Pour sa quatrième génération, le MDX poursuit son erre d’aller au palmarès des ventes avec une évolution conservatrice.
POSITIFS
  • Performances et tenue de route intéressantes
  • Fiabilité éprouvée du moteur V6
  • Capacités de remorquage et de chargement concurrentielles
NÉGATIFS
  • Aucune variante électrifiée
  • Troisième rangée de sièges étriquée
  • Consommation d’essence un peu juste

Acura MDX 2022 : essai routier

Lorsqu’on a entre les mains une formule gagnante, doit-on la changer? Ça semble être la question qu’Acura s’est posée lorsqu’elle a décidé de passer à la prochaine génération de son populaire MDX. Après tout, il représente l’un des VUS intermédiaires de luxe les plus vendus en Amérique du Nord. Acura décide donc d’y aller avec une approche conservatrice. Le Acura MDX 2022 subit donc des nouveautés aux endroits où ça compte, tout en laissant intactes les qualités qui l’ont rendu si populaire.

Design : 7/10

Il s’agit ici d’un design évolutif plutôt que révolutionnaire. Sans être désagréable à regarder, ce MDX demeure discret. Nous avons déjà vu des générations beaucoup plus imposantes, notamment le MDX de deuxième génération. Celui-ci s’affiche sous un look plus profilé, arborant les phares à DEL « Jewel Eyes » du constructeur, ainsi que l’énorme grille pentagonale qu’on retrouve également du côté des RDX et TLX.

Notre modèle d’essai était la déclinaison A-Spec qui ajoute un peu plus de piquant au modèle en raison de ses couleurs vibrantes, de ses éléments de carrosserie et jantes noircies et sa partie avant légèrement plus sportive.

Sécurité : 9/10

En plus de reposer sur une toute nouvelle architecture exclusive au modèle, le MDX 2022 vient de série avec une foule de technologies d’aide à la conduite, comme un régulateur de vitesse adaptatif avec détecteur de changement de voie et freinage d’urgence en cas de collision. Le MDX peut également être équipé d’un service de communication d’urgence, permettant de rapidement rejoindre les premiers répondants en cas d’accident.

Mais outre ces technologies, Acura intègre de série un système à traction intégrale à prise constante avec vecteur de couple. Il s’agit d’une des seules transmissions intégrales sur le marché à proposer un véritable vecteur de couple mécanique et non par freinage. Ceci octroie au MDX un net avantage sur une surface glissante, lui permettant ainsi d’être plus sécuritaire en conduite hivernale.

Habitabilité : 8/10

L’une des grandes améliorations de la nouvelle structure du MDX, c’est son empattement allongé de quelque 71 mm, qui lui permet d’être encore plus polyvalent. Une fois les dossiers des deux rangées de sièges repliés, on obtient 2 690 litres d’espace (contrairement à 2 574 litres dans l’ancien). Ceci permet au MDX d’être plus logeable que ses deux nouveaux rivaux, soit les Cadillac XT6 et Genesis GV80.

Mais, malgré ce gain d’espace dans le coffre, on n’obtient pas nécessairement plus d’espace à la troisième rangée de sièges. Bien que l’accès soit facile, on se sent serré une fois assis. Il est préférable de réserver ces places aux plus jeunes.



Convivialité : 7/10

Le MDX s’améliore également au chapitre de l’ergonomie. On y retrouve d’ailleurs plusieurs « cocos de Pâques » digne des marques Honda/Acura. Entre autres, les piliers A donnent l’illusion d’être plus minces qu’ils ne le sont en réalité grâce à leur positionnement. Acura en profite également pour revoir le concept de la console centrale en lui intégrant une énorme tablette pour la recharge sans fil du téléphone. Au-dessus de cette tablette, il y a un appuie-bras très confortable.

Pour le système multimédia, il s’agit sans surprise du même que dans un RDX et une TLX, celui qui se manipule via un pavé tactile. On doit s’y habituer, mais Acura innove néanmoins au chapitre des commandes. Le problème majeur de ce système, c’est qu’il est chargé en information. Il faut parfois franchir plusieurs étapes pour accomplir des tâches simples comme changer de chaîne audio.

Le MDX intègre toutefois une touche bien pensée à sa deuxième rangée de sièges. Au lieu d’offrir soit les sièges capitaines, soit la rangée à trois places, Acura offre les deux de série. En effet, il peut offrir soit six ou sept places. Le siège du centre peut être transformé en énorme console centrale, ou carrément retiré pour créer de véritables sièges capitaines.

Caractéristiques : 7/10

Chaque déclinaison du MDX vient déjà très bien équipée. Il n’existe d’ailleurs que très peu de groupes d’options, si ce n’est que des couleurs plus éclatantes ou des ensembles de remorquage. Ces ensembles sont toutefois beaucoup trop coûteux. Étrangement, Acura en propose deux, permettant au MDX de remorquer 1 587 kg (3 500 lb) ou 2 267 kg (5 000 lb). Pour une raison qui nous échappe, ces ensembles ajoutent un montant important à la facture, soit 2 235 $ et 3 125 $ respectivement.

Puissance : 7/10

Bien qu’il ne soit pas une bombe d’accélération, le MDX fait preuve d’un bel équilibre mécanique et de performances suffisantes. Un seul moteur l’anime, soit le même V6 atmosphérique de 3,5-litres que son prédécesseur.

