Enfin un VUS performant.
POSITIFS
  • Amusant et performant
  • Charisme indéniable
  • Polyvalence épatante
NÉGATIFS
  • Prix élevé
  • Absence d’Android Auto
  • Coûts d’entretien à la hausse
Mini Countryman John Cooper Works 2020 : essai routier

Bien que le Mini Countryman puisse paraître comme un véhicule inutile au premier regard, son existence se veut en quelque sorte un mal nécessaire pour la marque Mini. Oui, même le constructeur le plus « petit » de l’industrie a besoin d’un véhicule utilitaire au sein de sa gamme, et avec plus de 160 000 unités vendues en Amérique du Nord depuis son apparition, faisant de lui le véhicule le plus vendu de la gamme, le Countryman mérite bel et bien un écusson Mini sur sa calandre.

Il se place également parmi l’un des segments les plus populaires de l’industrie, celui des VUS sous-compactes de luxe, où il affronte une pléthore de concurrents de taille, comme l’Audi Q3, le Mercedes-Benz GLA/GLB, le Lexus UX, le Cadillac XT4, le Jaguar E-PACE, le Volvo XC40 et ses deux cousins mécaniques, les BMW X1 et X2.

Pour 2020, il demeure tout aussi charmant, polyvalent et amusant à conduire, sauf que cette fois, le moteur de sa déclinaison à haute performance, le John Cooper Works (JCW), est nettement plus puissant, question de le rendre encore plus compétitif face à sa principale concurrence.

Design 6 /10

Il faut avouer qu’à la base, l’idée d’un VUS signé Mini est contradictoire. Après tout, le constructeur mise sur une image légère et compacte, des qualités qui se trouvent tout à fait à l’opposé d’un VUS.

Or, dans l’optique de conserver l’âme du constructeur, on a confié au Countryman des airs familiers qui lui donne, on va se le dire, une allure plutôt étrange. Certes, son design cubique et masculin fait en sorte qu’il s’affiche comme véhicule aventurier, surtout avec ses longerons de toit et sa suspension surélevée, mais les énormes blocs optiques semi-circulaires, autant à l’avant qu’à l’arrière, donnent l’impression d’une Cooper qu’on a gonflé avec une paille, comme si elle était sur le point d’éclater.

Bien que mignon sous certains angles, le Countryman n’a pas un design qu’on pourrait qualifier de cohérent.

Sécurité : 8/10

Étant donné que Mini emprunte presque toutes ses composantes et technologies à BMW, ses véhicules peuvent être armés des plus récents progrès du constructeur en matière de sécurité.

Ainsi, le Countryman, bien que petit, s’offre, à condition d’ajouter un bon supplément à son prix de vente, une profusion de technologies d’aide à la conduite, comme le régulateur de vitesse adaptatif, le détecteur de changement de voie, le freinage d’urgence en cas de collision, le détecteur d’angles morts et la détection du trafic transversal en marche arrière, entre autres.

Et comme c’est le cas chez les produits BMW, ces technologies fonctionnent merveilleusement bien sans trop d’intrusion. Elles ne sont toutefois pas toutes offertes de série, même si on opte pour une déclinaison John Cooper Works.

Habitabilité : 8/10

Malgré ses prétentions sportives, le Countryman JCW demeure un véhicule utilitaire polyvalent, l’un des plus spacieux de sa catégorie d’ailleurs.

À titre de comparaison, lorsque sa banquette arrière est rabaissée au plancher, le Countryman laisse jusqu’à 1 336 litres d’espace, ce qui le positionne presque nez à nez avec un Volvo XC40 et pas très loin d’un Audi Q3 (1 359 litres). Toutefois, avec seulement 487 litres d’espace une fois la banquette arrière remise en place, son coffre demeure petit lorsque comparé à ses principaux concurrents.

Ceci dit, l’habitacle du Countryman, surtout en raison de sa forme à la verticale, octroie un bon dégagement pour la tête, les jambes et les épaules, autant à l’avant qu’à l’arrière.

