En retard
POSITIFS
  • Agrément de conduite
  • Fiabilité éprouvée
  • Efficacité de la boîte de vitesses
NÉGATIFS
  • Direction un peu trop légère
  • Pas de changements de rapports à l’aide du levier de vitesses
  • Pas de rouage intégral
Acura ILX 2020 : essai routier

Il arrive parfois qu’un constructeur étire la sauce un peu trop. Chez Dodge par exemple, la Grand Caravan et le Journey sont en service depuis 2008 et 2009 respectivement. Il existe tout plein d’exemples de la sorte dans l’industrie, pour autant de raisons inimaginables. Au sein d’Acura, un bref examen de la gamme confirme que la haute direction a fait le ménage ces dernières années… à l’exception de l’ILX!

La berline d’entrée de gamme repose encore sur la plateforme de l’ancienne Honda Civic Si. Sous le capot, on retrouve ce bon vieux moteur 4-cylindres atmosphérique de 2,4-litres de cylindrée capable de rugir dans les hautes sphères des tours/minute, tandis que derrière ce bloc, une boîte à double embrayage à huit rapports s’occupe d’envoyer toute la puissance aux deux seules roues motrices à l’avant.

Les ventes du modèle ne sont guère reluisantes non plus, surtout au Canada où il semble que l’âge du véhicule soit en cause; la qualité de la concurrence y est pour quelque chose aussi, c’est certain! Pourtant, Acura persiste et signe en ramenant l’ILX pour une autre année. J’ai pu prendre le volant d’une livrée 2020 plus tôt au mois de janvier. Voici ce que j’ai retenu de ce contact hivernal au volant de la plus « vieille » Acura disponible sur le marché.

Design : 7/10

À cause de l’âge du modèle, les stratèges de la marque n’ont eu d’autre choix que de remanier quelque peu la silhouette de la berline l’an dernier. Comme pour la grande majorité des refontes partielles, ce sont les deux extrémités de la voiture qui en ont bénéficié. On a donc réussi à intégrer la fameuse calandre en forme de diamant entre les deux blocs optiques aux DEL, eux aussi de nouvelle forme depuis un an. La portion inférieure du bouclier est également plus « triangulaire » que par le passé avec ces larges ouvertures découpées sous les blocs optiques, tandis que le capot présente lui aussi une nervure centrale plus prononcée, à l’instar des autres modèles de la marque.

À l’arrière, l’opération jeunesse a déplacé la plaque d’immatriculation à même le pare-chocs, le coffre qui a lui aussi hérité d’un écusson élargi en plein centre des feux de position à la forme plus prononcée que jamais. Finalement, on retrouve un peu cette impression de « boy racer » plus bas, alors que le diffuseur a du mal à cacher le pot d’échappement chromé. Bien que l’ILX a un certain charme avec ses jantes de 18 pouces de couleur anthracite – traitement A-SPEC oblige – , on ne peut s’empêcher de penser ce qu’aurait eu l’air une ILX basée sur l’architecture de l’actuelle Honda Civic.

Sécurité : 8/10

La bonne nouvelle, au niveau de la sécurité du moins, c’est que l’ILX n’est pas munie de l’équipement de 2013 en matière de sécurité. Les ingénieurs ont pris le temps de mettre à jour la berline l’an dernier avec la batterie de dispositifs de sécurité regroupés sous l’acronyme AcuraWatch. Qui plus est, il n’est pas nécessaire de grimper au niveau A-SPEC pour avoir droit à cette liste de gadgets conçus pour la sécurité des occupants. Même l’ILX de base en est munie.

Au menu, on retrouve le freinage automatique avec détection de collision frontale, l’alerte et le maintien à l’intérieur de la voie, ainsi que la détection de sortie de route. Bref, l’Acura ILX n’est certainement pas la plus nantie au niveau des technologies de sécurité, mais au moins, elle n’arrive pas les mains vides!

Habitabilité : 6/10

Les habitués de la Honda Civic actuelle trouveraient sûrement que l’espace est plus restreint à bord de l’ILX. C’est vrai, on s’y sent un peu plus à l’étroit, que ce soit à cause de l’espace réservé aux passagers des deux rangées, des espaces de rangement plus petits (je pense surtout à celui de la console centrale) ou même au fait que la banquette arrière n’est même pas de type 60/40. Autrement dit, pour le chargement de paquets un peu plus volumineux nécessitant que la banquette soit repliée vers l’avant, l’ILX se transforme malheureusement en berline à deux places. Pas très pratique l’ILX!

Convivialité : 7/10

Ici aussi, l’âge de la voiture commence à peser lourd dans la balance. Non seulement l’arrangement plus moderne de la boîte de vitesses (intégré à la NSX ou même au RDX) ne fait pas encore partie du paysage immédiat du conducteur, mais en plus, l’arrangement à deux écrans (un tactile en bas et l’autre qui affiche ce qui est commandé à partir de l’écran inférieur) est dépassé. Et je peux aussi mentionner que la qualité graphique de ces deux écrans n’a rien à voir avec celle des plus récents modèles de la marque. En revanche, le côté plus ancien de l’ILX fera plaisir aux nostalgiques des boutons. Pour la climatisation, la sellerie chauffante ou simplement pour le levier de vitesses traditionnel, tout est plus vieux, mais également plus simple à utiliser.

Confort : 7/10

Les origines plus modestes de la berline ressortent quelque peu sur la route. L’insonorisation n’est pas aussi feutrée que dans la TLX par exemple, tandis que la suspension sport paraît plus ferme qu’elle ne l’est en réalité. Est-ce la faute aux jantes de 18 pouces, à la fermeté de la suspension ou plutôt à cause de nos routes usées par le temps? Ce qui est certain, c’est que les sièges de la première rangée sont plus accueillants que ceux de la banquette arrière.

