Avis d'expert

Nissan Rogue Platinum 2024 : essai routier

7,6
10
SCORE AutoHebdo
Ce score est attribué par notre équipe d’experts après des tests approfondis de la voiture
  • DESIGN
    8/10
  • Sécurité
    8/10
  • HABITABILITÉ
    8/10
  • CONVIVIALITÉ
    8/10
  • CARACTÉRISTIQUES
    9/10
  • PUISSANCE
    6/10
  • CONFORT
    8/10
  • AGRÉMENT DE CONDUITE
    6/10
  • CONSOMMATION DE CARBURANT
    7/10
  • VALEUR
    8/10

Les consommateurs sont très bien informés de nos jours. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous jetez un coup d’œil à cette analyse du Nissan Rogue, illustré en livrée Platine 2024 dans ce cas-ci. D’ailleurs, si vous vous attardez au modèle Nissan, c’est que vous avez peut-être considéré les meneurs de la catégorie que sont le Toyota RAV4 et le Honda CR-V. Mais ces deux-là sont convoités par les voleurs depuis quelques mois; il est tout à fait normal d’aller voir ailleurs.

Et c’est à ce moment que les autres se glissent dans la discussion et ce n’est pas le choix qui manque, le segment des utilitaires compacts qui a carrément remplacé l’espace occupé par les voitures compactes et intermédiaires il y a une décennie à peine.

Mais, revenons au véhicule faisant l’objet de cet essai routier printanier. Pourquoi le Rogue 2024 ? C’est simple : le modèle a reçu quelques ajustements visuels cette année, en plus de profiter d’un contenu plus complet à l’intérieur. Place au Nissan Rogue 2024, un modèle qui devrait au moins être considéré même s’il n’est pas tatoué d’un « H » ou d’un « T » sur le bout du capot.

Design : 8/10

L’année-modèle 2024 se distingue de la précédente, surtout par cette nouvelle devanture, la grille de calandre « V-motion » qui présente des bandes horizontales chromées de nouvelle facture. La rhinoplastie a pour effet d’élargir le véhicule, même si ce dernier conserve les mêmes dimensions que le modèle introduit pour l’année-modèle 2022. C’est le même constat derrière alors que les feux de position présentent une nouvelle signature et un carénage renouvelé. Notez aussi la présence d’emblèmes au fini satiné, tandis que les jantes de 19 pouces boulonnées à cette version riche en équipements présentent un design jamais observé sur un Rogue auparavant. Les sabots de 18 pouces installés sur la livrée SV sont aussi redessinés pour 2024.

À l’intérieur, il y a du nouveau au chapitre des panneaux de portières, des sièges, de la console centrale et même sur la planche de bord côté passager. L’écran tactile de 12,3 pouces (en diagonale) est également équipé de la technologie Google intégrée. L’ennui avec cette mise à jour technologique, c’est qu’elle est limitée aux deux livrées les plus cossues : SL et Platine.

Puissance : 6/10

Contrairement aux premières générations du modèle, le Rogue 2024 est exclusivement livré avec une motorisation 3-cylindres turbo à compression variable, le moulin de 1,5-litre de cylindrée qui livre une puissance théorique de 201 chevaux et un couple encore plus élevé de 225 lb-pi. Contrairement à ce qui est offert à bord de l’Infiniti QX50 qui profite d’une motorisation semblable avec possibilité de choisir le comportement voulu, le Rogue gère en fonction des besoins du conducteur. Notez aussi la présence d’un système arrêt/démarrage qui éteint le moteur aux arrêts.

Les normes de plus en plus strictes ont sans aucun doute forcé les ingénieurs Nissan à se tourner vers ce moteur pour améliorer la fiche du Rogue au chapitre de la consommation.

Agrément de conduite : 6/10

Malheureusement, la boîte CVT a du mal à exploiter le plein potentiel du bloc à trois cylindres. Les accélérations sont très élastiques et les reprises sur l’autoroute sont pénibles. C’est vrai que le véhicule réussit à avancer, mais la nervosité de la mécanique ne fait tout simplement pas partie de la formule du Rogue en 2024. Même s’il était moins énergique, l’ancien bloc atmosphérique offrait une conduite plus naturelle, plus souple.

La direction légère et même floue n’aide en rien l’aspect « plaisir de conduite », mais ça n’a jamais été la mission première de l’utilitaire nippon. En revanche, cette « mollesse » facilite les manœuvres en ville. Les stationnements en parallèle sont d’une facilité déconcertante avec cette direction facile à vivre et le système de surveillance 360 degrés.

Confort : 8/10

Les suspensions du Rogue ne sont pas conçues pour une tenue de route ferme et sportive. Non, le confort est à l’honneur à bord du Rogue, ce qui est loin d’être un défaut pour ceux et celles à la recherche d’un véhicule douillet. Les sièges visent eux aussi le confort absolu, une belle qualité pour un VUS de taille compacte.

Si seulement la mécanique n’était pas aussi « criarde » lors des accélérations. On pourrait blâmer un manque d’insonorisation, mais cette hausse de décibels survient seulement quand le conducteur se montre plus exigeant avec la pédale de droite.

