Avec son look « utilitaire », la Kia Carnival 2022 pourrait convaincre quelques automobilistes réfractaires à l’idée de se retrouver au volant d’un minifourgonnette.

Kia Carnival SX 2022 : essai routier

On peut affirmer sans se tromper que l’année 2021 en est une d’exception dans le créneau de la minifourgonnette. Le bal s’est ouvert à l’automne lorsque la nouvelle Toyota Sienna est apparue sur nos routes avec une formule entièrement hybride. La Chrysler Pacifica, en plus d’accueillir une nouvelle petite sœur Chrysler Grand Caravan, s’est également payé un rouage intégral, en plus d’une refonte de mi-parcours. Même son de cloche du côté de Honda qui nous offre une Odyssey légèrement remaniée.

La seule candidate qui se devait d’apporter des correctifs, c’est la Kia Sedona qui a été rebaptisée Carnival pour l’année-modèle 2022. Pour la petite histoire, sachez que le nom Carnival existe ailleurs dans le monde depuis la première génération du fourgon familial introduite à la fin des années 90 à l’échelle internationale.

J’ai pu constater l’évolution du modèle en passant quelques heures au volant de la nouvelle Kia Carnival SX 2022, la familiale qui adopte un style pour le moins inusité. Voici ce que j’ai retenu de ce bref contact avec la Kia la plus logeable sur le marché.

Design : 9/10

Parlons tout de suite de l’élément qui fait le plus jaser à propos de cette minifourgonnette Kia : le style « utilitaire ». C’est vrai que le capot surélevé, la grille de calandre verticale et ces phares dramatiques donnent déjà des airs différents à la seule représentante sud-coréenne de la catégorie, mais ce n’est pas tout. En effet, le profil de cette livrée SX intègre cette finition en métal brossé qui se prolonge même jusque par-dessus l’unique feu de position éclairé par des diodes électroluminescentes. Même les barres de toit s’inspirent d’un certain Kia Seltos!

À ce compte, la nouvelle mouture fait certainement plus « utilitaire » avec sa carrure affirmée et risque même de convaincre quelques familles réticentes à passer du côté minifourgonnette, mais il est difficile de sortir du moule fourgon, la position des poignées latérales qui vend la mèche sur le type de véhicule. Je ne peux m’empêcher de féliciter les concepteurs de la Carnival, ne serait-ce que pour mieux positionner cette nouvelle livrée face aux autres modèles sur le marché.

Habitabilité : 9/10

Je ne le répèterai jamais assez : une minifourgonnette est LE véhicule idéal pour trimballer la famille et tout ce qu’elle désire transporter. Bon, c’est vrai que Kia, Honda et Toyota n’offrent pas le célèbre système « Stow’n’Go » de Chrysler qui facilite le rangement des sièges de la rangée médiane dans le plancher, mais en revanche, ce désavantage se transforme en plus de confort pour les passagers de la deuxième rangée. D’ailleurs, cette livrée SX repousse les limites à ce chapitre, avec des sièges capitaines de luxe dotés de repose-pieds escamotables. C’est vrai que pour impressionner la galerie, ces sofas première classe sont difficiles à battre.

Je dois toutefois apporter une petite précision à leur égard : ceux-ci sont lourds et difficiles à manipuler – parce qu’il est possible de les rapprocher au centre ou de les avancer/reculer –, tandis qu’ils ne peuvent pas être enlevés. Avis aux intéressés qui prévoient transporter des objets encombrants à l’occasion, la livrée SX n’est pas celle qu’il vous faut, contrairement aux quatre autres niveaux de finition du modèle (LX, LX+, EX et EX+).

La troisième rangée de sièges, elle, se replie très facilement à l’aide de ces poignées logées dans le dossier de la banquette. Et puis, à l’avant, l’espace réservé aux passagers n’a rien à envier à la concurrence.

Convivialité : 8.5/10

Comme pour d’autres modèles Kia fraîchement rénovés, la Carnival adopte cette paire d’écrans réunie au centre par ce vaste panneau noir. L’écran central est bien entendu tactile et on se déplace relativement bien entre les multiples applications du système d’infodivertissement. Kia a cru bon conserver un bon vieux levier pour la boîte de vitesses. De plus, la nouvelle minifourgonnette Kia passe en mode tactile pour plusieurs commandes du quotidien, quoiqu’on dénote encore quelques molettes et leviers ici et là. Et même si je ne suis pas un amateur de ces touches tactiles, je dois dire que mon expérience avec celles-ci s’est avérée concluante.

Kia propose aussi cette caméra de visualisation des passagers, une solution déjà disponible chez la concurrence. En chemin, un bref coup d’œil sur la marmaille qui dort (sans devoir se retourner) est bienvenu.

Confort : 8/10

La Kia Carnival SX est une minifourgonnette; elle est par définition confortable! À ce niveau, les sièges des deux premières rangées sont suffisamment moelleux pour les trajets prolongés, même si je trouve que ceux de la Honda Odyssey sont au sommet de la catégorie, si on ne tient pas compte des repose-pieds de Kia. La banquette de troisième rangée n’est pas aussi bien rembourrée que les deux autres, mais c’est beaucoup mieux que dans tous les multisegments sur le marché.

La suspension de la Carnival est bien entendu calibrée pour le confort avant tout, mais ici aussi, je donne l’avantage à la représentante de Honda pour sa capacité à mieux absorber les routes usées par le temps. Règle générale, la nouvelle minifourgonnette Kia est un véhicule parfait pour voyager en plein confort, mais je suis obligé de dire qu’il y a encore du travail à faire de ce côté.