Agrément de conduite : 9/10

Ici, l’Acura ILX gagne de précieux points. En fait, c’est peut-être à ce niveau que l’ILX surpasse – dans quelques facettes de son jeu du moins – le comportement sportif d’une Honda Civic Si de nouvelle génération. La mécanique atmosphérique semble beaucoup plus présente (et plus aiguisée) que le moulin 4-cylindres turbo de 1,5-litre boulonné sous le capot de la Civic Si du moment. Une simple accélération au volant de l’ILX rappelle cette époque pas si lointaine où la Civic Si pouvait compter sur une mécanique progressive pouvant révolutionner à haut régime. Le son rauque du bloc de 2,4-litres est enivrant et la boîte de vitesses à double embrayage fait du beau boulot lors des changements de vitesse. Je trouve que les boîtes allemandes sont encore plus précises à ce niveau, mais l’ILX n’a pas à rougir sur ce détail anodin. J’aimerais toutefois avoir la possibilité de changer les rapports avec le levier, la seule option pour le faire étant de jouer avec les palettes logées derrière le volant.

Autre point : les sièges de la première rangée pourraient être un peu plus enveloppants, tandis que le volant serait plus agréable à tenir en main s’il n’était pas aussi rigide et glissant. Pour une meilleure poigne de ce dernier, il vaut mieux avoir des gants de cuir. J’ai également pu me rendre compte que la boîte de vitesses fait ses caprices lorsqu’on conduit sur une chaussée glissante en mode manuel. Entre deux arrêts, j’ai voulu changer les rapports, mais la voiture refusait carrément de passer en deuxième vitesse.

Puissance : 9/10

Avec 201 chevaux et un couple optimal de 180 lb-pi, l’Acura ILX n’a pas besoin de bien plus, lorsque comparée aux autres rivales régulières de la catégorie. Malheureusement, pour faire ombrage aux versions plus épicées des autres berlines de luxe compactes, l’ILX aurait besoin de plus chevaux sous le pied droit. Peut-être que le retour anticipé de l’écusson Type-S viendra muscler les performances de la berline d’entrée de gamme, si Acura procède à une refonte bien entendu.

Économie de carburant : 8/10

Ici, tout dépend de l’enthousiasme du conducteur. Avec sa mécanique pouvant révolutionner au-delà des 6 000 tr/min, il est facile de s’emporter au volant de cette petite voiture agile. Mais, heureusement, un comportement plus posé fait en sorte qu’on s’approche des moyennes de consommation de carburant établies par l’ÉnerGuide canadien. Autrement dit, il est possible de maintenir la cote de consommation sous les 10 L/100 km. Ne vous fiez pas aux photos de la jauge d’instrumentation : la voiture était froide et son kilométrage était celui d’une voiture complètement neuve.

Caractéristiques : 6/10

Le hic, c’est qu’en 2020, une voiture se vend aussi grâce à sa liste allongée de technologies montées à bord. Et l’Acura ILX 2020, bien que très amusante à conduire, est en fin de peloton à ce chapitre. Il y a bien quelques luxes et les gadgets de base (un écran tactile, des sièges chauffants à la première rangée, un régulateur de vitesse intelligent ou même le système Acura Watch), mais face au RDX par exemple, l’ILX montre une fois de plus son retard à ce chapitre.

Valeur : 5/10

À cause de ce retard technologique – et assurément de l’absence d’un rouage intégral en option – , l’Acura ILX manque le bateau au niveau de la valeur. Ses rivales sont toutes plus récentes et mieux nanties tant sur l’aspect technologique des choses que sur la modernité de la plateforme. Le groupe motopropulseur de l’ILX est vraiment ce qui sauve la réputation du modèle, mais en 2020, ce n’est guère suffisant. Disons seulement que le segment des voitures compactes de luxe ou de performance compte quelques options beaucoup plus alléchantes que l’ILX. Et à 35 890 $ (avant les frais de livraison et les taxes), l’Acura ILX Tech A-SPEC est loin d’être une aubaine.

Conclusion

L’Acura ILX vit sur du temps emprunté, c’est clair! Les ventes sont en chute libre et le segment est entièrement renouvelé… à l’exception de l’ILX! La division luxueuse de Honda prépare-t-elle une nouvelle génération du modèle? Nul ne le sait, mais si on se fie à l’industrie de la photo espion, Acura n’est pas proche de sortir une nouvelle ILX de sitôt, car aucun prototype en ce sens n’a encore été aperçu.

L’Acura ILX demeure néanmoins une excellente voiture à considérer si les deux roues motrices avant sont suffisantes et si l’âge de conception ne vous dérange pas. La fiabilité de cette mécanique est assurément l’un de ses points forts, tout comme son agrément de conduite, mais pour ce qui est du reste, l’Acura ILX – A-SPEC ou non – demeure à la remorque de la catégorie.

En retard 2020-04-09 06:30:00

Les concurrents

Caractéristiques

Cylindrée 2,4L   Modèle à l'essai Acura ILX Tech A-Spec 2020
Nb. de cylindres L4   Prix de base 35 890 $
Puissance 201 ch @ 6 800 tr/min   Taxe climatiseur 100 $
Couple 180 lb-pi @ 3 600 tr/min   Frais transport et préparation 2 075 $
Consommation de carburant 9,9 / 7,0 / 8,6 L/100 km ville/route/comb   Prix tel qu’essayé 38 565 $
Volume de chargement 348 L  
Équipement en option
500 $ – Couleur Bleu Apex, 500 $