La Corolla s’amuse
POSITIFS
  • Bouille craquante
  • Boîte manuelle agréable
  • Raffinement étonnant
NÉGATIFS
  • Faible ouverture des portières arrière
  • Côté pratique limité
  • Toit ouvrant non disponible

Qui n’a pas un jour croisé une Corolla sur son chemin? On a tous un parent, un ami ou collègue qui en a possédé une, quand ce n’est pas nous-mêmes qui en avions les clés en poche. Ma toute première voiture a d’ailleurs été une Corolla SR-5 Liftback à propulsion, à l’époque où « SR-5 » impliquait de facto une boîte manuelle à cinq rapports. C’est seulement après un long « passage à beige » qu’une Corolla à hayon faisant plus « jeune » réapparait, soit l’iM, merci à la liquidation de la division Scion. Mais, surtout, c’est la génération actuelle qui ramène la production en grande série d’une Corolla à hayon, et malgré le virage VUS du marché, la clientèle canadienne l’adore! On l’essaie pour vous cette semaine, et avec trois pédales s’il vous plaît!

Design : 8,5/10

La Corolla Hatchback vient donc remplacer la Corolla iM qui elle-même assurait une continuité d’un modèle Scion après la mise au rancard de cette division. Apparue en 2019, la nouvelle Corolla Hatchback, connue sous le vocable Auris en Europe, se veut plus ludique que la berline Corolla dont elle est étroitement dérivée. Plus longue, plus large et plus basse que l’ancienne iM, elle présente une bouille qui accroche immédiatement l’œil, surtout qu’elle se décline dans une large palette de coloris vifs, certains – comme notre XSE d’essai – avec des agencements deux tons.

D’un dessin à la fois agressif, joli, moderne et espiègle, la Corolla Hatchback est de mémoire la plus extrovertie des Corolla, son empattement plus court que celui de la berline et son hayon à la fois incliné et arrondi ajoutant au dynamisme de l’ensemble. Les superbes jantes de 18 po de la livrée XSE complètent à merveille cette hatchback qui est aisément la plus réussie de la catégorie quant à son design. La robe Rouge supersonique de notre XSE d’essai était d’un lustre et d’une profondeur admirable pour une simple compacte.

L’habitacle n’est pas en reste avec sa belle planche de bord capitonnée de similicuir avec coutures contrastantes et ses formes géométriques bien étudiées, le tout de facture très européenne. On adore l’agencement des angles avec les bouches de ventilation aux deux extrémités. Les empiècements de tissu gris des sièges apportent un allègement visuel dans cet intérieur noir jusqu’à la doublure de pavillon et dépourvu de toit ouvrant, même en option.

Puissance : 6,5/10

Livrables en versions Base, SE et XSE, toutes les Corolla Hatchback se partagent la même mécanique, à savoir le 4-cylindres 2,0-litres des berlines Corolla les plus relevées. Ce moulin a été développé pour maximiser l’efficacité thermique et il recèle quelques innovations, dont une pompe à eau électrique et un thermostat électronique. Avec ses 16 soupapes, doubles arbres à cames en tête et son injection directe, il développe 169 chevaux et 151 lb-pi de couple.

En retrait par rapport aux moteurs turbocompressés de la concurrence, ce moteur s’avère surtout d’une douceur extrême pour un « quatre » et il faut vraiment pousser le compte-tours vers le haut pour l’entendre. La Corolla Hatchback n’est pas lente, mais elle n’a rien d’une bombinette. Le faible couple fait en sorte qu’il faut beaucoup jouer du levier de vitesse en ville quand la circulation est élastique, souvent en sautant un rapport ou deux, autrement vous aurez des appels de phares dans le rétroviseur. Parions qu’avec la CVT livrable, on s’y amuse nettement moins, l’interface avec la boîte manuelle étant fort agréable. La Corolla Hatchback GR, version sportive promise pour bientôt, viendra corriger le manque de vitamine de cette motorisation.

Agrément de conduite : 7,5/10

Il y a neuf ans de cela, j’avais qualifié la Corolla de « vaillant petit frigo » lors d’un match comparatif. C’est qu’elle était aussi sage que fonctionnelle; il lui manquait ce petit côté « Hop la vie! » typique de compactes généralement plus enjouées. Voilà qui est chose faite! Il ne faut pas confondre la Corolla Hatchback avec une bombinette, certes, mais au moins, on peut s’y amuser un peu, surtout avec la boîte manuelle. Cette dernière bénéficie d’un mode iMT activable au choix qui ajuste le régime moteur aux changements de vitesse effectués.

Toutes les Corolla à hayon se partagent les mêmes tarages des suspensions. Celle à l’arrière est d’ailleurs de conception multibras assez relevée. Seule la taille variable des pneumatiques, selon le modèle, influence le comportement routier, notre XSE chaussant des 225/40R18 à taille très basse qui améliorent le coup de volant en virage serré. Reste que la direction à assistance électrique est sans vie et que les rapports de la boîte sont longs, le tout axé sur une expérience plus raffinée que sportive. Il faut insister et manipuler le grand levier en sautant quelques rapports pour mettre un peu de verve dans l’expérience. Néanmoins, la boîte manuelle ajoute un peu de vie ici et même si la Corolla Hatchback n’a pas l’entrain d’une Forte5 GT, ses limites d’adhésion en virage sont appréciables. On ne l’accusera plus d’être un électroménager!