Sécurité : 8,5/10

Qui dit véhicule familial dit aussi sécurité optimale pour tous! À ce compte, la minifourgonnette vient d’office avec plusieurs systèmes de sécurité, mais certains sont limités au modèle phare, soit celle que nous avons emprunté. Le moniteur d’angles morts notamment et l’assistance d’évitement de collision de stationnement – marche arrière, tandis que l’écran de visualisation de périmètre est une exclusivité des livrées EX+ et SX. Pour le reste, la liste des éléments de sécurité est longue, à l’image de la concurrence!



Puissance : 8,5/10

Kia ne fait pas de vagues sous le capot, puisqu’il fait une fois de plus confiance à un moteur V6 atmosphérique (de 3,5-litres de cylindrée cette fois-ci), l’engin qui fait mieux que son prédécesseur de 3,3-litres. En effet, avec 290 chevaux et 262 lb-pi, le nouveau bloc reçoit respectivement 14 ch et 14 lb-pi supplémentaires. Pas de technologie hybride ou de rouage intégral ici, la Carnival qui envoie toute cette cavalerie aux roues motrices avant via une boîte de vitesses automatique à huit rapports.

Agrément de conduite : 7,5/10

Le fait qu’elle limite la motricité à son essieu avant est peut-être un désavantage en hiver, face aux concurrentes disponibles avec un rouage intégral (Toyota Sienna, Chrysler Pacifica), mais sur le sec, la puissance du V6 se transforme même en quelques séances de patinage des pneus avant lorsque le pied droit s’enfonce dans le plancher. Bon, cette facette d’un fourgon à traction avant n’est pas le seul élément pris en compte pour juger de l’agrément de conduite, mais disons que ce n’est pas désagréable à l’occasion, ne serait-ce que pour se commémorer qu’il y a près de 300 chevaux sous le capot.

Kia, comme plusieurs autres joueurs, propose également des modes de conduite, le mode Sport qui aiguise un peu plus les réactions de la mécanique. En ville, ce dernier devient agaçant à cause des « à-coups » ressentis aux départs. C’est plus doux en mode Normal ou même en sélectionnant le mode Smart qui s’ajuste au style de conduite du conducteur. Bien entendu, on parle ici d’une fourgonnette, pas d’une voiture sport, ce qui explique pourquoi il y a du roulis dans les virages abordés avec vélocité. Comme pour tout fourgon, il est préférable d’aborder la conduite d’un tel véhicule avec modération.

Économie de carburant : 8,5/10

Ce qui m’amène à l’économie de carburant qu’enregistre la Kia Carnival. En adoptant une conduite reposée tant sur l’autoroute qu’en ville, il est très facile de flirter avec les 9,5 L/100 km. En abusant du mode Sport et en conduisant cette familiale comme une Kia Stinger, le résultat aurait été passablement plus élevé. Notez également que cet essai s’est déroulé dans des conditions optimales (un seul passager, beau temps, etc.).

Caractéristiques : 8,5/10

L’éternel débat de l’équipement monté à bord doit aussi être abordé avec cette nouvelle Kia Carnival 2022. Face aux trois autres marques, Kia propose un véhicule riche en équipement, mais il lui manque certains bidules, par exemple l’afficheur tête haute, une balayeuse intégrée ou même un système de divertissement arrière. Mais pour ce qui est du reste, la représentante coréenne est très bien nantie.

Valeur : 8/10

Là où elle se reprend de belle manière face aux autres, c’est au niveau du prix. Bon, à 48 295 $ (avant les frais), la Kia Carnival SX 2022 n’a rien d’une aubaine, mais lorsque comparée aux rivales nipponnes et américaines, son niveau d’équipement est supérieur ou équivalent. Reste maintenant à savoir quelle sera la dépréciation de la Carnival face aux produits de Toyota et Honda qui conservent leur valeur pendant de nombreuses années. Historiquement, les minifourgonnettes coréennes sont souvent plus abordables lorsqu’elles atteignent le marché de l’occasion.

Conclusion

Tant qu’il y aura des familles nombreuses sur cette planète, il y aura un marché pour ces lofts sur roues. Et la bonne nouvelle pour ces familles, c’est qu’il est rafraîchissant de magasiner une « minivan » en 2021. Le choix est très varié et la qualité des véhicules n’a jamais été aussi élevée. La Kia Carnival se distingue par son style plus « camionnesque », c’est certain, mais sous cette carapace se cache une authentique minifourgonnette confortable, bien assemblée et bourrée de technologies. Elle mérite votre attention, mais quelque chose me dit que ce ne sera pas suffisant face aux trois autres piliers de son groupe.

Avec son look « utilitaire », la Kia Carnival 2022 pourrait convaincre quelques automobilistes réfractaires à l’idée de se retrouver au volant d’un minifourgonnette. 2021-04-29 14:00:00

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 3,5L   Modèle à l'essai Kia Carnival SX 2022
Nb. de cylindres V6   Prix de base 48 295 $
Puissance 290 ch   Taxe climatiseur 100 $
Couple 262 lb-pi   Frais transport et préparation 1 850 $
Consommation de carburant 12,0 / 8,9 / 10,6 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 50 495 $
Volume de chargement 1 139 L, 4 110 L derrière la 3e/1re rangée  
Équipement en option
250 $ – Couleur premium, 250 $