Convivialité : 8/10

Comme tous les véhicules Mini, le Countryman dispose d’un habitacle au design rétro et haut de gamme, lui octroyant un bon degré de convivialité.

L’énorme écran circulaire qui domine la planche de bord sert de système multimédia, tandis que des interrupteurs à bascules situés sous les commandes de climatisation ont plusieurs fonctions, comme celles de démarrer le moteur, d’alterner entre les modes de conduite, ou même de désengager le système antipatinage du véhicule. Tout est présenté sous une allure riche et agréable au toucher, et nous aimons particulièrement les deux petits cadrans positionnés à même la colonne de direction, affichant vitesse et révolution du moteur.

Pour finir, bien que son système multimédia ne soit toujours pas offert avec la connectivité Android Auto, il s’opère facilement via la molette centrale, s’affichant sous une interface claire et enjouée, et permettant d’exécuter des tâches simples sans trop de complications. Bref, c’est un des systèmes multimédias les mieux présentés de l’industrie.

Caractéristiques : 5/10

Si vous trouvez que le Countryman est onéreux, attendez de voir sa liste d’options! Il faut débourser des sommes ridicules pour de simples ajouts normalement retrouvés chez des voitures plus abordables. Par exemple, on doit ajouter 590 $ si l’on désire la couleur Blanc clair (tel qu’illustrée) et un autre 800 $ pour les jantes de 19 pouces que vous voyez à l’écran.

De plus, seul l’ensemble Premier +, d’une valeur de 5 000 $, permet d’équiper votre Countryman JCW des amortisseurs adaptatifs et de la connexion Apple CarPlay, car celle-ci fait partie du sous-ensemble Connected Navigation Plus. Bref, les options, Mini en offre beaucoup. Il faut toutefois en avoir les moyens!

Puissance : 9/10

Le Countryman JCW de dernière génération ne décevait pas en matière de tenue de route et de freinage, ni par sa conduite amusante, mais il n’était pas un véhicule très rapide, même avec 228 chevaux sous le capot.

Tout ça vient d’être corrigé grâce à 32 % plus de puissance et 28 % plus de couple du petit 4-cylindres d’origine BMW. D’une cylindrée de 2,0-litres et agrémenté d’un turbocompresseur, celui-ci déploie désormais 301 chevaux et un couple de 332 lb-pi grâce à un turbo plus volumineux, un vilebrequin, des pistons et des bielles renforcés, ainsi que d’un système d’admission d’air et d’échappement repensés.

Tous les Countryman JCW s’offrent de série avec la transmission intégrale All4 de Mini. Pour 2020, on laisse hélas tomber la boîte manuelle à six rapports – élément qui permettait à ce VUS de se démarquer –, en faveur d’une boîte automatique à huit rapports. Mini stipule que le nouveau moteur permet à son petit utilitaire d’accomplir le sprint 0–100 km/h en seulement 5,2 secondes, semblable à l’accélération d’une Volkswagen Golf R.

Confort : 8/10

Dans un Mini Countryman, on est bien assis dans des sièges sport disposant d’un bon support lombaire et latéral. La visibilité est hors pair, et c’est un habitacle somme toute silencieux, nous faisant rapidement comprendre pourquoi on le paie si cher.

D’ailleurs, c’est là que le Countryman se distingue des autres VUS sous-compactes, même ceux portant des écussons de marques de luxe : sa qualité d’assemblage et sa finition.

Dès que l’on ferme l’une de ses portières, on le sent solide comme le roc. Les matériaux sont d’excellente qualité et la qualité d’assemblage est exemplaire. De plus, ses places arrière sont accommodantes, même pour les grandes personnes, ce qui fait de ce charmant petit VUS un achat judicieux au chapitre de la polyvalence.

Toutefois, nous vous suggérons d’opter pour la suspension adaptative, car sans elle, sa suspension de base est extrêmement rigide, chose qui lui fait perdre des points au quotidien.

Agrément de conduite : 10/10

Une Mini ne serait pas une Mini si celle-ci n’était pas amusante à conduire et, sans surprise, le Countryman JCW l’est aussi.

