Peaufinage 101
POSITIFS
  • Volume de chargement
  • Traction intégrale hyper compétente
  • Nouveau système multimédia prometteur
NÉGATIFS
  • Les aides à la conduite sont parfois trop intrusives
  • Boîte CVT moins agréable avec le moteur atmosphérique
  • Certaines commandes sont cachées dans le système multimédia
Subaru Outback 2020 : essai routier

Il n'y a pas longtemps, nous vous avons présenté la nouvelle version de la Subaru Legacy. Sans surprise, voici l'Outback, celui avec lequel il partage à peu près tout sauf sa configuration corporelle… et sa clientèle.

Présente depuis 1995 sur le marché, c’est le modèle de sixième génération qui fait ses débuts pour 2020. En fait, c’est simple, le produit se renouvelle aux cinq ans ; le traditionalisme chez Subaru, c’est une façon de vivre avec ce que ça comporte de bon et de mauvais.

Design: 8/10

L’Outback n’avance rien de spectaculaire esthétiquement, mais la clientèle cible s’en balance. Ce véhicule n’est pas choisi pour sa mine, mettons. Cela dit, ses proportions, qui sont plus généreuses à tous les points de vue cette année (largeur, longueur et hauteur), sont plutôt harmonieuses et dans l’ensemble, le produit a belle gueule.

Pour 2020, on note un traitement à DEL tous azimuts à l’avant. Les rails de toit changent aussi légèrement et proposent plus d’ouvertures pour l’arrimage de matériel ; voilà qui sera utile à tous les amateurs de plein air.

Enfin, la nouvelle version Outdoor XT qui est ajoutée au catalogue sert un traitement qui met l’accent sur le noir à l’extérieur. Ainsi, la grille, les jantes en alliage de 18 pouces, les rétroviseurs, de même que le logo arrière, sont ainsi peints.

Sécurité : 8/10

Chaque mouture de l’Outback est livrée avec le groupe de sécurité EyeSight qui compte sur quelque 10 caractéristiques. Il serait ennuyeux de toutes les décrire ici, mais citons en exemple une nouveauté, soit le Lane Centering Assist. Cette aide œuvre de façon à conserver le véhicule au centre de sa trajectoire et pas seulement dans sa voie. On pourrait parler de l’embryon d’un système de conduite automatisée auquel une évolution sera assurément et éventuellement proposée.

Si on ne peut qu’applaudir Subaru d’en offrir autant, et ce, de série, il faut mentionner que certains systèmes sont agaçants, car ils passent leur temps à intervenir à coups de signaux sonores; on se croirait au casino par moment…

Heureusement, un petit détour à travers les menus du système multimédia permet d’en faire taire quelques-uns. À vous de voir où se situe votre niveau de tolérance. Le mien, avec ce genre de maternage, est de plus en plus limité.

Habitabilité : 9,5/10

Un des critères principaux qui mène les gens vers l’achat d’une Subaru Outback, c’est son caractère pratique. Franchement, ce véhicule offre le meilleur des deux mondes. En raison de son format et de ses mécaniques, il propose des cotes de consommations fort raisonnables ; on y revient. Puis, toujours grâce à ce toit allongé, il avance un volume de chargement capable de faire rougir les produits de la concurrence. Avec les sièges de la deuxième rangée abaissés, le volume atteint pratiquement 2 200 litres. De plus, parce qu’on a élargi la voie arrière, l’espace compris entre les passages de roue est plus large que jamais. Le cache-bagage permet de dissimuler les objets précieux et se manipule du bout des doigts. On a même ajouté la fonction mains libres pour l’ouverture du hayon. Ce dernier s’exécute même plus rapidement qu’à n’importe quelle autre adresse dans la catégorie.

Au service de sa clientèle l’Outback ? Ces quelques éléments le prouvent de façon éloquente. Qui plus est, la nouvelle livrée Outdoor XT propose un revêtement immuable aux intempéries à la hauteur des sièges, des tapis capables d’endurer les caprices des pires saisons, ainsi qu’un pneu de secours pleine grandeur au cas où la catastrophe surviendrait hors des sentiers battus… ou sur la voie publique.

Convivialité : 9/10

En revoyant la présentation intérieure, en améliorant la qualité de plusieurs matériaux et en offrant un système multimédia plus simple à l’usage que jamais, Subaru a mis le paquet pour que notre expérience à bord soit des plus… conviviale.

Ajoutez à cela un niveau d’insonorisation plus élevé, des sièges plus accueillants et de l’espace à revendre, notamment en matière de chargement. Vous comprendrez alors que la configuration de l’habitacle se place à l’abri des reproches.

Caractéristiques : 8/10

En matière d’équipement, c’est complet, à commencer par la livraison des applications Apple CarPlay et Android Auto dès la proposition initiale. Puisque nous avions affaire à différentes versions du modèle, vous comprendrez que l’offre varie. Grosso modo, cette dernière est adéquate à toutes les adresses en regard du prix demandé.

Par exemple, avec la version de base, on profite de sièges chauffants, mais aussi du système de conduite hors route X-Mode avec aide à la descente en pente. D’autres éléments comme les feux de croisement automatiques et un système de lavage de la caméra arrière sont également de la partie.

Avec la livrée Touring, l’écran tactile du système multimédia fait 11,6 pouces plutôt que 7, les rétroviseurs proposent l’atténuation automatique et on démarre le véhicule en appuyant sur un bouton. La climatisation automatique à deux zones s’invite aussi à bord, de même que le système Starlink qui offre quantité de fonctions aux propriétaires, comme la possibilité de maintenir un calendrier pour les entretiens à l’atelier de service.

