Avis d'expert

Essai routier : Lexus RX 350L 2019

7,5
10
SCORE AutoHebdo
Ce score est attribué par notre équipe d’experts après des tests approfondis de la voiture
  • DESIGN
    7/10
  • Sécurité
    8/10
  • HABITABILITÉ
    6/10
  • CONVIVIALITÉ
    8/10
  • CARACTÉRISTIQUES
    8/10
  • PUISSANCE
    8/10
  • CONFORT
    8/10
  • AGRÉMENT DE CONDUITE
    6/10
  • CONSOMMATION DE CARBURANT
    8/10
  • VALEUR
    8/10

Depuis quelques années, la fameuse troisième rangée de sièges est un concept qui revient souvent dans l’actualité automobile. Les constructeurs qui ont presque tous abandonné la minifourgonnette se voient dans l’obligation d’offrir une alternative à leur clientèle.

S’il est vrai que le groupe Toyota a toujours la Sienna pour les familles nombreuses, ce n’est pas le cas au sein de l’aile luxueuse Lexus. Et développer une « minivan de luxe » pour l’Amérique du Nord est dénué de sens, surtout par les temps qui courent où les VUS dominent les ventes et les routes du continent.

Lexus peut bien se targuer d’avoir dans ses rangs deux véhicules utilitaires – le LX et le GX – dotés d’une troisième rangée de sièges, mais de nos jours, les 4x4 traditionnels n’ont plus tellement la cote, à moins de s’appeler Jeep Wrangler, Toyota 4Runner ou même Ford Bronco.

C’est là que vient s’immiscer le RX 350L 2019, une livrée allongée du plus populaire modèle de la marque. Ce faisant, Lexus répond non seulement à ce besoin d’avoir une troisième rangée de sièges, mais évite aussi les coûts faramineux de développement d’un nouveau véhicule.

Le « L », qu’est-ce que cela signifie?

Pas besoin d’aller trop loin pour trouver la réponse à cette interrogation. Le « L » ici fait référence à la longueur bonifiée du RX 350. Dans ce cas-ci, le gain se mesure en millimètres, le RX 350L étant 110 mm plus longs que le RX 350 de base. L’empattement est le même que celui du RX régulier, ce qui explique pourquoi les porte-à-faux paraissent étirés. La hauteur, elle, perd 10 mm, bref rien pour écrire à sa mère! Et puisque le RX 350L nécessite un peu plus de matériel, le poids gagne 105 kg supplémentaires.

Mais, l’ajout de cette troisième rangée de sièges rend le multisegment plus versatile lorsqu’on droit transporter des passagers additionnels. Lexus parle d’un espace pour sept passagers adultes. Or, après seulement quelques minutes assis à cette troisième rangée, je voulais déjà en ressortir. Comme plusieurs véhicules utilitaires – ils ne sont pas tous aussi limitatifs –, le Lexus RX 350L possède cette banquette simplement pour dépanner à l’occasion… des êtres humains de préférence pas trop grands!

Et l’autre bémol à apporter à propos de ces deux places additionnelles, c’est qu’elles ont une incidence sur l’espace des passagers de la deuxième rangée. En effet, la banquette médiane peut avancer ou reculer, au cas où l’utilisateur a besoin de plus d’espace dans le coffre ou de simplement gâter ses passagers derrière avec plus de place pour les jambes. Le hic, c’est que pour asseoir deux autres passagers à la troisième rangée, il faut obligatoirement avancer la banquette du milieu. Bref, cette troisième banquette est davantage un compromis, même si elle peut parfois jouer le rôle de dépanneur. Parlant de compromis, le volume du coffre lorsque tous les sièges sont relevés est ri-di-cu-le. Les épiceries en famille à bord du RX 350L, c’est impossible!

Aucune surprise derrière le volant

Bien malin celui ou celle qui pourrait affirmer hors de tout doute que le RX 350L est plus lourd et plus long que le RX 350 régulier. Bon, peut-être qu’en conduisant les deux variantes l’une après l’autre, on remarquerait un semblant de légèreté à bord du RX 350 « tout court », mais dans l’ensemble, le RX 350L respecte la ligne de conduite imposée par les multiples générations du RX.

