Sur papier, le RAV4 Prime a tous les ingrédients pour pulvériser sa concurrence. Si seulement le modèle était disponible.
POSITIFS
  • L’autonomie la plus élevée de sa catégorie
  • L’autonomie la plus élevée de sa catégorie Accélérations impressionnantes
  • Consommation d’essence fantastique
NÉGATIFS
  • L’indisponibilité des exemplaires
  • Coffre plus étriqué qu’un RAV4 à essence
  • Système multimédia parfois maladroit
Toyota RAV4 Prime 2021 : essai routier

Le Toyota RAV4 domine actuellement le segment des VUS compacts. Pour mettre les choses en perspective, il s’en est vendu pas moins de 500 000 unités sur notre continent l’année dernière, faisant de lui le modèle le plus vendu de sa catégorie. Ajoutez à cela une réputation de fiabilité intouchable, une valeur de revente difficile à battre et pas moins de 11 variations du modèle, et il va de soi que le RAV4 de génération actuelle représente une valeur sûre dans l’industrie.

Comme si Toyota n’en avait pas assez d’aplatir sa concurrence avec le RAV4, voilà qu’on propose une autre déclinaison tout aussi alléchante. En effet, le Toyota RAV4 Prime 2021 ou, si vous préférez, le premier RAV4 à arborer une mécanique hybride rechargeable, risque fort bien de donner du fil à retordre à ses principaux concurrents. Si ce n’était que de son seul véritable défaut – soit l’indisponibilité des exemplaires – le Prime constituerait le VUS compact parfait.

Design : 7/10

Sur le plan esthétique, il n’y a pas grand-chose qui distingue la déclinaison Prime d’un RAV4 ordinaire. On le reconnait surtout par ses effets de sols, ses finitions chromées et ses bandes lumineuses à DEL encastrées à même le parechoc. Dans son ensemble, c’est le même bon vieux RAV4 qu’on connait déjà.

À sa défense, le RAV4 de génération actuelle est beaucoup plus attrayant que son prédécesseur, surtout en raison de son allure carrée et cubique, lui confiant des airs de 4Runner. Ce RAV4 est clairement plus costaud qu’auparavant, faisant de lui un VUS visiblement plus imposant. Sans nécessairement être séduisant ni particulièrement excitant, ce design lui va somme toute bien et permet au RAV4 de s’affirmer dans cette mer de modèles utilitaires.

Notre modèle d’essai était la déclinaison XSE. Elle vient de série avec des jantes de 19 pouces chromées et un choix de couleurs deux tons qui octroie au RAV4 Prime une allure sportive.

Sécurité : 10/10

Étant donné que le Prime se situe au sommet de la gamme, il propose toutes les technologies de sécurité qu’offre actuellement le constructeur. Toyota propose donc l’ensemble STAR Safety System, comprenant une foule de technologies de pointe qui permettent d’augmenter le niveau de sécurité du véhicule.

Ainsi, en plus d’offrir huit coussins gonflables de série, le Prime est équipé de la suite Toyota Safety Sense 2.0, comprenant un système précollision avec fonction de détection des piétons et des cyclistes, un régulateur de vitesse adaptatif et un système d’alerte de sortie de voie avec assistance à la direction. Une fois qu’on choisit la déclinaison XSE, on reçoit en prime un sonar de dégagement intelligent avec freinage en cas de circulation transversale arrière.

Habitabilité : 7/10

Le Toyota RAV4 figure actuellement parmi les VUS compacts les plus polyvalents de sa catégorie, mais il se fait tout de même « manger la laine sur le dos » par ses plus concurrents les plus directs, soit le Honda CR-V et le Nissan Rogue de prochaine génération, qui se pointera le bout de nez chez les concessionnaires du pays d’ici quelques mois.

À titre de référence, un RAV4 à essence peut loger jusqu’à 1 976 litres de marchandise une fois qu’on abaisse les dossiers de la deuxième rangée de sièges. Bien que ce chiffre soit plus que suffisant pour la majorité des familles québécoises, c’est tout de même inférieur aux 2 146 litres d’un Honda CR-V et aux 2 098 litres du prochain Rogue.