Bien que nous soyons déçus de ne pas retrouver une mécanique électrifiée sous le capot du VUS porte-étendard d’Acura, nous avouons reconnaître pourquoi Acura demeure fidèle au V6. Il s’agit tout simplement d’un des meilleurs V6 sur le marché. C’est son heureux mélange de robustesse, de performance et de consommation de carburant qui a permis au MDX d’être si apprécié par ses propriétaires.

Il développe donc la même puissance de 290 chevaux et le même couple de 267 lb-pi. Il est désormais jumelé à la boîte automatique à dix rapports de Honda. Et, sans surprise, la transmission intégrale SH-AWD s’offre de série pour l’ensemble de la gamme.

Une déclinaison Type S est également prévue prochainement. Celle-là sera alimentée par un tout nouveau V6 turbocompressé de 3,0-litres, d’une puissance de plus de 350 chevaux.

Sur la route, on remarque notamment qu’il s’agit d’une structure beaucoup plus solide grâce à de nouvelles techniques d’estampage de l’acier et d’adhésifs chez Acura. Assemblé en Ohio, aux États-Unis, le MDX 2022 intègre enfin des amortisseurs adaptatifs de série. Ils sont rattachés à la structure du véhicule via des supports en aluminium, permettant ainsi de réduire le poids non suspendu du train avant. Acura a également installé une suspension avant à double triangulation, semblable à ce qu’elle a fait du côté de la TLX.

Confort : 8/10

Une autre grande qualité du MDX, c’est la position de conduite. En plus d’y retrouver un excellent degré de visibilité, on est assis haut dans l’habitacle, ce qui donne l’impression d’être plus élevé que les autres véhicules sur la route. Les sièges sont confortables et offrent un bon support lombaire et latéral.

Idem pour la deuxième rangée de sièges qui offre un excellent dégagement pour la tête, les épaules et les jambes, même pour les grandes personnes. On peut ajuster la banquette et son dossier. L’accès à la troisième s’avère simple grâce au petit bouton installé sur le siège (identique à l’ancien modèle). Comme expliqué plus haut, l’espace aux places arrière est décevant.

Agrément de conduite : 9/10

Le MDX est un VUS nerveux. Il répond bien à nos commandes en rétrogradant rapidement et doucement et en délivrant de franches accélérations. Le V6 est doux, mais doit révolutionner pour extraire toute sa puissance, un acte qui s’avère fort agréable. Son volant est petit et plaisant à manipuler. La structure entière du véhicule est également solide.

En général, le MDX est agile et léger sur pattes, voire amusant à conduire. De plus, les divers modes de conduites ont un réel impact sur le confort et la performance. On sent que tout a été bien pensé. C’est réussi.

Économie de carburant : 5/10

Étonnement, bien que ce V6 soit économique en carburant sous le capot d’autres produits Honda/Acura, il est fâcheusement gourmand du côté de l’MDX. Acura promet déjà des chiffres ordinaires : 11,2 L/100 km combinés. Étranges. En ce qui concerne ce premier contact, il nous a été impossible de descendre en dessous des 11,6 L/100 km. Acura aurait pu offrir en option le 4-cylindres turbocompressé de 2,0-litres du RDX pour les consommateurs qui ne prévoient pas remorquer. Hélas, bien que le seul moteur offert soit excellent, il est gourmand.

Valeur : 9/10

Le rapport qualité/prix a longtemps été le tour de force du MDX, et cette nouvelle génération ne fait pas exception. Moins onéreux qu’un Genesis GV80 ou encore un Cadillac XT6 alimenté par un moteur V6, le MDX en offre carrément plus pour moins cher. La fiabilité de sa mécanique est éprouvée et on obtient des technologies, comme le rouage intégral avec vecteur de couple qui vient souvent avec un supplément chez les marques européennes.

Conclusion

L’approche du MDX 2022 est tout à fait conservatrice. Il ne fait rien de réellement innovateur, ce qui s’avère décevant venant d’un constructeur qui a longtemps soulevé la barre de l’ingénierie et de l’innovation. Acura a également retiré la mécanique Sport hybride, et on ne sait même pas si l’électrification est prévue pour cette nouvelle mouture du MDX.

Mais, il s’agit néanmoins d’une valeur sûre, fiable et efficace qui est difficile à ne pas recommander. Pour une famille à revenu supérieur qui désire un VUS de luxe spacieux, sécuritaire et capable à prix raisonnable, il est difficile d’ignorer les qualités du MDX.

Pour sa quatrième génération, le MDX poursuit son erre d’aller au palmarès des ventes avec une évolution conservatrice. 2021-03-12 06:30:00

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 3,5L   Modèle à l'essai Acura MDX A-Spec 2022
Nb. de cylindres V6   Prix de base 65 595 $
Puissance 290 ch @ 6 200 tr/min   Taxe climatiseur 100 $
Couple 267 lb-pi @ 4 700 tr/min   Frais transport et préparation 2 190 $
Consommation de carburant 12,6 / 9,4 / 11,2 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 68 385 $
Volume de chargement 461 / 2 690 L sièges rabattus  
Équipement en option
500 $ – Couleur Rouge performance nacré, 500 $