Même si les restrictions actuelles reliées au variant Omicron font que certains constructeurs ne sont pas présents au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, ça n’empêche pas la tenue de dévoilements virtuels. Du côté de Chrysler – ou même Stellantis par le fait même –, c’est la présentation du concept Airflow, un multisegment qui avait déjà été brièvement montré en 2021 pour annoncer l’électrification de la marque américaine qui retient surtout l’attention.

Le constructeur qui ne compte actuellement que deux modèles actifs, soit la vieillissante berline 300 et la minifourgonnette Grand Caravan/Pacifica, a également indiqué son intention d’ajouter son tout premier véhicule électrique en 2025 et passer à un alignement entièrement électrique en 2028.

Le multisegment qui pourrait bel et bien joindre les rangs de la division américaine repose sur la nouvelle plateforme intermédiaire dédiée à la propulsion électrique, le groupe Stellantis qui aura besoin de cette gamme de plateformes électriques pour répondre aux besoins de toutes ces marques.

Le design du concept Airflow semble beaucoup plus prêt de la production avec sa carrosserie racée et ses jantes de 22 pouces. Ce qui est sûr, c’est que ce design annonce la direction que prendra Chrysler dans les années à venir. À l’intérieur, la planche de bord truffée d’écrans n’est pas sans rappeler les récentes additions chez Jeep avec le Grand Wagoneer ou le Grand Cherokee. Malgré son titre de véhicule concept, le Chrysler Airflow semble réellement prêt pour la production en série.

Sous la caisse, une paire de moteurs électriques d’une puissance totale estimée à 402 chevaux assure un rouage intégral au multisegment. Et avis aux intéressés, Chrysler a même indiqué que sa plateforme était capable d’accueillir des motorisations plus puissantes, ce qui laisse déjà présager des versions SRT. On verra bien dans quelques années!

L’autonomie estimée varierait entre 563 et 644 km selon les blocs de batteries installés à bord et il faut s’attendre à une technologie de recharge très rapide d’au moins 400 V. Le niveau 800 V est également une possibilité.

La présence du concept Airflow au CES est idéale pour aborder la question de la connectivité, de l’intelligence artificielle et de la conduite autonome ou assistée. Le prototype fait appel au système STLA Brain, un logiciel qui pourra être révisé au fil du temps via des mises à jour à distance.

Le système STLA SmartCockpit, quant à lui, inclut justement la batterie d’écrans installés à bord, soit les trois à la première rangée et les deux autres accolés aux dos des sièges avant. Chacun de ces écrans peut être personnalisé et permet même aux utilisateurs de se connecter à une vidéoconférence, une gracieuseté de ces caméras intégrées à chacun d’entre eux. La navigation, l’assistance vocale, le paiement des services et le magasinage en ligne sont tous assistés par l’intelligence artificielle.

Finalement, le système STLA AutoDrive s’occupe du volet conduite autonome, ce dernier étant capable d’assurer un niveau 3 pour le moment, mais celui-ci pourrait s’améliorer en cours de route.