Habitabilité : 8/10

À ce chapitre, le Rogue n’a pas perdu de sa superbe. Le volume de chargement est similaire à celui des plus logeables véhicules de la catégorie, tandis que l’espace aux deux rangées de sièges est franchement très bon. Quant aux espaces de rangement, ils sont nombreux, comme il se doit dans un utilitaire compact. D’ailleurs, celui sous le plancher dans le coffre est particulièrement apprécié lorsqu’il faut serrer des objets de grande valeur.

Sécurité : 8/10

La présence de la suite Nissan Safety Shield sur toutes les livrées du Rogue est déjà un plus, elle qui comprend le freinage automatique arrière, le freinage d'urgence automatique avec détection de piétons, l'avertissement d'angle mort, l'alerte de circulation transversale arrière, l'avertissement de sortie de voie, l'assistance aux feux de route et le freinage automatique arrière.

Et puis, à partir du niveau SV, la fonction ProPILOT Assist ajoute le régulateur de vitesse intelligent et l’assistance à la direction. Et puisqu’il s’agit d’un modèle cossu, la mention Navi-Link fait également partie de la formule, celle-ci qui se base sur les données du système de navigation pour « ajuster proactivement la vitesse du véhicule avant les virages et les sorties d’autoroute.

Convivialité : 8/10

Bien entendu, c’est l’intégration de la technologie Google qui retient l’attention ici, et ce, parce qu’il est question d’un Rogue Platine. Rappelons que seules les variantes SL et Platine y ont droit. La présence de ces applications supplémentaires est sans contredit un avantage, d’autant plus qu’elles sont faciles à utiliser même via la reconnaissance vocale. Toutefois, précisons que depuis la refonte du modèle, la qualité des graphiques et de la réponse du système d’infodivertissement maison s’est améliorée. 

Quant aux boutons physiques à la base de l’écran, ils sont eux aussi assez faciles à manier, ce qui n’est pas tout à fait le cas avec les commandes de la climatisation, logées plus bas. Parmi les autres particularités du Rogue, notons cette molette de sélection de motricité pour plusieurs types de terrains.

Économie de carburant : 7/10

Plus d’équipements veut aussi dire plus de poids. Et comme la livrée Platine est la plus lourde de toutes, la moyenne de consommation de carburant est un peu plus élevée que celles des variantes moins bien nanties. Ressources naturelles Canada estime que la moyenne du Rogue Platine est de 7,7 L/100 km. Pour ma part, j’ai plutôt terminé ma semaine d’essai avec un résultat assez intéressant de 8,1 L/100 km. Un peu moins de conduite urbaine aurait sans contredit abaissé cette marque, mais règle générale, les cotes de consommation de Nissan sont atteignables… en prenant bien soin de ne pas trop brusquer la pédale de droite.

Caractéristiques : 9/10

Sans surprise, le niveau d’équipement de cette livrée Platine est plus attirant que celui du modèle S, au bas de la gamme. Mais, n’allez pas rayer le Rogue le moins dispendieux tout de suite, car ce dernier hérite tout de même d’un écran tactile de huit pouces, de jantes de 17 po, et même d’un volant et de sièges avant chauffants. Le niveau SV Toit Ouvrant ajoute… un toit ouvrant, une clé intelligente, un système d’arrêt/démarrage, l’Assistance ProPILOT et le démarrage à distance avec régulateur de l’air ambiant intelligent. Plus haut dans la gamme, l’échelon SV Privilège intégre un écran de visualisation du périmètre, des jantes de 19 po, des sièges arrière chauffants, un hayon électrique et des sièges en Prima-Tex, notamment.

Finalement, c’est à partir de la livrée SL que le cuir s’installe à bord, avec deux écrans de 12,3 po à bord, la technologie Google et l’Assistance ProPILOT avec Navi-Link. Quant au sommet Platine, il rehausse l’expérience avec l’affichage tête haute, la chaîne audio Bose à 10 haut-parleurs, du cuir semi-aniline, des sièges arrière rabattables à distance et la comptabilité avec Android Auto sans fil.

Valeur : 8/10

À un prix de départ de 44 998 $, le Nissan Rogue Platine vient se frotter à certains modèles intermédiaires. Certes, le niveau d’équipement vient aider, mais n’allez pas croire que cette version sera la plus vendue de la gamme, et ce, malgré un intérêt plus marqué des consommateurs canadiens pour les modèles mieux équipés.

Conclusion

En attendant l’arrivée d’un plus grand nombre de VUS électriques dans le créneau compact, le Nissan Rogue continue d’être une alternative attrayante pour les consommateurs qui n’ont peut-être pas envie de risquer de perdre leur précieux véhicule aux mains des voleurs. Et même si le représentant de Nissan n’est pas aussi prisé que ses compétiteurs de Toyota et Honda, ça ne veut pas dire qu’il ne mérite pas sa place au soleil.

Plus doux et moins sportif, il répond malgré tout à un besoin, soit celui d’offrir confort et économie de carburant.

Les concurrents
Caractéristiques
Cylindrée 1,5 litre
Nb. de cylindres trois cylindre
Puissance 201 chevaux
Couple 225 lb-pi
Consommation de carburant 8,3 / 6,8 / 7,7 L/100 km ville/route/comb
Volume de chargement
Modèle à l'essai 2024 Nissan Rogue
Prix de base 21 999$
Taxe climatiseur 100$
Frais transport et préparation 1 775$
Prix tel qu’essayé 26 970,50$
Équipement en option
Ensemble Tech (1 950 $), Couleur Gris écotronique (250 $).