Ford Escape hybride 2020 : essai routier

Le Ford Escape fait peau neuve pour 2020 et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il était temps ; le VUS compact de l’entreprise roulait sa bosse sous la même forme depuis 2013, une éternité.

Avec cette nouvelle mouture, on assiste au retour de la version hybride. Rappelons qu’en 2004, Ford présentait pour l’année 2005 le premier véhicule hybride nord-américain et le premier VUS « vert » de la planète. Entre 2004 et 2012, quelque 114 000 exemplaires ont été écoulés.

Avec la dernière génération, on avait laissé tomber la chose. On revient en force avec la nouvelle pour amorcer la prochaine décennie.

Notez qu’en tout temps au fil de ce billet, vous pouvez consulter notre compte-rendu du premier contact effectué avec la version régulière du modèle. Vous y trouverez des compléments d’information intéressants.

Design : 8/10

L’Escape est sérieusement passé sous le bistouri, à tel point qu’il est méconnaissable. Abaissé d’une dizaine de millimètres, il se veut aussi plus long et plus large, même si à l’œil, on a l’impression d’avoir devant les yeux une version miniaturisée. Le design plus aérodynamique du modèle lui permet de pourfendre l’air comme jamais auparavant, un élément qui sert toutes les déclinaisons et qui se veut particulièrement intéressant pour la variante hybride.

Concernant cette dernière, notez que sa signature verte est très discrète. Elle se résume à la présence d’un écusson à l’arrière et à celle de jantes distinctes.

Sécurité : 9/10

Les versions à essence de l’Escape sont livrables selon quatre niveaux de finition ; S, SE, SEL et Titanium. Dans le cas de la variante hybride, c’est simple, elle est uniquement offerte avec la dernière. En fait, le niveau Titanium vient d’office avec la mécanique hybride. Ford adopte une stratégie différente pour cette nouvelle génération du modèle puisque pour avoir droit au « gros moteur » 2,0-litres turbo, il faut payer une option à même ce modèle Titanium. L’option hybride est donc intégrée à la gamme, au lieu d’être traitée séparément.

Toujours est-il que puisqu’on a affaire à un modèle haut de gamme, rien ne manque en matière de sécurité, n’en déplaise à ceux qui ont le réflexe de désactiver certains trucs en montant à bord.

Ça commence avec la suite de sécurité Co-Pilot360 qui sert avec tous les modèles les feux de croisement automatiques, les alertes pour les angles morts et la circulation transversale arrière, l’avertisseur de changement de voie et l’aide au maintien dans celle-ci, ainsi qu’un système de prévention de collision frontale avec freinage d’urgence automatique.

Avec la livrée Titanium, on ajoute notamment le régulateur de vitesse adaptatif avec capacité de départ/arrêt dans la circulation lourde, de même que deux nouvelles caractéristiques intéressantes, soit l’Active Park Assist 2.0 et L’Evasive Steering Assist. Ces éléments sont décrits en détail dans notre essai de la version régulière du modèle.

Habitabilité : 9/10

Jadis avec les versions hybrides, la taille des piles faisait en sorte qu’il était toujours nécessaire de sacrifier de l’espace, que ce soit à l’intérieur ou dans le coffre. Ce temps est révolu.

La pile de l’Escape hybride, qui fait 1,1 kWh, loge sous le plancher, plus précisément là où se trouve la deuxième rangée. En tout, elle occupe le tiers de la largeur du véhicule. Sa taille doit être cinq fois plus compacte que ne l’était celle des premières unités il y a 15 ans.

Conséquemment, on ne perd rien au change. Les places arrière n’en souffrent pas, ni la soute à bagages qui peut recevoir l’équipement d’un quatuor de golfeurs ou les pires emballages imaginés par IKEA.

Convivialité : 8/10

Encore une fois, le fait que la solution hybride ne soit livrée qu’avec le modèle haut de gamme fait qu’en matière d’équipement et de commodités, rien ne manque.

Outre l’Internet sans fil 4G LTE qui permet la connexion de 10 appareils au système et qui autorise même un branchement à une cinquantaine de pieds du véhicule, il est aussi possible d’avoir accès à distance à une foule de services via son téléphone intelligent. On peut localiser son Escape, le faire démarrer ou obtenir des informations sur ses fonctions vitales.

Des ports USB offrant la recharge et le système multimédia Sync 3, qui accueille les applications Apple CarPlay, Android Auto, Ford+Alexa ainsi que Waze, sont évidemment de la partie, tout comme une chaîne audio à 10 haut-parleurs signés par Bang & Olufsen, un des maîtres en la matière.

Caractéristiques : 9/10

La section précédente se poursuit ici. Mis à part ce que l’on vient d’énumérer, l’Escape hybride profite de commodités comme l’ouvre-porte de garage intégré, des rétroviseurs chauffants, un éclairage d’ambiance à l’intérieur, un bloc d’instruments numériques à écran de 12,3 pouces, de deux zones pour la climatisation automatique et de deux prises de 12 volts. Le modèle avance aussi des essuie-glace qui détectent la pluie, un système de reconnaissance vocale et un rétroviseur central à atténuation automatique.