En version Prime, le coffre du RAV4 est malheureusement encore plus petit que sa déclinaison à essence en raison de sa mécanique hybride. On passe à 1 790 litres au total, ce qui est tout de même mieux qu’un Kia Sportage (1 703 litres) ou encore un Mazda CX-5 (1 687 litres).

Convivialité : 8/10

Comme le reste de la famille RAV4, le Prime dispose d’un habitacle ergonomique où il est facile de retrouver la plupart des commandes. L’instrumentation incorpore les mêmes cadrans qu’un RAV4 hybride, tout en ajoutant un deuxième cadran d’autonomie pour la conduite entièrement électrique.

C’est surtout sur la console centrale, près du levier de vitesse, qu’on retrouve deux nouvelles fonctionnalités, soit les modes Auto EV/HV et Charge Hold, permettant d’alterner automatiquement entre les deux motorisations afin de maximiser l’autonomie totale du véhicule, ou encore de retenir l’électricité restante afin de l’utiliser à un moment ultérieur.

Le seul reproche que nous voyons avec la convivialité du RAV4 Prime, c’est son interface multimédia parfois compliquée en raison de son interface chargée en information et ses menus quelquefois difficiles à manier. Des boutons physiques permettent au moins de mieux naviguer l’interface, mais ça demeure un système plus complexe que ce qu’offrent certains concurrents.

Caractéristiques : 9/10

Comme pour les options de sécurité, le RAV4 Prime est bourré d’accessoires de série, comme des sièges en cuir, la suite de sécurité Toyota Safety Sense 2.0 et un écran multimédia de huit pouces.

Dès qu’on opte pour la déclinaison XSE, le RAV4 Prime déborde d’options intéressantes de série, comme la recharge du téléphone sans fil, un hayon assisté, un système audio JBL à 11 haut-parleurs, des palettes de changement de vitesses qui servent aussi à moduler le freinage régénératif, un affichage tête haute, un toit panoramique, des sièges arrière chauffants, et une prise de courant de 110 volts.

Puissance : 9/10

En plus de proposer une autonomie électrique épatante, le RAV4 Prime est de loin le VUS compact le plus performant de sa catégorie. Au moment d’écrire ces lignes, aucun concurrent n’offre un VUS de cette taille avec autant de performance. Avec 302 chevaux sous le capot et un sprint 0–100 km/h effectué en à peine six secondes, le RAV4 Prime est la fois écologique et rapide!

Mais ne vous attendez pas à la conduite d’une voiture sport. Certes, le Prime accélère vite, tellement qu’il fait rapidement crisser ses pneus lors des manoeuvres d’accélérations, mais ses performances ne sont jamais exaltantes depuis derrière le volant. Après tout, on a affaire à une mécanique hybride jumelée à une boîte CVT. Tout demeure doux est sans tracas, mais au moins, ça avance!

Confort : 8/10

L’habitacle du RAV4 Prime est confortable et surtout, plus spacieux que plusieurs concurrents. Les sièges avant sont d’un niveau de support remarquable, tandis que la visibilité est excellente. À l’arrière, même les grandes personnes y trouvent leur compte. Le dégagement pour la tête et les jambes est plus que suffisant. Il est également facile d’y accéder sans se cogner la tête. Franchement, c’est difficile à critiquer.

Idem pour la douceur de roulement et l’insonorisation de l’habitacle. C’est un véhicule hyper bien assemblé et qui fait d’ailleurs penser aux produits Lexus tellement il procure une expérience de conduite décontractée.

Agrément de conduite : 5/10

Nous avouons avoir eu du plaisir à appuyer sur le champignon du RAV4 Prime en raison de ses accélérations presque instantanées, mais jamais le véhicule ne nous a fait sourire comme une Toyota 86 ou encore une Toyota GR Supra.

