Avis d'expert

Kia Sportage HEV 2023 : essai routier

8,1
10
SCORE AutoHebdo
Ce score est attribué par notre équipe d’experts après des tests approfondis de la voiture
  • STYLISME
    8/10
  • Sécurité
    8/10
  • COMMODITÉ
    8/10
  • UTILISATION/ERGONOMIE
    8/10
  • CARACTÉRISTIQUES
    8/10
  • GROUPE MOTOPROPULSEUR
    9/10
  • CONFORT
    9/10
  • AGRÉMENT CONDUITE
    7/10
  • CONSOMMATION DE CARBURANT
    9/10
  • VALEUR
    7/10

L’engouement pour la propulsion électrique ne dérougit pas par les temps qui courent, mais la crise d’approvisionnement et la capacité de production limitée des constructeurs forcent les consommateurs à s’armer de patience. Au fil des prochains mois et années, d’autres usines de production de batteries s’ajouteront à l’effort d’électrification du parc automobile mondial, mais en attendant le vrai virage, d’autres véhicules électrifiés sont également disponibles sur le marché.

Certains modèles n’obligent même pas le propriétaire à brancher son véhicule le soir venu ou lors d’une escale pour poursuivre sa route. Les véhicules hybrides, vous connaissez? La technologie a déjà 25 ans – merci à Toyota et sa Prius – et pour plusieurs, ce juste milieu entre frugalité et autonomie se dessine encore comme la solution automobile pour les prochaines années.

On connaît tous les Ford Escape Hybride et Toyota RAV4 Hybride, mais pour 2023, Kia s’inscrit à la lutte avec son Sportage HEV (pour Hybrid Electric Vehicle) 2023. J’ai pu prendre le volant de ce multisegment de taille compacte durant quelques jours vers la fin du mois d’août alors que Dame nature nous envoyait ses dernières journées de canicule de 2022. Bref, vous comprenez que la climatisation n’a pas chômé durant ce premier contact réalisé en ville, sur l’autoroute, dans un bouchon de circulation, bref dans un mélange assez représentatif de ce qu’une jeune famille accomplit au quotidien.

Pour la mienne, ce Sportage HEV 2023 aura été le cobaye des allées et venues de mon p’tit monde à un tournoi régional de baseball dans l’ouest de l’île de Montréal. Voici ce que j’ai retenu de ce premier contact avec le Sportage le plus économique à la pompe… pour l’instant, car le constructeur prépare déjà l’entrée en matière de la version PHEV plus tard cet automne.

Design : 7,5/10

On ne peut pas accuser les designers du groupe coréen d’être monotones dans leur approche stylistique. Le Sportage ne ressemble à aucun autre véhicule de la gamme, si ce n’est que de cette calandre en forme de « nez de tigre » tout juste l’écusson de la marque sur le capot. La présence de ces feux de jour aux DEL marque à elle seule cette portion du VUS, les blocs optiques qui sont judicieusement installés à l’intérieur de ce « boomerang » illuminé, tandis qu’un vaste grillage noir lustré occupe beaucoup d’espace à l’avant.

De profil, il y a bel et bien ce lien argenté au niveau du pilier D – un rappel du traitement appliqué à la fourgonnette Carnival –, mais pour le reste, le profil du multisegment est plus sobre, quoique les jantes au design « fermé » vendent la mèche sur la vocation « écolo » du multisegment. Finalement, la portion arrière présente surtout ces feux de position joints au milieu par cette mince bande.

Il sera intéressant de voir quelle sera la réaction du public face à cette singulière façon de penser, le Sportage qui ne fait pas l’unanimité depuis sa présentation.