D’ailleurs, il figure toujours parmi l’un des petits VUS les plus amusants à conduire sur une route sinueuse, toute gamme de prix confondue. Son châssis est hyper solide, sa direction répond rapidement à nos commandes et la boîte de vitesses, surtout lorsqu’on la règle en mode Sport, opère avec précision, toujours prête à nous livrer le bon rapport, n’hésitant pas une minute dès que vient le temps de rétrograder.

Et que dire du nouveau moteur qui livre tout son couple aussi bas que 1,400 tours/min? C’est un bloc costaud qui livre sa puissance de manière constante et linéaire, permettant à cette petite boîte à beurre d’accomplir des accélérations exaltantes. De plus, sa sonorité enragée, bien que synthétique, confie au Countryman JCW un caractère unique.

Nous apprécions particulièrement les pétarades qu’émettent ses tuyaux d’échappement lors des rétrogradations. Eux, ils sont réels, au moins. Le Countryman JCW est un réel festin à conduire!

Économie de carburant : 7/10

Malgré toute cette performance, le Countryman JCW s’en tire à bon compte au chapitre de la consommation d’essence. Outre l’augmentation de la puissance, Mini affiche des chiffres presque identiques à la génération précédente, avec une moyenne combinée de 9,2 L/100 km. Lors de notre essai, qui, on doit l’avouer, s’est effectué sous une conduite animée, l’ordinateur de bord affichait une moyenne réelle de 10,3 L/100 km, un chiffre plus qu’acceptable compte tenu de la performance qu’offre ce véhicule à rouage intégral.

Valeur : 5/10

Avec son prix de départ de 43 090 $, le Mini Countryman John Cooper Works n’est pas l’aubaine du siècle, surtout qu’on doit continuer de lui empiler des options si l’on désire l’équiper de commodités importantes.

Notre modèle d’essai s’élevait à plus de 50 000 $, ce qui commence à être un non-sens considérant ce qui s’offre dans cette fourchette de prix. À titre de comparaison, pour le même prix, il est possible de se procurer un VUS plus spacieux offrant une véritable capacité de remorquage, ou même une berline de luxe nettement plus confortable. Et au chapitre de la performance, ce Countryman se situe dans le territoire de sportives beaucoup mieux accomplies, comme les Volkswagen Golf R, Honda Civic Type R et Subaru WRX STI.

De plus, malgré le fait que la marque Mini ait amélioré sa côte de fiabilité au fil du temps, ses véhicules demeurent problématiques et onéreux en entretien. À moins de vraiment vouloir une Mini dans sa cour, il existe de meilleures valeurs sur le marché.

Conclusion

Sans surprise, le Mini Countryman John Cooper Works 2020 demeure cher, pas très fiable et d’apparence étrange, mais il est impossible de nier son unique charisme et ses performances dignes de mention.

Au moins, avec le nouveau moteur, on en reçoit enfin beaucoup pour notre argent côté performance, et son degré de polyvalence demeure l’un des meilleurs de sa catégorie. Vous pourriez dormir en paix en sachant que votre argent est allé vers quelque chose d’utile.

Si vous en avez les moyens et cherchez une manière de combiner l’aspect pratique d’un VUS avec le plaisir de conduite d’une voiture sport, tout en ayant l’un des véhicules les plus uniques sur la route, sachez que, malgré son prix gonflé, le Countryman JCW 2020 marie immensément bien toutes ses qualités.

Enfin un VUS performant. 2020-07-13 06:45:00

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 2,0L   Modèle à l'essai Mini Countryman John Cooper Works Premier+ 2020
Nb. de cylindres L4   Prix de base 50 836 $
Puissance 301 ch @ 5 200 tr/min   Taxe climatiseur 100 $
Couple 331 lb-pi @ 1 450 tr/min   Frais transport et préparation 2 135 $
Consommation de carburant 10,3 / 7,9 / 9,2 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 54 461 $
Volume de chargement 487 / 1 336 L sièges rabattus  
Équipement en option
1 390 $ – Blanc clair, 590 $; jantes de 19 po, 800 $