $
Puissance 281 ch @ 5 800 tr/min   Taxe climatiseur 100 $
Couple 311 lb-pi @ 1 700–4 000 tr/min   Frais transport et préparation 1 850 $
Consommation de carburant 11,1 / 8,4 / 9,8 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 41 695 $
Volume de chargement 1 090 / 2 139 L sièges rabattus  
Équipement en option
250 $ – Couleur Pierre d’aruba, 250 $