Caractéristiques : 8/10

Le modèle hybride est seulement disponible en deux livrées : EX (comme celle essayée) et SX avec plus d’équipement à bord. Mais, franchement, malgré le côté plus économique du modèle EX, le VUS compact n’a vraiment pas à rougir devant la concurrence ou même son confrère plus luxueux. À l’intérieur, la planche de bord est déjà ornée de ce double écran et de ces touches tactiles, tandis qu’une recharge sans fil pour appareil intelligent confirme le côté « techno » de l’utilitaire. La sellerie en cuir synthétique paraît moins huppée que celle dans la livrée SX, mais ceux et celles qui n’ont cure de la qualité de leur siège n’y verront que du feu. Autrement dit, la qualité est au rendez-vous, surtout à la première rangée où l’équipement est généreux. Derrière, outre les buses de ventilation centrale, le Sportage HEV est beaucoup plus sobre avec sa banquette de type 60/40 et dossier ajustable. Et pour illustrer le propos, le hayon derrière est manuel, l’option automatisée étant limitée au « gros modèle ».

Puissance : 9/10

Le phénomène s’observe un peu partout dans l’industrie automobile : les véhicules hybrides sont de plus en plus ceux dotés des mécaniques les plus puissantes et c’est également le cas ici avec le moteur thermique 4-cylindres turbo de 1,6-litre de cylindrée qui fait équipe avec un moteur électrique, une batterie et une boîte automatique à six rapports – et non une CVT! –, sans oublier le rouage intégral livré d’office. Avec 227 chevaux et un couple de 269 lb-pi, le Sportage HEV 2023 éclipse le Sportage à essence qui fait plutôt confiance à un bloc 4-cylindres atmosphérique de 2,5-litres livrant 187 chevaux et 178 lb-pi de couple.

Confort : 9/10

La mission du Sportage est la même que celle du modèle sortant : sa vocation est familiale avant tout. En fait, la décision de proposer la version à empattement long ne fait qu’ajouter à cette prémisse, le multisegment qui est plus accueillant à la deuxième rangée. Côté espace donc, le Sportage est dans la bonne moyenne du segment, mais qu’en est-il du confort? Eh bien, la sellerie est plus moelleuse qu’enveloppante, tandis que la présence de jantes de 17 pouces enveloppées par des pneus à faible coefficient de friction isole encore plus les passagers des bruits ambiants. La présence d’un pare-brise acoustique est également un indice du silence qui règne à bord du véhicule : il y a le roulement des pneus et quelques bruits mécaniques provenant du compartiment moteur, mais c’est tout!

Habitabilité : 8,5/10

Le Sportage HEV perd quelques litres de chargement à cause de la batterie face à la version à essence, mais on ne parle pas d’un désavantage ici. Comme je le mentionnais plus haut, le nouveau Sportage fait appel à l’empattement long en Amérique du Nord, une stratégie déjà observée chez Volkswagen avec le Tiguan. L’espace est donc très bon à bord et pourrait même convaincre l’acheteur qui considère un VUS à trois rangées… s’il n’a pas besoin de celle-ci bien entendu!

Sécurité : 8/10

En tant que modèle de base, le Sportage HEV EX n’a pas droit à tout l’attirail technologique de la marque en matière de sécurité, mais il n’y a pas de quoi écrire à sa mère, car la livrée plus abordable n’est pas dépourvue à ce niveau. L’alerte de collision arrière avec freinage, l’aide à la conduite sur l’autoroute, l’affichage des angles morts dans la planche de bord, la caméra 360 degrés, l’aide au stationnement et le stationnement automatisé intelligent sont les seuls systèmes réservés au modèle SX.

C’est donc de dire que la version EX peut compter sur le rappel des sièges arrière, l’alerte de circulation transversale arrière avec assistance, la surveillance des angles morts avec assistance, l’aide au maintien de la voie, l’alerte de collision avant avec assistance font tous partie de l’équipement de base de cette version hybride.

Dans un monde idéal, tous les systèmes seraient disponibles, mais ceci aurait une incidence sur le prix.