Bref, l’offre est complète ici.

Puissance : 7/10

La mécanique au service de l’Escape est un 4-cylindres de 2,5 litres à cycle Atkinson. La puissance annoncée est à 200 chevaux. Le couple du moteur à essence est de 152 livres-pieds. La configuration régulière est à traction, mais il est possible de commander un rouage intégral en option. Une nouvelle transmission à variation continue contrôlée électroniquement (eCVT) est quant à elle responsable du lien entre le moulin et les roues.

Fait intéressant, il sera possible de remorquer jusqu’à 1500 livres avec cette version.

Confort : 8/10

Ford a fait ce qu’elle avait à faire avec cette nouvelle génération, soit travailler sur un équilibre qui garantit un excellent niveau de confort au conducteur, mais aussi une sensation rassurante derrière le volant. Le débattement de la suspension est tel qu’on sent le véhicule capable de bien négocier avec les imperfections de la route, mais aussi en mesure d’offrir une bonne tenue de cap et un bel aplomb en virage.

Des sièges plus enveloppants et offrant une assise plus longue ou tout simplement ajustable seraient souhaitables. À l’arrière, ça passe la note, mais on est loin de la limousine.

Agrément de conduite : 7/10

Ford a rigidifié le châssis de son Escape et on le ressent bien au volant. L’agilité, la connexion avec la route, la sensation générale de ne faire qu’un avec le véhicule, tout a pris du galon.

La principale différence avec la mouture hybride, c’est la sensation (ou l’absence de sensations) avec la boîte CVT. Cette dernière est bien sûr présente pour pousser l’économie d’essence à son maximum et, à ce niveau, elle fait le travail.

À l’accélération, elle est évidemment plus bruyante, mais pour être bien franc, ce n’est pas si mal. La puissance est aussi livrée de façon linéaire, ce qui fait en sorte que les « larmoiements » de la boîte sont constants et non saccadés.

Surtout, le conducteur type d’un véhicule hybride n’y verra que du feu ; on n’a pas le réflexe de conduire cette variante sportivement. Plutôt, on tente de la guider pour obtenir la meilleure cote de consommation.

Économie de carburant : 8/10

Avec cette version, Ford nous promet des médianes étonnantes, mais au moment d’écrire ces lignes, nous sommes toujours en attente des données officielles. Nous mettrons à jour cette section aussitôt que nous aurons cela en main.

Valeur : 8/10

Le prix de départ de l’Escape hybride est de 36 549 $ pour une version à traction. Pour la motricité aux quatre roues, la note passe à 38 049 $. Malheureusement, pour statuer sur la juste valeur de cette variante, les cotes de consommations sont cruciales.

Aussi, la comparaison avec le RAV4 hybride de Toyota est incontournable. Le hic, c’est que chez le concurrent japonais, il est possible de profiter de l’hybridité avec trois variantes, dont une première offerte à 32 090 $. Ici, Ford manque une belle occasion. Avec une version SEL hybride, la compagnie offrirait une rivale directe à la déclinaison RAV4 LE hybride.

En revanche, à équipement égal, l’offre de Ford se montre très généreuse. On verra bien de quelle façon réagira le consommateur.

Conclusion

L’Escape était mûr pour une sérieuse refonte et Ford s’est exécuté. Avec cette version hybride, on accouche d’une solution intéressante pour celui qui se cherche un véhicule bien équipé, confortable et économique à la pompe.

Ce qu’on va bien sûr attendre avec impatience, c’est la variante hybride enfichable qui va nous arriver au printemps prochain. À ce moment, la boucle sera bouclée avec l’Escape qui se présentera alors sous toutes les formes, sauf en plat tout électrique.

Un gros pas en avant vient d’être franchi avec ce véhicule. S’il s’avère fiable, on va parler d’un acteur majeur dans le segment et non d’un simple bon joueur.

Ford Escape Titanium hybride 2020
Cylindrée: 2,5L
Nb. de cylindres: L4
Puissance: 200 ch
Couple: 152 lb-pi (moteur à essence seulement)
Consommation de carburant: n/d
Volume de chargement: 1 722 L
articles_PricingType Ford Escape Titanium hybride 2020
Prix de base 36 549 $
Taxe climatiseur 100 $
Frais transport et préparation 1 850 $ (estimé)
Prix tel qu’essayé 38 499 $ (estimé)
Équipement en option Aucune
Équipement en option
10 0
Détails de la cote 8,1
8 Stylisme
7 Groupe motopropulseur
9 Qualité
8 Confort
9 Commodité
7 Agrément de conduite
8 Utilisation/Ergonomie
8 Consommation de carburant
9 Caractéristiques
8 Valeur