Convivialité : 8/10

Faut rendre à César ce qui lui est dû : généralement, Toyota livre des bagnoles grand public dans lesquelles on peut prendre la route avec un minimum de distractions cognitives. On y retrouve généralement une belle logique dans la disposition des commandes, et une certaine standardisation au sein de la gamme du manufacturier. Ainsi les principales touches d’aides à la conduite et celle du volant chauffant sont à gauche de ce dernier, tandis que les commandes de chauffage et ventilation sont indépendantes de l’infodivertissement et actionnées par boutons et molettes. Parlant infodivertissement, celui-ci peut poser quelques problèmes pour les moins « branchés », car son système d’exploitation Entune demande l’usage d’applications – le bouton « map » par exemple n’est qu’un raccourci vers une appli qu’il faudra téléverser dans la voiture depuis un appareil intelligent qui fournira par ailleurs les données requises pour son usage.

Mais la Corolla Hatchback présente des défis plus fondamentaux au quotidien. Les portières arrière en particulier ont une très faible ouverture – voir la photo montrant l’ouverture maximale. Il sera difficile d’y passer un siège d’appoint pour enfant, ou même d’aller sangler un bambin à l’arrière. Tout à l’arrière, le petit coffre présente au moins un seuil assez bas et le hayon s’ouvre suffisamment haut pour éviter de s’y cogner la tête. Le conducteur, lui, devra prendre l’habitude d’appuyer sur la pédale de frein pour désactiver le frein de stationnement électrique, un gadget désagréable lorsqu’associé à une boîte manuelle (un bouton permet de le maintenir pour le démarrage en côte).

Sécurité : 8/10

La Corolla Hatchback 2021, tout à fait identique, a obtenu une cote « Top Safety Pick » de la part de l’IIHS, à une marche d’un podium parfait. Essentiellement, elle est trahie par la performance moyenne de ses phares, plus jolis qu’efficaces. Équipée de la suite d’aides à la conduite Toyota Safety Sense 2.0, elle a remporté la cote « Superior » pour l’efficacité de son armada électronique qui a permis à la voiture d’éviter d’elle-même des collisions à 19 et 40 km/h. On retrouve dans cette suite les phares de route automatiques, l’alerte de louvoiement avec assistance active à la direction, la détection des abords de route et le régulateur de vitesse adaptatif. Les fonctionnaires de la NHTSA ont aussi accordé à la Corolla Hatchback une note parfaite de cinq étoiles. Toujours première de classe quoi, sauf en éducation physique!

Caractéristiques : 7/10

Toyota traite maintenant ses livrées comme étant des groupes d’option, s’ajoutant aux modèles de base nommés 6MT (boîte manuelle à six rapports) ou CVT (boîte automatique à variation continue). Ces derniers offrent la suite Toyota Safety Sense 2.0 et la compatibilité Apple CarPlay et Android Auto, longtemps absentes chez Toyota. S’ajoutent ensuite les groupes SE (moniteur d’angles morts et de circulation transversale arrière, sièges chauffants, antivol, pommeau et volant gainés de cuir, jantes en alliage de 16 po), SE Amélioré (volant chauffant, recharge sans fil, jantes en alliage de 18 po, radio satellite et services connectés) et XSE (climatisation thermostatique à deux zones, siège conducteur à huit réglages assistés, écran multifonctions de 7 po, antibrouillard, chaîne audio JBL Clari-Fi et huit haut-parleurs, garnissage tissu et similicuir).

Notre modèle d’essai étant « tout garni », nous avons apprécié la qualité de la chaîne audio, même si la version qui équipe les Corolla est moins épatante que dans d’autres Toyota plus cossues, ainsi que le grand confort des sièges baquet à l’avant. L’absence de sièges chauffants dans les versions de base est impardonnable, on vous suggère de passer au moins à la livrée SE pour les obtenir. Une note sur l’assemblage : la peinture deux tons s’accompagne d’un trait en plein pilier « C » qui laisse un gros joint d’épaisseur variable, digne d’un peintre du dimanche.

Habitabilité : 5,5/10

Il se vend beaucoup de Corolla Hatchback au pays. Mais il s’en revend beaucoup aussi. Malgré les qualités intrinsèques de cette voiture et sa jolie bouille, il faut se rendre à l’évidence qu’elle n’est pas très pratique. Avec un empattement plus court de 60 mm face à la Corolla berline, du haut de mes 1,80 m j’arrive tout juste à me glisser sur la banquette arrière, les genoux faisant contact avec les dossiers des sièges avant (le modèle à hayon offre 130 mm de moins que la berline en matière d’espace pour les jambes à l’arrière). La banquette offre trois ceintures de sécurité, mais ce ne sont certainement pas trois adultes qui vont les utiliser en même temps, car l’espace en largeur manque aussi (157 mm de moins que la berline). En fait, cette voiture rappelle l’habitabilité des défuntes Yaris à hayon.

