En plein dans le mille!
POSITIFS
  • Qualité de construction générale
  • Économie de carburant exemplaire
  • Équipement complet
NÉGATIFS
  • Insonorisation (!)
  • Habitacle sombre
  • Accélérations bruyantes

Kia Seltos EX 2021 : essai routier

Dans les coin des multisegments de poche, ça grouille de partout! Ces petits véhicules aussi agiles que des voitures compactes sont en train d’envahir nos routes à une cadence presque aussi élevée que celle des VUS compacts… qui ne sont vraiment plus compacts soit dit en passant! D’ailleurs, après vérification, le Kia Seltos EX 2021 que vous admirez actuellement sur votre écran est plus long, plus large, un peu moins haut et doté d’un empattement plus important qu’un Toyota RAV4 de deuxième génération, commercialisé au début des années 2000. Ce n’est donc pas si étonnant de voir cet engouement pour les petits utilitaires.

Pour l’année-modèle 2021, on peut dire sans se tromper que la première incursion de Kia au sein du groupe a fait bonne impression, tellement en fait qu’elle s’est sauvée avec les honneurs du meilleur VUS sous-compact selon les chroniqueurs d’autoHEBDO.net.

Les ventes parlent d’elles-mêmes : plus de 16 000 unités vendues en pleine pandémie en 2020. Pendant ce temps, l’un des noms les plus courus de la catégorie, le Subaru Crosstrek, s’écoulait à plus de 22 000 copies. Un autre excellent produit, le Mazda CX-30, a presque franchi le cap des 11 000 unités vendues.

Ce qu’il faut retenir de ces statistiques d’une année bien spéciale, c’est que le nom Seltos est déjà l’un des plus populaires de son groupe. Kia a-t-il réussi un trou d’un coup? J’ai récemment pris le volant d’une livrée un peu moins énergique que le Seltos SX à moteur turbo. Voici ce que j’ai retenu.

Design : 7,5/10

Le Seltos EX est certainement moins éclatant que celui qui porte l’écusson SX avec sa mécanique turbo et ses jantes de 18 pouces. Mais, dans les faits, c’est vers ces livrées moins onéreuses que les consommateurs se tournent, et ce, malgré l’absence du groupe motopropulseur vitaminé à bord. Les jantes de 17 pouces ont moins d’impact, un commentaire qui s’applique même au bouclier avec ses antibrouillards et les blocs optiques plus conventionnels, mais pour le reste, le Seltos EX n’est vraiment pas vilain à regarder.

Les barres de toit sont toujours au menu, tout comme l’aileron qui surplombe la lunette arrière, tandis que la fenestration latérale conserve ce minuscule détail au niveau de la fenêtre en pointe. Règle générale, le Seltos présente une silhouette qui risque probablement de mieux vieillir que son cousin de plateforme, le Hyundai Kona. On s’en reparle dans cinq ans!

Sécurité : 8,5/10

Le Seltos est peut-être un petit véhicule, mais ça ne veut pas dire que l’aspect sécurité est laissé pour contre. L’assistance au maintien de voie, l’assistance active à la conduire au milieu de la route, l’assistance d’évitement de collision frontale, l’alerte de perte d’attention du conducteur, l’assistance d’évitement de collision dans les angles morts, l’assistance d’évitement de collision transversale arrière, tous ces systèmes se retrouvent à bord de cette version EX. Ces dispositifs s’ajoutent à l’alerte de collision dans les angles morts, l’alerte de trafic transversal arrière, l’assistance de sortie sécuritaire et l’alerte de présence d’occupants à l’arrière, sans oublier les six coussins gonflables, le contrôle électronique de stabilité, l’assistance au démarrage en côte et le contrôle de la motricité en descente. Non, il ne manque de rien – ou presque – dans le Seltos EX, cette livrée qui trône en plein milieu de la gamme.

Confort : 7,5/10

Le Seltos n’est pas un véhicule inconfortable, mais disons qu’il existe des véhicules plus douillets à ce chapitre. Les sièges sont plus durs que mous et l’isolation du véhicule (aux bruits extérieurs) pourrait être bonifiée. Le Seltos se retrouve tout de même dans le peloton de tête de la catégorie en ce qui a trait au confort, notamment grâce à son empattement et ses jantes de 17 pouces qui permettent l’installation de pneus à profil moins bas, mais bon, si le confort est primordial, il ne serait pas bête d’aller voir ailleurs.

Convivialité : 7,5/10

Règle générale, la disposition des commandes sur la planche de bord est très bonne. Que ce soit pour la climatisation automatique (sous l’écran tactile), les modes de conduite ou les sièges ou le volant chauffant (autour du levier de vitesses), sans oublier le volant multifonctions, il est assez facile de s’y retrouver. Même son de cloche pour le système d’infodivertissement. Malheureusement, ce dernier est triste à regarder. La qualité des graphiques est au rendez-vous, mais disons que ça manque de couleurs! En revanche, les gros boutons logés de part et d’autre de l’écran sont faciles à utiliser et le système répond bien malgré tout.