Le multisegment Nippon est toujours aussi confortable et sa conduite inspire confiance à ceux et celles qui y prennent place. La mécanique V6 atmosphérique n’est pas un monstre de puissance, mais suffit amplement à déplacer cette masse de plus de deux tonnes. Insonorisé au possible, l’habitacle laisse à peine entendre le 6-cylindres lorsque le pied droit s’enfonce dans le plancher.

Les accélérations ne sont pas très dynamiques, mais malgré tout, je me dois de souligner la transparence de la boîte de vitesses automatique à huit rapports. À l’aide de cette molette logée à la droite du levier de vitesse, il est également possible de modifier quelque peu le caractère du RX, le mode Sport qui ajoute un semblant d’adrénaline à la conduite. Autrement dit, les réactions du groupe motopropulseur sont à leur apogée lorsque ce mode est sélectionné. En revanche, le mode Eco handicape quelque peu les capacités du moteur, ce qui se traduit par une meilleure économie d’essence.

Si le RX 350L se fait aussi douillet au niveau des suspensions, c’est aussi le cas avec la direction assistée qui ne donne pas beaucoup d’informations sur la chaussée. Quant au freinage, il répond présent lorsqu’on le sollicite un peu, mais encore une fois, il existe des véhicules utilitaires avec plus de mordant sur la route. La mission du Lexus RX est bien simple : transporter ses occupants dans le plus grand confort, et ce, sans histoire. Pour l’aspect Sport, il faut toutefois regarder ailleurs.

À l’intérieur

J’ai beaucoup parlé en mal de la troisième rangée du Lexus RX 350L plus haut, mais je me dois tout de même de parler de la première rangée de sièges, là où le conducteur et son copilote s’installent pour avaler les kilomètres. Les deux sièges sont très confortables, un commentaire qui s’applique aussi à la banquette de deuxième rangée. La planche de bord, quant à elle, est identique à celle du RX introduit en 2016. La présence d’un lecteur DC au centre trahit l’âge du véhicule – ou de la clientèle conservatrice de la marque, c’est selon –, tandis que les commandes de la ventilation sont présentées d’une manière assez classique, idem pour les deux molettes de la chaîne audio.

Comme c’est le cas à bord des autres véhicules de la gamme, le constructeur propose aussi de naviguer à travers les multiples menus de son système de divertissement via cette « souris » du côté gauche de la console centrale. Cette solution fonctionne bien à l’arrêt, mais sur la route, cette façon de faire est loin d’être idéale, forçant le conducteur à quitter la route des yeux pour regarder l’écran de 12,3 pouces placé en plein centre de la planche. On ne s’habitue pas vraiment à ce gadget!

Le mot de la fin

Cette nouvelle livrée étirée du RX se veut, à mon avis, une solution temporaire. Le multisegment de Lexus a beau être très populaire sur notre continent, il n’offre pas un volume intérieur aussi invitant que celui de ses concurrents les plus proches… à ce chapitre du moins! Je pense notamment à l’infiniti QX60, au nouveau Cadillac XT6 ou même au Volvo XC90 (pour ne nommer que ceux-là) qui propose tous un espace plus généreux à la troisième rangée.

Mais, pour plusieurs, la qualité des produits Lexus est suffisante pour passer à la caisse. Et là-dessus, le Lexus RX – avec ou sans L – ne risque pas de dérougir de sitôt.

Les concurrents
Caractéristiques
Cylindrée 3,5L
Nb. de cylindres V6
Puissance 295 ch @ 6 300 tr/min
Couple 267 lb-pi @ 4 700 tr/min
Consommation de carburant 13.1/9.4/11.1 L/100 km ville/route/comb
Volume de chargement 210 / 1 650 L sièges abaissés
Modèle à l'essai Lexus RX 350L 2019
Prix de base 66 250 $
Taxe climatiseur 100 $
Frais transport et préparation 2 075 $
Prix tel qu’essayé 74 475 $
Équipement en option
6 050 $ – Groupe Exécutif 6 050 $