Convivialité : 7,5/10

À force de revoir les écrans tactiles, les applications et les systèmes d’infodivertissement, les constructeurs s’assurent de rehausser l’expérience utilisateur. L’écran tactile central légèrement incliné vers le conducteur s’inscrit justement dans cette veine. La qualité des graphiques et la réactivité de l’écran sont dignes de mention, mais un détail tout d’abord aperçu sur le Kia EV6 vient compliquer la tâche du conducteur. Ce fameux panneau aminci à double fonction (l’écran affiche les commandes de la climatisation, mais peut également montrer les commandes de la chaîne audio) a cette particularité de changer la fonction des petites molettes logées aux extrémités. Franchement, c’est trop compliqué et la position assez basse de ce mince écran oblige le conducteur à quitter les yeux. C’est dommage, car le reste de l’environnement à la première rangée est très facile à manier au quotidien.

Agrément de conduite : 7/10

Je n’étonnerai personne en affirmant que le Sportage HEV n’est pas un monstre de puissance confiné aux circuits fermés du globe. Kia mise surtout sur le confort ici. Les accélérations à l’emporte-pièce n’ont pas leur place, et ce, même si les ingénieurs ont concocté un mode Sport pour les moments assez rares où le conducteur veut s’amuser. Le Sportage HEV préfère la douceur avec ses pneumatiques à la semelle épaisse et sa suspension calibrée pour absorber les imperfections du bitume. La direction est assez précise, mais elle n’a rien à voir avec celle d’un Mazda MX-5 par exemple. En revanche, la présence d’une boîte automatique change la donne avec les changements de rapports sentis lors des accélérations ou même lorsqu’on décélère.

Économie de carburant : 9/10

Le calcul de l’ÉnerGuide canadien annonce une moyenne globale de 6,2 L/100 km. Pour ma part, j’ai enregistré une moyenne de 7,2 L/100 km pendant ces quelques jours où la climatisation a fonctionné à fond de train, à l’exception d’une soirée où les sièges chauffants ont dû être actionnés. Bref, le multisegment coréen répond aux attentes en matière de consommation de carburant.

Valeur : 7/10

À 35 995 $ pour la livrée EX qui, de toute manière, vient obligatoirement avec un frais de 250 $ pour la peinture, le Sportage HEV n’est pas exactement la définition d’un véhicule abordable. Qui plus est, lorsque le Sportage PHEV sera ajouté à l’alignement de la marque cet automne, les automobilistes québécois pourront acquérir le véhicule avec un rabais non négligeable grâce aux deux paliers de gouvernements (fédéral et provincial), ce qui fait ombrage à cette version hybride. Néanmoins, j’opterais pour cette livrée EX si je décidais d’opter pour ce Sportage hybride, car la version SX est plus dispendieuse et n’a toujours aucun rabais pour amortir l’investissement.

Conclusion

Le nouveau Kia Sportage HEV 2023 n’est pour le moment qu’une autre offre dans le segment de plus en plus peuplé des VUS compacts hybrides. Certes, son design unique le différencie des autres dans la circulation lourde et la qualité initiale de son habitacle est séduisante, mais le choix est vaste sur le marché. Le Hyundai Tucson hybride fait appel aux mêmes organes mécaniques, tandis que d’autres concurrents peuvent répondre aux mêmes besoins. Il n’en demeure pas moins que les programmes d’incitatifs financiers changent la donne… une fois de plus. Mais pour ceux qui détestent les câbles de chargement, l’option hybride est à considérer. Et Kia en détient une de plus… au sein de sa gamme déjà très étoffée.

Les concurrents
Caractéristiques
Cylindrée 1,6L
Nb. de cylindres L4 turbo hybride
Puissance 227 ch
Couple 269 lb-pi
Consommation de carburant 6,1 / 6,3 / 6,2 L/100 km ville/route/comb
Volume de chargement 1 121 / 2 098 L sièges rabattus
Modèle à l'essai Kia Sportage HEV EX 2023
Prix de base 35 995 $
Taxe climatiseur 100 $
Frais transport et préparation 1 900 $
Prix tel qu’essayé 38 245 $
Équipement en option
250 $ – Couleur Gris Gravité, 250 $