À l’avant, les deux places les plus susceptibles d’être occupées souvent, le pare-brise fortement incliné ajoute visuellement du volume à l’habitacle et on y est à son aise, comme dans une berline Corolla, sans console envahissante. Les choses se gâtent à nouveau sous le hayon, où le dessin de la voiture vient réduire le volume au point où il pourrait être difficile d’y loger une poussette standard – avis aux jeunes familles, testez avant d’acheter! Notez que le coffre est plus profond si la voiture n’est pas munie d’une roue de secours (comme notre modèle d’essai), mais en contrepartie le plancher ne sera pas plat une fois les dossiers arrière abaissés. Les versions avec roue de secours offrent un plancher plat, mais sur les autres il n’est pas possible d’ajuster la hauteur de ce plancher comme dans une Golf par exemple.

Confort : 7,5/10

La Corolla se targue d’offrir le confort d’une « grande » depuis plusieurs générations et notre Corolla Hatchback 2022 ne vient pas trahir cette réputation, malgré la minceur des bandes élastiques qui protègent les belles jantes. La mécanique est très bien insonorisée pour une compacte – un conducteur de Subaru va presque penser qu’il roule ici en véhicule électrique – avec des régimes moteur qui sont au final plus élevés qu’on ne pourrait le croire : 2 250 tours à 100 km/h et 2 750 tours à 119 km/h. Le moulin est si bien assourdi qu’on en remarque que plus le bruit de roulement issu des pneus. Outre ces derniers, le raffinement de la Corolla à hayon est étonnant et parions qu’un modèle de base avec pneumatiques de 15 po sera aussi confortable qu’une compacte française.

Il faut évidemment faire attention aux nids-de-poule avec les pneus de série 40 de la XSE d’essai, mais autrement les suspensions sont bien assorties aux grandes jantes de 18 po qui, avouons-le, remplissent beaucoup mieux les ailes que les 15 ou 16 po qui y semblent un peu perdues. Notons encore une fois l’excellent support des sièges baquets Toyota, mais les passagers coincés à l’arrière auront surtout hâte d’arriver à destination.

Économie de carburant : 8,5/10

En plus de sa réputation de grande fiabilité, la Corolla est reconnue pour son appétit frugal et notre modèle d’essai n’a pas fait exception avec une moyenne affichée de 7,1 L/100 km en conduite mixte urbaine qui cadre bien avec les cotes de l’Énerguide, soit 6,7 sur route et 7,6 au combiné. Notons que la version avec CVT fait mieux dans les essais gouvernementaux (7,5 / 5,8 / 6,7 ville / route / combiné), mais généralement on tire de meilleurs résultats des boîtes manuelles en dehors des laboratoires. Toutes les Corolla s’abreuvent d’essence ordinaire et le modèle à hayon offre le traditionnel réservoir de 50 litres typique des compactes les plus populaires.

Valeur : 7/10

Bien que dénudée, la Corolla Hatchback manuelle de base débute au prix alléchant de 21 390 $. Le groupe SE, passage quasi obligé pour obtenir les sièges chauffants, ajoute 2 050 $ à cette facture. Pour 1 860 $ de plus qu’une SE, on gagne les garnitures du groupe SE Amélioré et finalement le groupe XSE ajoute 5 780 $ au tarif d’entrée, ce qui n’est pas rien. Si le tarif de départ est compétitif, les groupes optionnels – le XSE en particulier – font grimper la note à des niveaux où la concurrence en offre un peu plus, surtout que le côté pratique de la Corolla Hatchback est en retrait face à ses rivales. La palme de l’équation prix valeur revient au groupe SE, offert à un prix très correct dans un segment de marché où le choix est devenu assez limité.

Conclusion

La Corolla Hatchback 2022 joue autant la carte de séduction que l’attrait du rationnel sur lequel reposent les ventes du manufacturier nippon. Mignonne à croquer, raffinée et frugale, la Corolla Hatchback déçoit toutefois par un côté pratique limité par sa banquette arrière exigüe et un tout petit coffre. Son tarif d’entrée alléchant et son économie à l’usage en feront une excellente première voiture, mais les familles seront mieux servies par la berline, plus logeable. La boîte manuelle ne la transforme pas en sportive, mais elle livre une attitude mieux alignée à l’esprit d’un petit modèle à hayon que la CVT livrable. Dans un marché où l’offre s’étiole et une Civic à hayon se vend au prix des intermédiaires, elle reste une bonne affaire, pour autant que son format studio vous convienne.

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 2,0L   Modèle à l'essai Toyota Corolla Hatchback 6MT 2022
Nb. de cylindres L4   Prix de base 21 390 $
Puissance 169 ch @ 6 600 tr/min   Taxe climatiseur 100 $
Couple 151 lb-pi @ 4 400 tr/min   Frais transport et préparation 1 690 $
Consommation de carburant 8,4 / 6,7 / 7,6 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 29 755 $
Volume de chargement 660 L / n/d sièges rabattus  
Équipement en option
6 575 $ – Groupe XSE, 5 780 $; Peinture Rouge supersonique avec toit noir, 795 $