Avec les déclinaisons Limited et Premium, on ajoute des trucs comme le volant chauffant, une chaîne audio Harman Kardon à 12 haut-parleurs, ainsi que la navigation dans le premier cas, puis des sièges ventilés et le système de surveillance du conducteur dans le deuxième.

Puissance : 8/10

Subaru propose deux mécaniques avec son utilitaire Outback. Avec toutes les variantes sauf la Outdoor XT, c’est un bloc 4-cylindres de 2,5 litres qui œuvre sous le capot. On connaît bien ce dernier, mais 80 % des pièces qu’il porte cette année sont nouvelles. Sa capacité est de 182 chevaux et 176 livres-pieds de couple.

Avec les déclinaisons Outdoor XT, Limited XT et Premier XT, c’est une mécanique 4-cylindres turbo de 2,4 litres qui est au travail entre les roues avant. Sa prestation annonce 260 chevaux et 277 livres-pieds de couple. Ce nouveau moulin a sonné le glas du moteur 6-cylindres de 3,6 litres qui servait le modèle depuis l’époque de Mathusalem. La transition a permis un gain en puissance (le temps de 6,4 secondes au 0–100 km/h est là pour le prouver) ainsi qu’à la pompe où on découvre une solution plus frugale. Souhaitons pour Subaru que cette mécanique s’avère fiable à long terme.

Une transmission à variation continue (CVT) est associée à chacun des moulins. Celle-ci bosse davantage avec le moteur atmosphérique. Pour soutirer tout ce qu’on peut de ce dernier, il faut vivre avec de pénibles lamentations provenant de la salle des machines. Avec le moteur turbo, l’effort est moindre et nos oreilles ne s’en portent que mieux. Des palettes au volant permettent de moduler le tout.

Confort : 9/10

En matière de confort, vraiment, on n’a rien à redire. Les sièges pourraient être plus enveloppants, mais ils demeurent seyants. On ne craint pas les longs trajets. Et même lorsqu’on augmente la cadence, on a toujours le sentiment de flotter sur la route. L’insonorisation, améliorée pour cette nouvelle génération, contribue grandement au bon moment qu’on passe à bord.

Agrément de conduite : 8/10

La vocation de l’Outback n’est pas de nous livrer des sensations fortes. Conséquemment, on apprécie davantage ce qui nous est servi. Qui plus est, la nouvelle structure du véhicule offre plus de rigidité à tous les chapitres, notamment en matière de torsion où le gain est de 70 %. À l’avant, la suspension est plus rigide dans une proportion de 70 % également. Quant à la flexibilité latérale, c’est mieux de 100 %. Idem pour le sous-châssis. En cas d’impact frontal ou latéral, 40 % plus d’énergie se trouvera absorbée.

Tout ça se sent sur la route, spécialement en virage. Et pour ce qui est de la tenue de cap, elle est meilleure que jamais.

Économie de carburant : 8/10

À la pompe, la nouvelle mouture de l’Outback annonce des cotes plus qu’acceptables. Avec le moteur atmosphérique, on estime cela à 9,0 et 7,1 litres aux 100 kilomètres, respectivement pour la conduite ville/autoroute. Avec la mécanique turbocompressée, ces médianes passent à 10,1 et 7,9 litres aux 100 kilomètres, toujours pour les mêmes références et dans le même ordre. Des essais plus prolongés nous permettront de confirmer la véracité de ces estimations.

Valeur : 9/10

Le prix d’entrée pour avoir accès à une Outback est de 30 695 $. On ajoute à cette note 4 100 $ pour la version Touring, 8 200 $ pour un modèle Limited et 10 300 $ pour une mouture Premium. Et si le moteur turbo vous intéresse avec les deux dernières, il suffit d’ajuster le total, à la hausse, de 2 800 $. Quant à la nouvelle venue Outdoor XT, son prix est de 38 695 $.

Si le prix de base est acceptable, la facture est plus salée lorsqu’on parle de variantes Limited et Premier, surtout avec le moteur turbo. L’offre est généreuse, au moins, et la qualité est au rendez-vous. Et on peut se consoler en se disant que la valeur de revente est excellente.

Il s’agit de bien évaluer ses besoins afin de choisir la bonne version.

Conclusion

L’Outback, c’est comme le pain chaud qu’un boulanger sort de son four au petit matin ; il sait qu’il va le vendre. Ici, le produit a bon goût. Quant au consommateur, c’est simple, il en redemande.

Une Outback figure sur votre liste d’achat ? Vous faites un bon choix et vous le savez.

Elle n’y figure pas encore ? Un essai s’impose.

Peaufinage 101 2020-05-21 06:30:00

Caractéristiques

Cylindrée 2.4L (Outdoor XT) ; 2,5L (Limited)   Modèle à l'essai Subaru Outback Outdoor XT et Limited 2020
Nb. de cylindres H4 turbo; H4   Prix de base 38 695 $ (Outdoor XT) ; 38 995 $ (Limited)
Puissance 260 ch; 182 ch   Taxe climatiseur 100 $
Couple 277 lb-pi; 176 lb-pi   Frais transport et préparation 1 800 $
Consommation de carburant 10,1/7,9/9,1 L/100 km ville/route/comb; 9,0/7,1/8,2 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 40 595 $; 40 895 $
Volume de chargement 920 / 2,144 L sièges rabattus  
Équipement en option
n/d