Sa direction ne procure pas de rétroaction, son moteur 4-cylindres n’émet pas une sonorité particulièrement intéressante et bien que le centre de gravité du véhicule soit plus bas en raison des batteries positionnées sous le plancher du véhicule, le RAV4 Prime n’est pas un athlète dans les virages. On ressent son poids élevé et ses pneus à faible résistance mènent rapidement à du sous-virage. De toute manière, la clientèle cible ne le conduira pas de façon sportive, alors c’est pardonnable. Bien qu’il soit rapide, le RAV4 Prime n’est pas vraiment amusant à conduire.

Économie de carburant : 10/10

L’autonomie électrique et la performance sont certes impressionnantes, mais ce qui nous a le plus étonnés de ce RAV4 Prime, c’est sa consommation d’essence. Dès que sa batterie de 18,1 kilowattheures se vide, ce RAV4 fonctionne comme un véhicule hybride conventionnel où son moteur thermique fonctionne en concert avec les deux moteurs électriques positionnés sur les essieux.

Lors de notre essai, le véhicule n’a jamais dépassé le seuil des 6 L/100 km, et ce, même en nous permettant quelques accélérations. En effet, c’est assez spectaculaire d’enregistrer une consommation d’essence comparable à celle d’une voiture sous-compacte à bord d’un VUS aussi imposant. Il est tout à fait possible d’enregistrer des moyennes de consommation dans les alentours 5 L/100 km en faisant attention.

Valeur : 8/10

Avec un prix de départ de 44 990 $, le Toyota RAV4 Prime 2021 se situe en effet dans l’échelle de prix des VUS PHEV de l’industrie, mais ce sont surtout ces rabais gouvernementaux qui font de lui un achat d’autant plus alléchant.

Au Québec, le Prime est éligible à 13 000 $ au total, ce qui réduit sa facture sous la barre des 35 000 $. Considérant qu’il offre actuellement la plus grande autonomie électrique sur le marché (68 km), un rouage intégral de série et l’accélération la plus intéressante de la catégorie, il est sans contredit une valeur sûre pour les familles de la classe moyenne désirant à la fois réduire leurs coûts en essence et leur empreinte écologique.

Pour ce qui est de la déclinaison XSE, il faut ajouter 5 400 $ à la facture pour l’obtenir. Bien qu’elle offre un bon nombre d’options et de fonctionnalités alléchantes, nous la trouvons superflue. Si l’on s’en tient à la déclinaison SE d’entrée de gamme, on fait une bonne affaire.

Conclusion

Sur papier, le Toyota RAV4 Prime 2021 semble en effet être le VUS compact parfait, celui qui domine le marché avec sa capacité hybride rechargeable impressionnante, ses accélérations à couper le souffle et sa faible consommation d’essence. En tous points, à l’exception peut-être de l’espace de chargement, ce véhicule est un succès assuré.

Sachez toutefois que s’il vous intéresse, il faudra être patient, car au moment d’écrire ces lignes, il faut attendre au moins un an avant de repartir à son volant. Ce problème est attribuable à la forte demande du modèle, mais aussi à un assemblage limité par le constructeur. Seulement 1000 exemplaires seront livrés au Canada lors de la première année d’assemblage. Au moins, le Québec est priorisé en raison de nos subventions, mais il faut tout de même attendre longtemps avant de rouler en Prime dans la belle province.

S’il vous intéresse, nous vous suggérons de contacter votre concessionnaire Toyota rapidement et de prendre un numéro. Mais même avec un délai d’attente si long, vous ne serez pas perdant en achetant ce véhicule.

Sur papier, le RAV4 Prime a tous les ingrédients pour pulvériser sa concurrence. Si seulement le modèle était disponible. 2020-08-31 00:01:00

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 2,5L + 2 moteurs électriques   Modèle à l'essai Toyota RAV4 Prime 2021
Nb. de cylindres L4   Prix de base 51 590 $
Puissance 302 ch   Taxe climatiseur 100 $
Couple n/d   Frais transport et préparation 1 840 $
Consommation de carburant 6,5 / 5,8 / 6,0 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 58 930 $
Volume de chargement 949 / 1 790 L sièges rabattus  
Équipement en option
5 400 $ – Groupe Technologie Premium, 5 400 $