Habitabilité : 8/10

Bien évidemment, d’un point de vue volume intérieur, le Kia Seltos n’a rien contre les catégories supérieures de VUS, mais face aux rivaux de la catégorie, disons que le nouveau venu fait mal paraître son cousin de plateforme, le Hyundai Kona, surtout à l’arrière où le nombre de litres disponibles est plus important. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui nous poussent à recommander le Seltos : il est simplement plus logeable!

Puissance : 7,5/10

Contrairement au Seltos SX muni du 4-cylindres turbo employé à toutes les sauces chez Hyundai et Kia, le Seltos EX doit plutôt compter sur un autre 4-cylindres populaire au sein du groupe coréen, le bloc atmosphérique de 2,0-litres de cylindrée. Ce moulin développe une puissance correcte de 146 chevaux et un couple acceptable de 132 lb-pi. Pour acheminer cette honnête cavalerie aux quatre roues motrices, Kia fait appel à une boîte de vitesses à variation continue qu’il rebaptise IVT (pour Intelligent Variable Transmision) au lieu l’habituel CVT. Le constructeur a déjà démontré à quelques reprises qu’il maîtrisait ce type de boîte de vitesses. On ne parle certainement pas d’une machine de guerre ici, mais je suis prêt à parier ma chemise que 95 % des acheteurs de petits multisegments ne trouveront rien à redire sur la mécanique boulonnée entre les deux roues avant.



Agrément de conduite : 7/10

Moins énergique que le SX à l’accélération, le Seltos EX perd également quelques points à cause de la boîte de vitesses qui n’est pas aussi amusante « à entendre » que l’option à double embrayage présente dans le Seltos SX. En effet, même si l’IVT de Kia travaille bien avec le valeureux 4-cylindres, il y a encore des plaintes provenant du compartiment moteur lors des fortes reprises par exemple et le mode manuel ne fait rien pour ajouter une touche sportive à l’ensemble.

En revanche, la rigidité du châssis rassure celui ou celle qui tient le volant. On sent que le Seltos pourrait facilement accueillir une mécanique plus puissante que les 175 chevaux du modèle SX. La direction, sans être aussi aiguisée que celle d’une Mazda MX-5, s’avère assez précise pour donner l’heure juste à son conducteur. Bref, même si le Seltos EX n’est pas un véhicule sportif, il est possible de s’amuser un peu au volant de ce dernier.

Économie de carburant : 8,5/10

Ici, c’est beaucoup mieux, surtout avec cette fameuse boîte IVT qui minimise la consommation de carburant. L’EnerGuide canadien annonce une consommation combinée de 8,2 L/100 km pour cette livrée à rouage intégral. Pour ma part, j’ai obtenu une moyenne plus de 8,8 L/100 km pendant ces quelques jours de conduite hivernale.

Caractéristiques : 7/10

Le Kia Seltos LX est déjà fort bien équipé, mais la livrée EX ajoute une sellerie en similicuir, un toit ouvrant, une batterie de dispositifs de sécurité, un démarreur à distance, une clé intelligente, le volant chauffant et la climatisation automatique. Comme c’est souvent le cas, les modèles du milieu sont les meilleurs compromis. À mon avis, le Seltos EX est une belle prise si vous ne voulez pas dépasser le cap psychologique des 30 000 $ pour l’acquisition d’un véhicule neuf.

Valeur : 7,5/10

Le modèle médian est assurément celui que je préfère. C’est clair que le Seltos SX est plus engageant, mais à un peu plus de 35 000 $, le petit utilitaire se frotte aux véhicules du segment supérieur. À 29 000 $ et des poussières, le Seltos EX est plus accessible et il ne manque de rien à bord. La qualité de construction et la garantie sont deux éléments favorables à l’acquisition du Seltos, mais est-ce que la valeur de revente sera au rendez-vous dans quatre ou cinq ans? La question mérite d’être posée.

Conclusion

Plus logeable que le Hyundai Kona, surtout pour le dégagement de la tête des occupants, le Kia Seltos est ce genre de véhicule qui en donne « juste assez » pour l’automobiliste moyen. Facile à garer, exemplaire en consommation de carburant et amusant à conduite, le plus petit VUS Kia fait clairement partie des belles découvertes de 2020. J’irais même jusqu’à dire que Kia a visé en plein dans le mille avec le Seltos.

En plein dans le mille! 2021-03-04 09:00:00

Caractéristiques

Cylindrée 2,0L   Modèle à l'essai Kia Seltos EX 2021
Nb. de cylindres L4   Prix de base 27 695 $
Puissance 146 ch @ 6 200 tr/min   Taxe climatiseur 100 $
Couple 132 lb-pi @ 4 500 tr/min   Frais transport et préparation 1 795 $
Consommation de carburant 8,8 / 7,6 / 8,2 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 29 840 $
Volume de chargement 752 / 1 778 L sièges abaissés  
Équipement en option
250 $ – Couleur premium, 250 $